Forum RPG fantastique, Inspirations : Harry Potter, Divergente, Bloodlines.
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

FAMILY IS POWER ~ Mikaelson.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Mer 25 Oct - 19:09


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Elijah avait tenté de s'échapper plusieurs fois de la ville : en vain. A chaque fois qu'il s'essayait à la forêt, il finissait toujours par revenir sur ses pas. Une fois il su aller jusqu'aux frontières, mais la pression était si forte qu'il lui était impossible de quitter les bois. Un vent énorme se levait et ses pieds raclaient, creusaient, s'enfonçaient dans la terre. Il luttait autant que faire se peut, non plus pour sortir mais au moins pour rester maître de son corps. Ses yeux fouillaient les environs bien que ses paupières se fermaient à plusieurs reprises sous le vent. Il devait trouver un moyen de communiquer avec toi. Sa main gauche se levait contre le vent devant son visage et son regard s'attardait sur une plante verte plus loin dont les feuilles semblaient assez large pour y noter quelque chose. Il prit une profonde inspiration pour se donner la force de l'atteindre et tenta un premier pas en direction de la plante; il avait la sensation de soulever un poids énorme à chaque enjambée.  Mais bien que ce fût laborieux, il parvint à se saisir d'une feuille et se mit le vent à dos. Des veines sombres apparurent sous ses yeux et ses crocs se dévoilaient, il mordait dans son propre doigt et s'en servait pour écrire approximativement ses mots. Une fois fait, il plissait le front et fermait à mi-clos les yeux pour affronter le vent glacial. Il s'approchait dangereusement de la limite et seule sa main réussie à franchir la forêt. Il lâchait la feuille aux frontières et son corps fût projeté d'une telle violence hors de la forêt qu'il se retrouvait dans la ville en un rien de temps. Son dos rencontrait le marbre de la fontaine et on entendait ses os se briser. Ses épaules étaient tendues vers l'arrière, embrassant la forme de l'édifice jusqu'au moment où il s'écrasait au sol.


Lettre :
« Ne rentre PAS. »


Quelques heures plus tard.

Elijah était posé sur la chaise en bout de table. Ses coudes étaient appuyés contre le bois et son menton niché dans l'ouverture que ses mains laissaient entre ses pouces et ses indexes; il fixait un point dans l'espace sans pour autant prêter attention au décors qui l'entourait. Réfléchissant aux possibilités qui lui restaient, il ne bougeait pendant de longues heures. Il ne voyait aucune solution pour s'échapper et quand il le réalisa, il poussa un long grognement et se redressait dans un geste vif pour ensuite renverser la table avec une férocité extrême. Il se mis dos à son oeuvre et passait longuement sa main sur son visage, l'autre se posant sur sa hanche droite. Un soupir s'extirpa de ses lèvres au moment où le bruit de la porte du manoir qui s'ouvrait le sortait de ses pensées. Il fronçait les sourcils et se tournait vers le bruit avant de s'avancer avec une certaine retenue.

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 25 Oct - 22:47
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il n’y a pire sentiment que celui de la solitude. Elle nous assaille, s’éprend de nos veines et instille dans notre esprit ces quelques vérités que nous fuyons. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour te rejoindre. Le manoir était vide de présence, la tienne emplissait de sa cape honorable, les quelques pièces habitables. Sans l’ombre de son frère, qu’y avait-il qui le retenait au sein d’une ville qui n’était même pas la sienne ? Il était, de plus, hors de question de rejoindre un royaume déchu de son roi, sans y apporter la raison du combat : toi.

Il se penche et frôle de ses doigts suspicieux la feuille malencontreuse. Il la prend entre ses doigts et la dirige minutieusement à son nez, humant l’odeur du sang qui se trouvait être le tien. Il baisse son bras et serre alors les doigts, comprimant le végétal sans se soucier du reste. La mâchoire crispée par la frustration d’une décision lourde de conséquence. Il n’y avait aucun doute, aucune hésitation. Il comprenait ta mise en garde, et saisissait parfaitement que tu ne pouvais sortir de ton plein gré de cet endroit. Mais il n’était pas question qu’il t’y laisse sans repère auquel te rattacher. Il s’agissait là d’une nouvelle guerre que vous deviez entreprendre, n’était-ce pas ton adage ? La famille, c’est le pouvoir. Et pour profiter des quelques saveurs qu’elle a à offrir, et de la puissance qu’elle prodigue, il fallait qu’elle soit unie. C’est donc en toute bonne âme et conscience qu’il pénétra dans la forêt.

Tout semblait normal, hormis la végétation diverse et variée. C’était presque incroyable. Il agrandissait simplement les yeux en repérant des espèces qui avaient disparues avec les souvenirs de sa mère et ses potions. Se rapprochant d’une des plantes pour l’analyser, il manqua soudainement de souffle. Portant par réflexe sa main sur sa poitrine, il fronce les sourcils en grognant. Il n’eut pas réellement le temps de jurer entre ses dents et de proférer ses menaces habituelles que la forêt l’éjecta de son sein vers la ville, comme elle l’avait happé quelques minutes auparavant. Tout semblait s’être passé à une vitesse folle. Le souffle court, il dévisageait la lisière de la futaie avec attention. Il devait d’abord se concentrer sur son objectif principal : toi.

-Une heure plus tard-

Il ouvre avec fracas la porte du manoir, grognant entre ses dents quelques injures incompréhensibles.

« - La prochaine fois tu seras prié d’indiquer une adresse. M’évitant ainsi le dur labeur de cette recherche. »

Il lève son regard et balaye le hall de ses yeux. Plissant ces derniers, il humecte ses lèvres et s’avance, désignant les quelques meubles et murs de son index, il localise assez vite ta position et se rapproche, un sourire mutin aux lèvres.

« - Tu as choisi la décoration ? Il faut croire que tu savais pertinemment que je te rejoindrai malgré tes mises en garde. J’espère que cela ne t’a pas coûté trop de sang. »

Il hausse les sourcils d’un air faussement badin, plissant ses lèvres comme s’il réprimait un sourire moqueur. Il ravale néanmoins sa salive et plonge ses iris dans les tiennes. Dardant son regard dans le tien pour analyser la situation : tu semblais bien portant, loin d’être exposé au danger qu’il imaginait. Il détourne son regard tout en se rapprochant, joignant ses mains dans son dos d’un air nonchalant.

« - Epargnons-nous les quelques remontrances au sujet de mon inadmissible entêtement. Et mon aptitude à déroger à toutes les règles que tu te donnes un mal de chien à établir. Il y a quelque chose à boire ici ? »



By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Jeu 26 Oct - 15:44


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Les lèvres d'Elijah s'entrouvraient et se refermaient presque immédiatement, il battait des cils alors que son regard se perdait en l'air, ses pensées fusant à une vitesse incroyable au point où il n'arrivait pas à mettre le doigt sur une seule d'entre elles. Les émotions aussi passaient nombreuses, la colère, le soulagement, le désœuvrement, la surprise, la révolte. Mais celle qui triomphait au dessus de toutes, celle qu'il refusait pourtant de s'admettre malgré sa dominance prépondérante, c'était le ravissement. La joie de te retrouver. La sécurité qu'il ressentait à présent à l'idée que tu étais là, qu'il n'était plus seul, que tu étais venu l'aider, le secourir, encore une fois, prouvant qu'il n'avait jamais eu tort sur ton compte. Tu avais laissé la vie que tu menais à Blacktown pour le rejoindre ici et ce malgré sa tentative de t'alerter du danger et de t'en repousser. Mais cette joie était si égoïste qu'il la refoulait assez loin pour ne rien en exprimer. Elijah déglutissait plutôt et son regard inférait une négation, allant de gauche à droite, sa tête suivant légèrement le mouvement de ses prunelles.

« Tu n'aurais jamais dû, Niklaus... » soufflait-il en te tournant le dos, sa main se posant sur son front et son auriculaire cachant ses yeux clos.

Il secouait une fois la tête en humidifiant ses lèvres d'un bref passage de sa langue et se tournait à nouveau vers toi, sa main se dressant entre vous alors que sa gorge s'étendait pour dévoiler la crispation de sa trachée.

« Tu. n'aurais. Jamais. Dû. prononçait-il en articulant avant que ses sourcils ne s'inclinent vers ses tempes et qu'il relâche le contrôle qu'il avait sur son bras - qui fût tendu précedemment dans ta direction, passant d'une expression à l'autre, traversant cette fois-ci le dépit : A quoi bon Niklaus ? »

Il sentait une vague d'émotions l'envahir et il préférait retourner s’asseoir sur la chaise qu'il occupait précédemment. Son coude venait joindre son genou et sa main caressait son menton maladroitement alors qu'il semblait toujours aussi dépité.

« Nous devons sortir d'ici, disait-il en observant des points imprécis dans l'espace. J'ai essayé. Plusieurs fois. Mais cette... Cette forêt... »

Il serrait ses lèvres et inspirait ensuite profondément, la frustration dominant maintenant son visage. Il ravalait sa salive et relevait sa tête vers toi, légèrement perdu.

« Je croyais que la magie avait quitté ce monde. Et pourtant, tu l'as ressentie n'est-ce pas ? »

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 26 Oct - 17:25
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il s’attelait d’un regard minutieux, à contempler la bâtisse. Cette dernière avait son charme, il devait l’admettre. Pas qu’il projette d’y vivre indéfiniment, l’idée de rester enfermé contre son gré n’était pas des plus plaisantes. Mais au moins vous aviez un toit, et pas des moindres. Il passe furtivement sa langue sur ses lèvres et retourne son regard dans le tien lorsque le doux son de ta voix autoritaire et nonchalante s’éprend de l’air. Un sourire mutin, presque amusé sur le coin des lèvres. Il joint à nouveau ses mains dans son dos, haussant les sourcils et pinçant sa lèvre inférieure avec celle supérieure, attendant la fin de ta tirade. Il roule des yeux et soupire te désignant d’un geste leste de la main.

« - Tu vois, je te dis de nous épargner ces quelques répliques et tu tentes tout de même de te culpabiliser de ma présence. Il faut croire que la souffrance est un carburant qui te sied bien, Elijah. Tu tortures ton esprit avec tant de zèle, que j’en serai jaloux. »

Il se rapproche, te défiant du regard. T’intimant de réprimer ta colère avant de n’attiser la sienne. Il serre la mâchoire par l’affront que tu lui portais pour quelques broutilles superficielles à ses yeux. Tu ne voulais simplement pas admettre que sa décision était la meilleure à prendre.

« - A quoi bon ? Dois-je réellement trouver une raison pour rejoindre mon frère dans un trou perdu susceptible de le scellé à jamais ? Quoi que je fasse la réprimande sonne son glas. Et ne crois pas que ton intonation attisera une quelconque culpabilité, mon frère. Car je n’ai jamais ressenti un tel fléau. Ne me rends pas responsable d'un choix que tu aurais toi-même fait. »

Il soupire et détourne violemment son regard, son corps suivant le mouvement sous l’exaspération. Il masse son menton et humecte ses lèvres. Plus aucun amusement n’égaye ses traits. Il récupéra un tantinet son calme lorsque tu parlais de sortir. Son regard se fronce, le front se plisse. Il te fixe en biais.

« - Pourquoi sortir tout de suite ? Ne devrions-nous pas analyser avant de nous précipiter ? »

Il agrandit un peu plus ses yeux avant de les rétrécir et de se rapprocher de toi.

« - La magie ne peut disparaître, elle revient à la terre mère, et redevient son essence. Il n’est pas impossible que nous soyons enfermés au cœur de cette dernière. Si c’est le cas… »

Il dirige son regard vers la fenêtre et souffle :

« - Un trop grand concentré de magie ne peut qu’aboutir à la destruction totale. »




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Ven 27 Oct - 21:36


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Elijah secouait la tête sans même s'en rendre compte, s'affolant de tes paroles. Tu ne semblais pas réaliser à quel point la situation était critique, tu n'avais pas idée de l'erreur que tu venais de commettre.

« Niklaus, tu... »

Il secouait à nouveau la tête en refermant sa bouche, résigné à ne finalement par surenchérir à ce sujet. Tu resterais campé sur tes positions et il le savait d'avance, rien n'y ferait. Alors il inspira profondément par les narines et te fixait sans mot dire, t'écoutant à nouveau dans cette contradiction étrange : tu étais là, tu étais venu à lui dans l'intention de le sauver et pourtant tu continuais à jouer un rôle qui te collait maintenant à la peau, celui de l'hybride qui faisait violence dans tous les domaines. Tes mots ne frappaient pas comme ils auraient du frapper à son visage puisqu'il comprit la réelle raison qui s'y cachait. Elijah détournait donc le regard en respirant calmement, presque trop, et d'un appui sur la table il se relevait.

« Il ne s'agit pas de ce que tu fais pour moi mais de ce que tu ne fais pas pour toi. »

Elijah serrait ses lèvres dans un certain élan de désespoir avant de relever un regard qui semblait froid mais qui exprimait en réalité une certaine tristesse. Cependant il avait bien conscience qu'il ne pouvait pas débattre longtemps sur les raisons de ta présence et de sa leur validité ; et d'ailleurs tes prochaines paroles montrait que tu étais de cet avis aussi.

« J'ai le sentiment que cette forêt n'y est pas pour rien dans l’extinction de la magie. La force qui en émane dépasse les limites de tout ce que j'ai pu connaître... soufflait-il en regardant dans le vague avant de préciser son regard en plissant son front et de tourner son visage vers toi : Et comme tu l'avais deviné, il n'y avait pas de Tatia. »

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 27 Oct - 23:28
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il te fixe un long moment avant de daigner s’éloigner pour se servir un verre. Le liquide doré se déverse dans le récipient qu’il prend en main, se retournant finalement vers toi tout en s’appuyant sur le plan de travail. Ses lippes s’étirent dans un sourire plus franc. Il passe alors furtivement sa langue sur sa lèvre supérieure, son regard ne se dérobant aucunement au tien. Il incline son visage feignant une moue dubitative tout en jouant avec le cristal qu’il avait en main. Il en fit tournoyer le liquide d’un léger mouvement de poignet. Y plongeant une attention qui n’était pas nécessaire.

« - Ne me ressors pas les discours du preux chevalier, Elijah, je ne suis pas l’une de ces femmes en détresse qui attirent tant ton attention dans ces romances ingénues. »

Il émet un léger rire et porte délicatement sa boisson à ses lèvres, se délectant du brûlant tout en tentant d’oublier l’amertume d’une nouvelle prison. Haussant les sourcils lorsque tu reprends la parole, il plisse ses lèvres l’une contre l’autre dans une perplexité surprenante. Il inspire un fin filet d’air, exerçant une pression contre le plan de travail pour s’en détacher et se donner l’élan nécessaire pour se rapprocher de toi, te désignant de son index, dont la main tenait encore le verre.

« - Je ne doute pas de ta perspicacité, j’imagine que le costume te donne un air plus adroit. »

Nouveau rire qu’il étouffe à moitié. Vidant son verre d’une traite, recourbant sa lèvre inférieure quand il inspire l’air, découvrant sa dentition inférieure. Il lève les yeux au ciel dans une réflexion feinte avant d’hocher la tête et de poser son verre sur la table. Il pose alors sa main sur ton épaule, se rapprochant davantage pour te souffler :

« - Tu es trop sentimental mon frère. Les idéaux romanesques auxquels tu t’attaches ne font qu’obscurcir la vision développée que ta nature t’a offert. Tu devrais suivre mon exemple, cela fait des années que je me fiche de tout. »

Il tapote ton épaule avec un sourire mutin. Te dépassant pour rejoindre l’autre pièce et finir sa visite improvisée, il se retourne une fois à l’entrée de la pièce et te fixe, désignant ta bague.

« - Si la magie est imprégnée des lieux, ta bague devrait fonctionner non ? As-tu déjà essayé de sortir en plein jour, ou as-tu préféré te terrer en ermite empreint de culpabilité ? »





By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Dim 29 Oct - 2:28


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Elijah se déplaçait jusqu'à toi, son regard te quittant seulement pour se concentrer sur le verre qu'il remplissait. Il l'apportait à ses lèvres en t'écoutant, fixant un tableau sur le mur. Un souffle s'extirpait de ses lèvres à tes insinuations et il buvait une légère gorgée. Il hausse les sourcils et s'éloigne à nouveau de toi pour poser doucement sa boisson sur la table en bois, son indexe retraçant les contours du verre, laissant un léger sifflement strident s'étendre dans la pièce. Il faisait l'impasse, comme toujours, sur tes remarques désobligeantes mais ne put retenir quelques soupirs de lassitudes.

« Et pourtant tu es ici, aujourd'hui. », répondait-il seulement à ton je-m’en-foutisme.

Son regard se relève rapidement vers toi quand ta main entre en contact avec son épaule, son front se plissant un bref instant avant qu'il n'entrouvre les lèvres pour dévoiler sa dentition inférieure. Il expire lentement par les narines et regonfle son torse avant de se saisir d'un geste long du bras son verre, le ramenant près de son épaule avant de l'apporter à ses lèvres sans te quitter des yeux.

« J'ai essayé plus de fois que tu ne te l'imagines. » soufflait-il avant de boire une nouvelle gorgée.

Elijah te contourne vivement sans un regard de plus et se déplace jusqu'au tableau qu'il observait précédemment. Il pose doucement le verre sur le mini-bar et étire ses épaules pour déformer sa chemise et ainsi lui laisser le loisir de se mouvoir autant que nécessaire. Il attrape le tableau par les bords et le retire sans difficulté avant de le poser lentement au sol contre le mur. Il réajuste sa cravate en la lissant d'un geste de main et fixe le coffre qui était caché derrière en précisant son regard.

« En arrivant ici, j'ai remarqué que tout était dressé impeccablement, à l'exception de ce tableau qui était de travers. »

Il ouvrait lentement le coffre dont il avait déjà forcé la serrure et attrapait le vieux bouquin qui était posé au milieu de plusieurs bricoles avant de te le tendre. Il s'agissait d'un journal intime qui appartenait à l'ancien propriétaire du manoir,

« Cette lecture est sûrement très enrichissante, mais je peine à savoir pourquoi, à chaque fois que j'en décroche le regard, je n'ai plus souvenir de ce que j'y ai vu. Tu imagines bien que j'ai déjà essayé de noter ce que j'y voyais. »

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 30 Oct - 21:17
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il s’appuie calmement dans l’encadrement de la porte tout en croisant les bras contre son buste. Son visage semble se fermé dans un mutisme que lui seul pouvait connaître, ponctué par quelques mimiques sarcastiques : haussement de sourcils, sourire en coin, inclination du visage. Il inspire finalement en détournant son regard, sa langue humectant sa lèvre supérieure furtivement, il pince finalement ses lèvres entre elles, en souriant d’un air faussement badin.

« - Au moins tu l’admets, toi qui me réprimandais à ce sujet à peine eu-je daigné franchir le seuil de cette demeure. Je suis venu, parce qu’un lien nous unit, celui que tu tentes de préserver envers et contre tout. »

Il incline son regard en plissant les yeux, fronçant les sourcils.

« - Il me semble que l’air campagnard me monte à la tête. »

Intrigué par ce que tu faisais, il exerce une pression contre l’encadrement de la porte pour se redresser. Décroisant les bras il se rapproche à pas de félins. Examinant le tableau et le coffre que tu ouvres.

« - Excellent. En plus d’être voués à découvrir qui est derrière une forêt enchantée, nous voilà face à un grimoire ancien muni d’un sortilège quelconque qui ne pourra vraisemblablement rien… »

Il fixe les reliures de cuir avec une attention minutieuse. Son front se plisse pour souligner une profonde réflexion. C’est seulement après une minute de silence, qu’une étincelle de lucidité franchit sa rétine, arborant un léger sourire il tapote avec entrain ton épaule tout en désignant le livre de son index.

« - Ne me dis pas que tu t’attèles encore à décrypter un grimoire qui semble être protégé par de la magie noire ? »

Il dirige son index sur ses lèvres et se met à rire légèrement, abandonnant ton épaule il se cambre et remonte un regard rieur vers le tien, tentant de paraître sérieux.

« - Cesse tes enfantillages mon frère, nous devons asseoir notre pouvoir sur ces contrées avant d’enquêter sur ces quelques… »

Il balaye la pièce de sa main.

« - Frasques féériques en tout genre. »

Il prend cependant le vieux livre dans ses mains et sort de la pièce pour rejoindre le séjour. Se retournant vers toi.

« - Tu imagines bien que ton maniérisme a été utilisé contre toi, n’est-ce pas ? Cela ne t’est pas venu à l’esprit que le précédent propriétaire, ou qui que ce soit d’autres ne t’avait pas attiré dans cette… »

Il désigne le plafond de son index, le dévisageant.

« - Chaumière. Et que connaissant parfaitement ton obsession pour la perfection, a mis en évidence un détail que toi seul pouvait remarquer ? Oh je t’en prie. C’est grotesque. À croire que le voyage t’a fait perdre toute contenance et toute lumière d’esprit. »

Il plonge son regard dans le tien en haussant les sourcils.




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 31 Oct - 18:30

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”

Le coucher de soleil donnait un aspect doré et apocalyptique sur la petite ville d’Ystéria. Le mélange parfait d’un rouge vif et d’un orange clairvoyant allumait le ciel d’une atmosphère presque féerique. Bientôt, alors que les merles s’envolaient dans l’air pour rejoindre leurs différents nids respectifs, se perdant dans l’horizon en feu, l’obscurité allait tirer son rideau, pour mettre fin à ce beau spectacle.

Le toit de l’église touchait du bout des doigts le ciel, le taquinant presque avec insolence grâce à sa grandeur exceptionnelle. Ses vitraux multicolores semblaient être les célébrités du lieu, illuminés par la lumière naturelle : le soleil. A l’intérieur, de vieux bancs marrons en bois vétuste faisaient office d’assise, sur laquelle, les maux de dos arrivaient vite si l’on restait longtemps. L’autel, déjà plongé dans l’obscurité inquiétante du lieu, semblait délaissé tellement peu d’objets y étaient posés.

Kol, vêtu de sa fidèle veste en jean, avait posé ses deux pieds sur le haut du dossier du banc, devant lui. Se fichant complètement des règles de l’église, il indignait les quelques fidèles qui s’étaient rendus sur place pour prier pour sortir de cette infernale et tortueuse misère. Lui, n’était absolument pas perturbé par cet univers dans lequel il vivait. Après tout, c’était une simple ville, bien qu’il eût entendu des rumeurs sur cette dangereuse et mystique forêt.

L’originel n’était absolument pas venu ici pour prier, mais pour observer les derniers fidèles du jour, afin de trouver son futur repas. Une jeune femme blonde, assise au premier rang, était la seule personne restante dans la bâtisse. Cela allait être-elle. Se levant, tout en frappant dans ses mains comme pour applaudir la gagnante, il s’installa à son côté pour l’observer davantage. Son doux parfum de lavande remonta aux narines de Kol, lui procurant un fin sourire. Ses yeux bleutés et timides révélaient une certaine gêne de cette soudaine proximité.

-Félicitations darling, tu as gagné le gros lot ! Se moqua ouvertement Kol en emprisonnant sa frêle nuque de sa puissante main.

Sans attendre de réaction, il planta ses canines pointues et parfaitement symétriques dans la carotide qui céda, déversant des jets de sang dans la bouche de Kol. Ne voulant pas l’achever, du moins pas de cette manière, il s’arrêta et portait sa victime jusqu’à l’autel, pour l’allonger dessus, laissant le sang couler sur le meuble. La jeune blonde tentait désespérément de garder ses yeux ouverts, comme pour ne pas sombrer trop vite et pour « profiter » de ses dernières secondes sur Terre.

-J’ai hâte de voir la tête du prête lorsqu’il te verra love, il pensera que le diable est intervenu. *Il hausse les épaules, prenant sa main dans la sienne* -Je suppose que je suis le diable en personne. *Il embrassait la fine main avant de tourner les talons, laissant sa victime dans ses souffrances. Prochaine destination : le manoir.

A l’affût de chaque ragot croustillant, il avait bien évidemment entendu que ses deux frères, Niklaus et Elijah étaient eux aussi en ville. Décidément, lui qui pensait être tranquille et seul dans cette ville…Il n’avait pas tellement envie de les revoir, mais en revanche, avait envie de venir pimenter leur quotidien. Sa relation avec eux n’était pas au beau fixe depuis certains temps, mais ce n’était pas le centre de ses problèmes.

Rentrant dans le manoir, où quelques lampes étaient allumées, rendant le lieu plus « chaleureux » il entendait d’ores et déjà, son frère Elijah, donner des leçons de morale à Niklaus, qui semblait agacé, comme d’habitude. Kol sifflait, comme pour annoncer sa présence, laissant le son si insolent résonner dans l’immense cour intérieure qui semblait bien vide.

-Une nouvelle bloody ville, un gigantesque manoir, et sans surprise qui vois-je ? *Il donnait un grand coup dans la porte du salon, afin de l’ouvrir en grand, avant de rentrer dans la pièce, la bouche encore ensanglantée, toisant Niklaus et Elijah avec son fidèle sourire narquois* -Vous deux. Je suis curieux, dîtes-moi, qui est le chien de l’autre ? Je parie que c’est toi Elijah. Dès que Niklaus t’appelle, tu cours lui prêter main forte, comme un parfait et loyal toutou ferait.

Il prit ensuite une bouteille d’alcool rangée dans un placard et s’installe autour de la table, posant ses pieds sur la table. Il se servit un verre, et, avec un air redevenu sérieux, dévisageait tour à tour ses frères.

-Surtout, cachez votre joie de mon retour. *Dit-il en levant son verre en l’air avant de le boire cul sec* Cette ville est pas mal n’est-ce pas ? Les habitants ont bon goût, et, comme j’ai entendu ouïr que vous voulez asseoir votre autorité, j’ai l’impression d’être de retour à la Nouvelle-Orléans. Visiblement, l’originalité n’est pas votre point fort.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Mer 1 Nov - 0:27


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Elijah observait Niklaus de façon perçante et précise, ses sourcils s'abaissant à hauteur de ses yeux pour donner de l'ampliture à son regard. Il attendait que son frère eut fini pour inspirer légèrement par les narines, emboitant son pas. Caressant ses paumes l'unes contre l'autres délicatement, certainement pour retirer la poussière qui s'y était déposée à cause du journal, il s'approchait d'un pas calme et mesuré, son regard se défaisant de ses mains pour rencontrer les yeux de l'hybride.

« Toujours aussi... Méfiant, soufflait-il sur un ton las en haussant les sourcils : A en juger par ton attitude j'imagine que je ne pourrais pas compter sur ton aide. »

La porte qui s'ouvrait attirait immédiatement l'attention d'Elijah. Il fronçait un  ses sourcils, son front plissé, en regardant dans la direction de l'entrée. Quand la silouhette de Kol se dessinait sous son regard ahuris, un soupir incrédule s'échappait de ses lèvres. Mais s'il aurait pu en d'autres circonstances s'égayer de cette venue et s’épandre dans des embrassades dignes de retrouvailles familiales, le comportement du jeune frère avait eu le don de le refroidir presque immédiatement. Il le regardait s'avancer dans le manoir comme s'il était déjà chez lui et s'approprier tout ce qui touchait ses mains, y compris son alcool.

« Quelle... Charmante surprise. » se contentait-il de dire sur un ton empreint de cynisme.

Elijah regardait Kol un sourcil légèrement arqué. Il tournait alors la tête sur le côté en prenant appuie sur une de ses jambes, sa langue passant furtivement entre ses lèvres. Puis, il s'approchait du vampire mais le dépassait pour ensuite se retourner et fixer dans un premier temps Niklaus. Il serrait sa lèvre inférieur entre ses dents et inclinait ensuite son visage vers le haut côté, en direction de Kol, détaillant de ses yeux plissés le sang qui se trouvait sur sa mâchoire.

« Je vois qu'il ne t'aura pas fallut longtemps pour te mettre à l'aise. », sifflait-il entre ses dents en prenant appuie d'une main sur l'élément mural, son autre main dégageant rapidement sa veste pour se poser sur sa hanche.

Bien qu'il arborait un air particulièrement calme, Elijah était légèrement titillé par le comportement fort déplacé du plus jeune homme de la fratrie. Ses manières quelques peu rebutantes avaient eu le don, plusieurs fois, de créer chez Elijah un certain désœuvrement. Il regardait sa main jouer sur le bois avant de reporter son attention sur Kol, sourcils arqués.

« Et si tu nous faisais don de quelques explications quant à ta présence ici, Kol. »

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 1 Nov - 0:58
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il t’observe avec attention, arquant un sourcil face à ton brin de voix condescendant quant à l’illusion de son refus d’obtempérer. Il avait juste appris avec les siècles, que s’il voulait gagner une guerre, il devait combattre seul. Quand la famille forge l’armure d’une force dorée, elle n’omet pas pour autant d’en construire le glaive susceptible de la briser. Il entrouvre les lèvres, découvrant sa dentition inférieure, inspirant simplement de lassitude.

« - Ne parle pas de méfiance quand ce que j’énonce n’est que pure évidence. Tu ne supportes pas l’idée de te faire manipuler par quelques illusions fallacieuses, et malheureusement c’est ce qui arrive assez souvent. »

Il n’a pas le temps de t’annoncer son aide plausible quant au grimoire qu’il tenait sous son bras. La porte s’ouvre dans un glas théâtral, offrant à sa vue une silhouette bien familière. Tout amusement déserte son regard devenu abyssale, les sourcils se froncent simplement en détaillant son petit frère. Ses narines se gonflent progressivement pour contenir une colère qu’il réprimait. Il fallait dire que leur dernière entrevue ne lui laissait guère un souvenir plaisant. Et le sarcasme qu’il employait n’était probablement pas bien accueillit par l’hybride.

« - Il ne manquait plus que le plus sanguinaire et irréfléchi de la fratrie pour parachever ce tableau pittoresque. »

Il secoue la tête simplement, soupirant d’exaspération. Il s’avance vers le fauteuil et pose délicatement le grimoire sur la petite commode, redressant un regard amusé vers les yeux de son frère aîné. Lançant dans un cynisme franc :

« - Allons Elijah, poses-tu réellement la question à Kol ? »

Il tourne son regard vers Kol et se rapproche de la bouteille, se servant un verre de bourbon et soufflant dans un brin de voix nonchalant et sarcastique :

« - Toujours en quête d’attention, il use d’extravagance et laisse un amoncellement de cadavres dans son sillage. Il faut croire que rien n’a changé. Que veux-tu, Kol, tu as besoin d’argent de poche ? »

Il hausse les sourcils avec un cynisme badin. Son sourire s’étire très légèrement, ne laissant paraître aucune émotion déchiffrable sur ses traits. Sa langue humecte sa lèvre supérieure pour souligner l’agacement naissant suite aux quelques remarques désobligeantes du plus jeune. Ses yeux alternaient entre ses deux frères. Il fallait croire que cette réunion familiale improvisée n’avait rien du dîner tant convoité par les invités.




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 1 Nov - 15:52

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”

Le manoir, sombre de l’extérieur, éclairé de l’intérieur, reflétait parfaitement la psychologie des Mikaelson. D’extérieur, on pourrait penser qu’aucun d’entre eux ne s’aime, étant donné les nombreuses trahisons faîtes, les morsures administrées, ou les dagues plantées. Pourtant, à l’intérieur, la famille était basée solidement sur un principe propre à eux « Always and Forever » Certes, au cours des 10 derniers siècles, cette devise avait été quelque peu détruite par les comportements de Finn ou même, de Kol en personne. Cependant, et, c’est sans doute pour ceci que les Mikaelson régnaient si facilement dans le monde surnaturel, ils oubliaient leur différents lorsque quelqu’un de la famille était en difficulté ou en danger.

Voilà pourquoi Kol était donc venu ici à Ystéria, pour prêter main forte à ses deux grands frères, mais aussi, car, bien qu’il eût du mal à l’avouer, Elijah et Niklaus lui manquaient., il n’était pas prêt de le dire, faute de fierté.

Kol se resservi un verre, vidant presque la bouteille, tout en faisant varier son regard de Niklaus à Elijah. Il avait bien compris que son arrivée n’était pas la bienvenue ou même espérée, ce qui, très profond en lui, le vexa quelque peu. Se levant, pour retirer sa veste en jean noire afin de la lancer sur un des fauteuils du salon, il leva les yeux au ciel face aux accusations de Niklaus et d’Elijah. Les mauvaises habitudes revenaient vite au galop.

Passant son index sur sa goutte de sang, pour ensuite le lécher, il laisse résonner un rire amusé et un brin sarcastique dans la pièce qui demeurait si calme. Contournant Niklaus en le bousculant volontairement, il vient se poster devant Elijah, remettant convenablement sa cravate.

-Elijah, ne me fais pas de leçons de morale sur ma faim veux-tu ? J’ai entendu que tu n’as même pas su contrôler la tienne face à une jeune humaine. *Il lui donna une petite claque amicale sur sa joue* -Visiblement Ystéria veut que tu te rappelles de cette bloody red door. Attention quand même à ne pas mordre Hayley *-Il se pencha pour lui murmurer, un grand sourire aux lèvres, à son oreille* -Ne fais pas la même erreur qu’avec ta bien-aimée Tatia.

Se redressant pour s’intéresser à ce grimoire que Niklaus avait posé sur la table, il regardait justement son grand frère du coin de l’œil, tout en feuillant le livre de magie. Prenant le livre dans ses mains, il s’assit sans délicatesse sur la commode, faisant tomber quelques verres qui étaient posés dessus. Ils se brisèrent, éparpillant ainsi les nombreux cristaux de verre sur le parquet sombre du manoir. Kol ne prêta absolument aucune attention à sa « bêtise » si bien qu’il pointa Niklaus à l’aide du grimoire à la place, assombrissant un peu plus son regard

-J’use peut-être d’extravagance, comme tu le dis si bien, mais contrairement à toi, je n’offre pas de mise en scène pathétiques et ridicules aux habitants. À croire que tu prends cette ville pour une scène de théâtre, alors, dis-moi, qui recherche le plus l’attention des autres entre toi et moi ?

Il soutenait le regard de son frère pendant quelques secondes avant de le rabaisser vers le livre qu’il tenait.

-Visiblement, vous ne pouvez pas vous séparer d’un grimoire. *Il le jeta à terre, parmi les cristaux, écrasant davantage quelques morceaux fragiles. * -Ce n’est pas ce nid à poussière qui vous fera sortir d’Ystéria.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Jeu 2 Nov - 20:37


Elijah M.
Ft. Niklaus Mikaelson and Kol Mikaelson.


Le visage du vampire se tournait sur le côté comme pour éviter la "caresse" de son cadet. Il haussait lentement un sourcil alors que sa langue traversait ses lèvres pour en goûter l'amertume qui s'y était déposée. Les mots de Kol avait eu le don d'attiser en lui la flamme de la rage qui commençait à le consumer, mais gardant la tête froide et les idées claires, il préférait faire l'impasse sur ses tentatives de le toucher; s'offusquer ne servait à rien et Kol l'avait assez prouvé. Plutôt que de lui répondre, il fixait alors Niklaus et soupirait légèrement son ennuie.

« Tu fais bien de souligner cette question, Niklaus. » soufflait-il avant d'observer le vampire originel s'installer sur le fauteuil.

Quand le verre se brisa, Elijah redressait légèrement le menton et précisait son regard sur l'étendue des dégâts alors qu'il se sentait perdre patience. Le bouquin qui frappait le sol et brisait davantage ce qui en restait de sa verrerie ne fit que d’accroître l'impatience qui naissait en son sein, et il s'approchait d'un pas lent et mesuré de Kol.

« Je ne vois aucun inconvénient à ce que tu t'installes ici mais tu seras prié de corriger ton comportement et de le rendre plus adéquat. » sifflait-il à travers sa dentition serrée, celle du bas étant dévoilée par sa lèvre inférieure.

Elijah prenait appuie sur une de ses jambes, sa main du même côté se posait sur sa ceinture alors que de l'autre bras il étirait sa manche dans un geste fluide avant de venir lisser sa barbe naissante. Il fixait un point imprécis dans l'espace avant de regarder à nouveau le cadet des frères, le jaugeant avec une certaine froideur avant de reporter à nouveau son regard ailleurs.

« Tu auras l'obligeance de nettoyer le sol de ton passage. »

Puis, il attrapait le journal au sol ainsi que sa veste qui se trouvait derrière Kol et traversait la pièce en se dirigeant vers le couloir, laissant à ses deux frères l'occasion de profiter de ses retrouvailles, préférant ne pas y participer plus longtemps.

@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 3 Nov - 17:08
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il plisse légèrement les yeux face à la pièce burlesque qui se jouait devant lui. L’éternelle querelle cynique des Mikaelson, c’était à qui serait le plus fort dans cette guerre de joutes verbales en tout genre. Le pathétisme de cette situation commençait à l’agacer. À croire que le plus jeune était revenu uniquement pour vous dévier de votre objectif principal. Cette constatation le rendit sceptique. Relevant le regard vers Kol, il humecte très lentement sa lèvre supérieure en inspirant. Son regard s’était obscurcit et au fil de ses propos, il se rembrunit. Serrant les dents et se faisant violence pour ne pas lui rendre le coup importun qu’il lui avait donné.

« - C’est amusant de voir que tes éternelles piques cyniques n’ont pas été renouvelées. L’effort était peut-être encore trop surhumain pour un gosse en proie à un manque d’attention affligeant de la part de son entourage. »

Il hausse les sourcils lorsque le plus jeune s’adresse enfin à lui, un sourire narquois au bord des lèvres. Mutin et presque espiègle, il joint ses mains dans son dos pour ne pas donner libre court à ses gestes protubérant, prenant la liberté d’ignorer certains gestes et certains propos. Il fronce les sourcils et s’avance, le front marqué de quelques rides de réflexions feintes. Il lève son index vers le plafond en pliant simplement le bras, entrouvrant les lèvres ne découvrant que la partie inférieure de sa dentition.

« - Tu sais c’est drôle comme souvent la langue acérée d’une personne finit par lui trancher sa propre gorge. Veux-tu calmer ton langage, ou serais-je finalement forcé d’arracher la langue moi-même de ta bouche pleine de bave ? »

Il avait émis la fin de ses paroles en le désignant simplement du bout de son doigt, prenant progressivement place aux côtés de l’aîné. Ce dernier semblait répondre aux provocations par son dédain naturel. Le sourire de l’hybride s’étire dans une malice insoupçonnée, il redirige son regard dans celui de Kol. Laissant Elijah s’échapper, il se rapproche du plus jeune et le soulève pour le plaquer contre le mur d’une main, levant l’autre pour diriger son index devant son visage. La mâchoire crispée, et le regard franc, il vocifère dans une colère réprimée :

« - Je ne sais pour quelle raison tu te pointes au manoir, tu ne me feras pas croire que tu as soudain été piqué par une nostalgie familiale. Mais saches que si tu ne réponds pas à cette interrogation avant ce soir, qu’importe la raison véridique qui t’a poussé à t’aventurer dans nos plans, elle n'aura plus aucun intérêt lorsque je t’enverrai pourrir en enfer. »




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 3 Nov - 20:27

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”

Visiblement, son entrée imprévue n'avait pas eu succès, comme 90% du temps. Lui qui prenait un malin plaisir à titiller ses frères, il devait reconnaître qu'il ne pourrait pas continuer ce jeu dangereux, surtout en cette période, afin de pouvoir rester un minimum de temps dans le manoir. Il était conscient qu'actuellement ses deux frères étaient contre lui et cela pouvait bien se comprendre après tout. Ses remarques étaient mal placées, mais c'était sa marque de fabrique depuis plusieurs siècles. Observant Elijah, en retenant un rire amusé face à ses nobles manières qu'il trouvait très ridicule, il se forçait à garder un visage neutre tout en écoutant Elijah. Le regardant ramasser le grimoire, il remarqua finalement les dégâts qu'il avait causés en brisant les verres.

Pinçant ses lèvres, comme par faux regret, il se dit qu'il n'avait pas forcément besoin de ça pour se faire remarquer, à vrai dire, tous les regards (noirs) étaient braqués sur lui. Il se remit debout, écrasant d'autres morceaux de verre, et regardait Klaus d'un sourire mauvais. Il fronçait les sourcils et relevait la tête comme pour défier son frère du regard lorsque ce dernier prononça des menaces contre lui. Il vient près de lui, un sourire victorieux aux lèvres.

-Mais tu ne vas pas le faire n'est-ce pas ? Elijah n'acceptera pas tes méthodes de toute manière et *il posa une main sur l'épaule de Nik* -Si tu voulais vraiment le faire, tu l'aurais déjà fait, ais-je tort ? Malgré ta haine que tu éprouves pour moi au fond de toi, je reste ton petit frère a qui tu as assisté à sa mort deux fois.

Conscient d'être au bord de dépasser les bornes, il se dit que de baisser d'un ton serait peut-être idéal, surtout lorsqu'il sentait la colère de l'hybride grandir de plus en plus. Une dague était vite arrivée et plantée, surtout dans un moment de crise comme celui-ci. Son attention se reporta sur l'aîné de la famille, qui quitta sans explication et précipitamment la place, sans doute blasé de cette querelle familiale.

-Alors c'est tout ? *Demanda-t-il en ouvrant ses bras en signe d'incompréhension. -Tu pars sans explication, sans prévenir ? Toi qui pourtant se revendiques être le plus attentif et le plus compréhensif de la famille, tu nuis à ta réputation brother. Et non, je ne vais pas nettoyer, je ne suis pas venu ici pour ça après tout.

Sans s'attarder plus que ça sur Elijah, il allait se diriger vers la table centrale en secouant sa tête, pour se servir un énième verre de bourbon. Il fut cependant, rapidement claqué par Niklaus sur le mur, ce qui lui décrocha un grognement de rage. L'air commençait déjà à manquer tant la poigne de son frère était forte et il posait sa main sur le bras de Niklaus tentant de le repousser. Poussé par sa rage, il hurla pour faire ressortir toute sa colère à l'égard de son frère et le le repoussa violemment avant de le lancer sur la table du salon, dont une partie s’effondra dans un vacarme assourdissant sous le choc. Il jugea son frère d'un regard presque supérieur, en mettant ses mains sur ses hanches, décidément de ne pas attaquer de nouveau.

-Je ne suis pas venu pour vous faire du mal bloody hell ! Le problème Nik *Il soupire en s'accroupissant à ses côtés* -C'est que je ne peux pas, contrairement à Elijah, Rebekah ou même Freya venir ici pour vous dire que j'apporte mon aide pour sortir de cette foutue ville car... Car, tu rirais à ma figure Nik, tu ne me prendrais pas au sérieux tandis que tu remercierais déjà les autres. Crois-moi, j'ai rangé les trahisons et les mauvais coups dans mon passé brother.

Il se releva, et tendait sa main à Niklaus pour qu'il se relève, lui montrant cette "nouvelle" facette de lui, très peu utilisée.

-Je n'ai peut-être pas fait l'entrée la plus diplomatique qui existe, mais je suis sincère. Aies confiance en moi, pour une fois dans ton immortalité et je te prouverais mon utilité.

Il espérait, pour l'une des rares fois, avoir une place essentielle au sein de la fratrie.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Dim 5 Nov - 22:13
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il rit légèrement en haussant un sourcil, soulevant les épaules et pinçant ses lèvres dans une moue dubitative au bord de la raillerie. Il passe très furtivement sa langue sur sa lèvre supérieure, levant la main vers le puîné des frères pour le désigner et souffler :

« - Toujours à te cacher derrière le plus grand dans l’espoir d’être protéger du méchant frère. Qu’importe qu’Elijah n’approuve pas mes exactions, il finira toujours par m’en pardonner l’ampleur. »

Un sourire satisfait lorgne la commissure de ses lèvres, son corps fait un élan en avant, dans un sarcasme il souffle :

« - Tu es bien placé pour le savoir. »

Il ravale sa salive lorsque son frère ose lui rappeler ses morts. Loin de l’indifférence qu’il affichait, son sang bouillonnait dans ses veines, laissant place à une colère qu’il ne pouvait que rarement réprimer. Il y avait bien une chose qui réussissait à toucher l’hybride immortel, le bâtard inconditionnel : sa famille. Là où Elijah voyait une force, il y voyait une faiblesse, une plaie béante qu’il se devait de panser avant qu’elle ne daigne s’ouvrir à coup de paroles véhémentes. Son regard s’obscurcit alors, plongeant dans les prunelles du plus jeune.

« - Laisse-donc Elijah s’éviter la peine de rentrer dans un débat stérile conduit par tes quelques lubies d’adolescent. »

Sa mâchoire se crispe. Sous la rancœur aberrante qu’il tentait vainement d’adoucir, se trouvait une véritable affection pour les membres de sa famille. Voué à ne jouer qu’un rôle de strapontins dans ce théâtre familial, il s’était accordé à l’idée que l’amour qu’il lui vouait, ne causerait que sa perte. Votre malédiction était de vous aimer autant que de vous haïr. Et cette amertume intarissable était loin de pouvoir péricliter avec les siècles. Seul le danger vous réunissait ; les fondations de cette confiance illusoire et éphémère n’étaient pas solides. Un grondement sourd lui échappe lorsque ses pieds quittent le sol. Son dos atterrissant donc sur la table, en brisant le bois. Il entrouvre les lèvres dans un grognement de rage, relevant son regard violemment dans le tien, ses narines gonflées. Il souffle alors entre ses dents :

« - C’est à force de tes nombreuses trahisons et de tes nombreux mensonges, que la confiance ne t’est pas accordée. Kol. Avec les siècles tu n’as de cesse de conspirer contre les tiens pour assouvir des désirs égoïstes. Alors ne nous reproche pas de trouver ton retour pour le moins étrange.  Avec une telle aisance dans une ville qui pourrait causer notre perte. »

Ses traits se tirent un peu plus, laissant le voile d’un calme déconcertant adoucir son expression. Il agrandit les yeux et lèche furtivement ses lèvres, fixant dans un silence de plomb la main qui lui était tendue. Il finit par la prendre et se redresser, la relâchant aussitôt. Restant face à face avec son jeune frère, il incline son regard et souffle dans un ton sardonique ;

« - La confiance s’acquiert et se gagne. »

Il rapproche son visage de celui de Kol, rehaussant son nez dans une expression médisante, soufflant dans un ton amer comme si ces deux mots lui écorchait les lèvres :

« - Mon frère. »




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 6 Nov - 10:33

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”

Lui, qui, pensait comme un être naïf et idiot que Niklaus allait lui faire si facilement confiance, se trompait une nouvelle fois. Il avait été certes quelque peu heureux lorsque son frère prit volontiers sa main, mais il ne s'attendait pas à cette grimace de mépris que Klaus venait de lui offrir. Kol sentit son cœur exploser en mille morceaux, comme ces éclats de verre toujours au sol. Il sentait son organe vital saigner face à ce visage qu'il détestait tant : Celui de la haine.
Malgré ses airs sûrs de lui, provoquant et parfois agaçant, Kol était un petit garçon sensible qui ne demandait qu'à être aimé. Ces paroles l'avaient blessé, et comme chaque bon Mikaelson blessé, les paroles qui allaient suivre n'allaient pas être pacifiques.

Baissant la tête, se pinçant les lèvres, il laissait planer un silence morbide dans la pièce. Plus aucun bruit, hormis la pendule dans le salon, ne se faisait entendre. Il relevait cependant la tête au bout de quelques secondes, révélant son visage encore plus froid que d'habitude. Pour calmer ses nerfs, il donnait plusieurs coups de poing dans le visage de son frère, avant de l'attirer vers lui, en le prenant par la veste. Sa lèvre inférieure tremblait de rage et il dut se faire violence pour ne pas t'arracher l'un de tes membres sur le champ.

-Ecoute moi bien Nik, je sais ce que j'ai fait ! Je sais que j'ai mis notre famille en danger à plusieurs reprises avec mes trahisons et crois-moi, passer 900 ans dans une boite m'a bien fait comprendre ta colère. Mais je ne suis pas le seul à l'avoir fait ! *Il approcha davantage Niklaus vers lui* Étrangement tu ne regardes plus Rebekah avec  le mépris que tu réserves à moi, pourtant dois-je te rappeler  qu'elle a osé appeler Mikael il y a de ça quelques années ? Elijah t'a planté une dague et pourtant, il reste comme ton meilleur ami. *Il haussait soudainement la voix, laissant ses veines de bras apparaître, soulignant sa colère* Alors pourquoi, quand j'essaie de montrer mon aide, tu me regardes comme ci j'étais ton pire ennemi ?!

Il lâchait finalement son frère pour lui tourner le dos, allant se poster à la fenêtre du manoir, un verre de bourbon à la main. Il baissait ses yeux vers ses doigts qui tremblaient, étant prêt à exploser de rage. Il but une gorgée, espérant le calmer.

-Quand je vois vos portraits si fièrement affichés dans la cour intérieure, crois moi ou non mais ça me rappelle bien que je n'ai jamais été parmi vous. Je me demande même si ta tristesse à été vraie quand tu as vu mon corps brûler chez les Gilbert.*Il marquait une pause, finissant l'intégralité de son verre avant de se retourner vers Niklaus, un faux sourire sur les lèvres* -Oui je t'en prie, dis à quel point je suis pathétique avec ma jalousie excessive, dis à quel point je n'essaie pas d'être aimé par vous avec mon comportement, c'est ta spécialité après tout. A t'écouter je n'ai que des défauts et je ne possède aucune qualité, n'est-ce pas ?

Posant vulgairement son verre sur un morceau de table non abîmée, il se dirigeait vers le salon sans t'accorder un seul regard. Il savait que sois tu le fusillais du regard, sois tu le méprisais. Dans tous les cas, il ne voulait pas voir ça. Il s'assit en expirant fortement avant de poser sa tête contre le dossier et de fermer les yeux, tentant de refouler cette rage qui l'empoissonnait.

-Que veux-tu que je fasse ? *Il ré ouvrit les yeux en décidant de finalement te regarder* -Que veux-tu que je fasse pour acquérir ta si précieuse confiance ? *Il hausse les sourcils en riant pour lui-même* -De toute manière même si je fais tout ce que tu veux, tu te méfieras toujours de moi n'est-ce pas Nik ? Tu ne partageras aucune information avec moi de peur que j'aille la répéter à tout le monde, tu iras voir Elijah pour lui demander un précieux conseil car, tu te diras que ton petit frère n'est pas assez fiable.

Il se leva brusquement, prenant sa veste pour la mettre sur lui, prêt à partir. Il s'arrêtait devant Nik, en gardant cet air cynique avec lui.

-Je vais te faire plaisir Nik, je vais franchir la porte du manoir et ne plus jamais revenir ici, car je vois bien que depuis mon arrivée, tu ne veux qu'une chose : Que je parte de TA maison. Vu le mépris que tu tiens à mon égard, tu ne vois aucun inconvénient à ce que je périsse une bonne fois pour toute dans cette bloody forêt.....Brother.

Sur ce, il contournait son frère pour se diriger vers l'entrée, se retournant à la dernière minute pour poser sa main sur l'encadrement de la porte.

-Oh hé, par pitié, ne jette pas mes cendres par dessus le pont d'un air faussement triste comme tu l'as fait pour Finn. J'ai eu assez affaire à tes hypocrisies dans mon immortalité. *Il tapait le mur de sa main plate en regardant une dernière fois d'un air nostalgique la pièce à vivre -Sur ce, longue vie aux Mikaelson brother !

Effectivement, Kol Mikaelson blessé était peut-être dans l'excès, mais il avait vidé une bonne fois pour tout son sac. Il s'apprêtait à quitter le manoir, afin d'aller affronter cette forêt.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 6 Nov - 12:36
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Durant des siècles et des siècles il avait été confronté à tout type d’ennemis. Il avait anéanti ses détracteurs et tout opposant susceptible de remettre en doute la cruauté de ses actes. Cependant, une erreur pour le moins fatale et récurrente pesait sur sa conscience. Prouvant par là une faiblesse qu’il ne pouvait accepter : sa famille. Elle était celle qui était la plus à même de le détruire, et il ne pouvait se résoudre à résorber le problème à sa racine. Sa famille cherche inlassablement un moyen de le détruire, et chacun d’entre vous avez un jour attenté à sa vie, contrairement à lui qui ne faisait que gagner du temps en conservant votre inconscience éphémère. Sa famille était sa malédiction, celle qui causera probablement sa perte. Et malgré la haine, la rancœur, et le mépris… Il savait au fond de lui qu’il ne serait jamais vraiment heureux sans vous.

Il relève son regard, son visage ressentant les premiers coups avec une violence inouïe, à peine tournait-il son regard vers le tien, dans un grondement obséquieux, qu’un nouveau coup l’affligeait. Ses prunelles avaient pris une teinte ambre par réflexe, ses narines s’étaient gonflées. Il se met pourtant à rire face à ta réaction désopilante. Portant son pouce au coin de ses lèvres, les essuyant et le rapportant à sa bouche pour se délecter de son propre sang.

« - Tu es affligé par le temps que je prends à croire tes quelques bouffonneries. Sans penser une seule seconde que ton acceptation et ta patience auraient été plus convaincantes. »

Son regard se ferme davantage, il se détache de ton emprise et se recule. Une veine saillante se dessinant sur le coté de sa trachée pour souligner une colère écumante.

« - La ferme ! Il ne sert à rien de se remémorer un temps révolu qui ne cesse de me prouver ô combien la famille à laquelle j’ai toujours aspiré, n’a eu que du mépris et une haine certaine à mon égard. MON PROPRE SANG. Me prouvant à maintes reprises que ma vie vaut probablement moins que vos aspirations romanesques et vos idéaux stériles. »

Il te pointe de son index, sa colère irritait sa rétine, la rendant brûlante sous son joug. Ses lèvres tremblent alors que les muscles de sa mâchoire se crispent avec violence. Il hurle finalement d’une voix rauque qui périclite progressivement vers une fêlure qu’il ne montrait que rarement :

« - VOS VAINES TENTATIVES POUR ME TUER N’ONT JAMAIS EU RAISON DE MOI. Elijah, Rebekah, Finn et toi… Vous avez tous votre lot d’erreur, j’ai les miennes et je n’ai pas la prétention d’en demander le pardon. »

Il émet un rire douloureux, haussant les sourcils et se rapprochant de toi, secouant son index devant toi.

« - Toujours en quête d’une attention particulière sans jamais voir que tu l’avais déjà avant de la détruire. »

Il se rapproche, serrant les dents, il fumait littéralement de rage et accompagnait ses paroles de quelques gestes exubérants.

« - Et tu ne sais pas combien j’ai pleuré ta mort et combien j’ai tenté de la venger. Il ne s’est pas passé une seule seconde sans que je ne pense à toi et je ne trouvais de consolation qu’en imaginant les tortures que je pourrai infliger à tes bourreaux. »

Il se calme instantanément, inspirant simplement en plissant les yeux, limitant ses battements de paupières. Il passe très furtivement sa langue sur ses lèvres, levant le regard vers le tien, alors que tu t’installais sur le fauteuil. Il se tait un instant, te voyant déclamer ces inepties avec tant de conviction. Il serre la mâchoire, te dévisageant, se rapprochant avant de souffler dans un ton de supplique qu’il exécrait :

« - Je n’ai pas envie de te voir mort, idiot. Malgré ton comportement tu restes toujours mon frère. La chair de ma chair, mon sang. Je n’ai jamais demandé à ce qu’on comprenne ma façon d’agir et la maladresse avec laquelle je tentais de vous protéger. Mais cesse d’énoncer ces quelques discours sur le fait d’être mal aimé ! »

Il appuyait sur les mots forts de son discours, en les accompagnant d’un tremblement de mains, tentant de garder une certaine contenance dans sa voix éraillée par l’émotion et l’insubordination. Il se rapproche d’un air décidé tout en te dévisageant :

« - Je vous considère tous à juste titre. Tu es un Mikaelson, quoi que tu en dises, quoi que tu ressentes. Et j’ai besoin de toi à mes côtés. »

Il se rapproche en relevant son regard, se postant devant toi en omettant les coups passés, pour souffler contre ton visage d’un air sérieux :

« - Mon frère… Il n’est jamais trop tard pour me prouver que je peux te faire confiance. »

Ses yeux toisent les tiens avec une certaine profondeur, déglutissant simplement.




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 8 Nov - 17:20

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”

Ce n'était pas la première fois qu'il se "révoltait" si l'on pouvait dire ça, face à ses frères. Kol était bien connu pour ne pas garder sa langue dans sa poche, criant la vérité qu'elle soit bonne ou non à voix haute. Il déballait souvent son sac et s'était pris de nombreuses désagréables remarques pour ça. Alors oui, il avait toujours ce besoin incessant d'attention, ce besoin d'être écouté, d'être compris. Ces phrases qu'il criait presque était le seul moyen d'être vraiment écouté, quitte à faire hurler l'hybride. Durant son pique de colère, il ne préféra rien dire de plus, voulant ne pas attiser davantage sa colère au risque de se faire mordre ou de retourner dans sa si fidèle boîte.

Sans surprise, c'était évident qu'il n'acceptait pas les méthodes trop autoritaires qu'employait son frère. Lui, qui détestait par dessus-tout l'autorité, il pouvait dire qu'il était servi avec Niklaus. Son caractère, combiné avec son aîné, ne faisait généralement pas bon ménage. Il s'apprêtait à partir lorsqu'il s'arrêta, revenant sur ses pas suite aux paroles réconfortantes de Niklaus. Baissant ses yeux vers ses mains, il fut surpris de voir celles-ci trembler, comme ci son corps ne supportait pas cette soudaine et brutale vague d'émotions. C'était bien la première fois qu'il voyait son frère comme ça, et, bien irnoniquement, il regrettait déjà ses paroles trop amères qui lui avaient dîtes.

Un petit sourire au coin des lèvres se dessina, comprenant qu'il n'était pas si inutile que ça après tout. Il croisait ses bras sur sa poitrine en écoutant les dernières paroles de Nik. Il pris la parole, en parlant, cette fois-ci beaucoup plus calement.

-Tu dis que tu as besoin de moi pourtant je n'ai pas le droit de partager tes secrets, comme tu le fais avec Elijah. Nik *il soupire, le suppliant presque du regard* -Mes trahisons sont derrières moi, je n'ai plus envie d'agir comme ça aujourd'hui. Mets tes doutes de côté et crois moi..s'il te plaît.

Il pose une main sur son épaule, la serrant doucement. Il le regardait avec la même intensité que lui. Pour le coup, il avait presque oublié le départ d'Elijah, tellement il était pris par la situation actuelle.

-Demande-moi n'importe quoi, je le ferai.*Il penchait la tête, avec un sourire amusé* -Surtout de tuer quelqu'un, tu sais que je le ferai avec plaisir ça.

Il décidait d'enlever sa veste pour la poser sur le canapé, avant d'aller se servir, pour la énième fois un verre de bourbon, aimant tout particulièrement cette boisson. Tout en laissant le précieux liquide couler dans le verre, il relevait les yeux vers Nik d'un air interrogatif.

-Tu as une idée pour quitter cette bloody ville Nik ? Car honnêtement supporter Elijah est déjà quelque chose, mais vous supportez vous deux en est une autre. Dit-il sur une pointe d'ironie.

Il servit un autre verre et allait l'amener à Niklaus, comme un symbole de paix entre eux deux. La paix n'allait peut-être pas durer, mais, il fallait au moins profiter de l'instant présent, avant les nouvelles remarques désobligeantes qui pourront resurgir.



(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 8 Nov - 21:23
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il fronce les sourcils, son regard terni par les années te faisant face, tous les traits de son visage étaient tirés vers le bas et pourtant ne représentaient aucune émotion apparente. Un vide sidéral et une expression indéchiffrable. Il bat très lentement des paupières pour écouter son frère qui semblait certain d’être mis à l’écart de ses secrets. Humectant ses lèvres, ravalant sa salive il souffle simplement :

« - Je n’ai pas de secret, Kol. Je viens tout juste d’arriver et de confronter Elijah à sa naïveté chevaleresque. Je n’ai pas encore eu le temps de juger de l’étendue du danger que représente cette ville. Et je m’aperçois jour après jour qu’elle regroupe les créatures les plus puissantes. »

Il serre les dents à cette constatation qui n’augurait rien de bon. Il était convaincu que ce rassemblement inopiné de créatures, dans une ville qui n’avait pour nom qu’une légende… ne représentait qu’un funeste présage concernant leur race. Vous étiez les premiers, cela incluait probablement le fait d’être les derniers. Il hausse les épaules en soupirant grandement. Finalement la tension s’était adoucie et était presque reposante. Ressentant ta poigne sur son épaule, il s’autorise un énième regard vers le tien, relevant le menton pour te faire face et entendre ce que tu avais à dire. Un sourire se frayant un passage sur ses lèvres face à ta réplique, il secoue la tête de dépit et lève les yeux au ciel, pinçant ses lèvres l’une contre l’autre dans une moue faussement perplexe.

« - Cesse donc de vouloir te précipiter, mon frère. J’imagine que tu as dû remarquer le peu de vie qui gambadait dans les rues. Il vaudrait mieux ne pas manquer… de nourriture. »

Il incline son regard en haussant les sourcils. L’ordre était probablement implicite, il cherchait des humains pour vous fournir une banque de sang assez conséquente, sans tuer évidemment. Il apprenait de ses erreurs et se permettrait de tuer lorsque les touristes afflueraient sur la place publique. Il lèche ses lèvres et inspire, se rapprochant alors de la petite commode pour se servir à son tour un verre. C’est à ce moment que tu lui en offres un. Il hausse les sourcils s’en emparant de bonne grâce.

« - Rien ne sert de vouloir quitter cette ville tout de suite, si tu veux mon avis. Nous avons été attirés ici par un subterfuge qui vaut toute l’attention du monde. »

Il se retourne, le verre dans sa main, s’appuyant sur la commode. Il fixe le liquide avec un intérêt fin, entrouvrant les lèvres pour ne découvrir que sa dentition inférieure.

« - Elijah a reçu, il y a quelques temps déjà… La lettre d’une jeune jouvencelle qui a autrefois tourmenté son cœur. »

Il émet un léger rire en se délectant du liquide de son verre. Ravalant ensuite sa famille, il ne pouvait cacher le mépris qui guettait son regard. Il serra si fort sa poigne contre le verre que celui-ci se brisa simplement.

« - Je te laisse deviner de qui il s’agissait. Je pensais à une chimère ou un piège grotesque. »

Il se rapproche de toi et soupire, levant son regard vers le tien. Cette information n’avait pas encore été communiquée à Elijah, et il ne savait pas ce que tu allais en faire. Mais cela lui était égale. Peut-être l’aiderais-tu, peut-être le dissuaderais-tu.

« - Je l’ai rencontrée. Elle était censée être morte. Et pourtant elle était bien face à moi. En chair et en os. » Il serre les dents, grimaçant de colère. Il serre ses doigts avec force. « Tu ne sais pas à quel point j’ai eu envie de lui arracher la tête de son corps frêle. Il reste désormais à savoir… Ce qui t’a attiré ici. »

Dit-il simplement dans un ton fatidique. Relevant son regard dans le tien avec un calme déconcertant.



By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 9 Nov - 16:41

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”


Tapotant ses doigts contre son verre à moitié rempli, il toisait Niklaus d'un air quelque peu sceptique. Nous avons tous des secrets, qui parfois nous obsèdent, nous hantent jour et nuit, nous rendent malade. Nos secrets seront tous, un jour ou l'autre, dévoilés à voix haute, causant peut-être de lourdes répercussions sur l'entourage.

Niklaus n'avait peut-être pas de secrets ici, à Ystéria, mais Kol savait pertinemment qu'il en avait de l'époque de la Nouvelle-Orléans, ou même de Mystic Falls. Posant son verre sur la table, pour ensuite poser ses mains sur ses hanches, il retrouvait son air quelque peu énervé.

-Nik, ne recommence pas ! Tu n'as peut-être pas de secrets ici à Ystéria, mais tu en as forcément des anciens qui datent de la Nouvelle-Orléans. *Il se rapproche de lui, plissant les yeux de malice* -Je suis sûr que certains d'entre eux te hantent en permanence non ?

Ne voulant pas insister davantage sur ce sujet périlleux, il s'éloigna de Niklaus avant de reprendre son verre pour le finir d'une traite. Il leva les yeux au ciel en secouant sa tête face aux propos de son frère. Rester ? Non, ce n'était absolument pas dans ses priorités. Il voulait partir au plus vite pour pouvoir reprendre sa vie d'avant. Apprendre à connaître cette ville allait vite le rendre malade. Cependant, il se doutait que Niklaus avait une idée derrière la tête, car, être prisonnier d'Ystéria ne devait pas lui plaire.

-Nik des fois...Souvent je ne te comprends pas. Comment peux-tu rester une seule seconde dans cette bloody ville ?! *Il haussait la voix par palier* -Peu importe pourquoi nous avons été attirés ici, il faut trouver une solution pour s'échapper d'ici car je vais devenir fou, d'autant plus si les réservoirs de sang sont limités.

Tandis qu'il regardait dans la cour intérieure à travers la fenêtre, il te regardait par-dessus son épaule en arquant un sourcil. Elijah avait toujours été rythmé par l'amour soit par Tatia, soit par Hayley, il y a peu. Il lâchait un rire quelque peu mesquin.

-Une vieille...

Il s'arrêta net lorsqu'il entendit ton verre se briser. Il se recula de toi, en fronçant les sourcils, croisant ses bras sur son torse. Il avait du mal à comprendre ton soudain excès de colère, même si lui en avait beaucoup. Il ne savait pas de qui tu parlais, du moins, il avait une vague idée mais n'était pas sûr. Avec ses nombreuses absences ou dagues, il avait loupé presque la moitié du passé de ses frères et de ses sœurs. Cependant, il avait entendu parler d'une certaine Tatia qui avait été sauvagement tuée par Elijah lui-même.

Il fixait le sol d'un air pensif. Si Tatia avait pu revenir à la vie, peut-être que Davina le pourrait aussi. Ystéria n'était pas si maudite que ça après tout. Il préféra garder ses pensées pour lui...Il préféra, garder son secret, pour lui. Relevant la tête fièrement, il s'assit sur la table.

-Tatia ? La mystérieuse double Petrova tuée par Elijah serait donc revenue à la vie, et tu veux la tuer ?*Il secoue sa tête, en passant sa main dans ses cheveux* Nik, tu as failli me perdre, tu veux perdre Elijah ? Ton plus grand allié ? Tu deviens de plus en plus stupide tu le sais ? Tu veux juste détruire une nouvelle fois ta famille Nik ?

Il toisa Niklaus d'un regard intrigué pendant quelques secondes avant de hausser les épaules, fixant un point invisible sur le sol.

-J'ai quitté la Nouvelle-Orléans pour me rendre dans cette forêt. J'ai été poussé par une envie d'aller visiter ce tas d'arbres, d'aller découvrir ce qu'il y avait au bout de la forêt. J'ai eu une envie de faire demi-tour, pour repartir sur mes pas, mais j'ai soudain eu un bloody violent et mystérieux anévrisme. Alors j'ai continué à avancer, jusqu'à la place publique d'Ystéria.

Il releva son regard vers Nik, l'assombrissant quelque peu.

-Nous sommes des Originels, mais nous nous laissons manipuler par une force invisible. Tu trouves ça normal ? Et tu veux rester ici, en te laissant manipuler par un fantôme ?



(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 10 Nov - 15:03
► Nobody hurts my family and lives. No one.



Elijah: What is it you intend to do, brother? Klaus: Whatever it takes to save our family.


Il passe très lentement sa langue sur ses lèvres en ravalant sa salive. Soupirant simplement face à ton comportement.

« - Tu sais j’avais oublié pourquoi je te vouais une certaine hostilité. Ne me rappelles-donc pas l’origine de ma colère à ton égard, Kol. »

Il hausse les sourcils et t’offre un sourire condescendant. Tout en soufflant. Il n’était pas là pour se battre avec toi, encore moins pour entreprendre un quelconque débat stérile. Il voudrait principalement préserver son autre frère, en proie à une culpabilité bien plus dangereuse que toutes tes conspirations réunies. Il inspire et fronce les sourcils à tes prochaines paroles.

« - Epargnes-moi ta condescendance, Kol. Tu sais parfaitement que je ne suis pas au sein de cette ville de mon plein gré. Et qu’il est inutile de se battre contre le vent. C’est pourquoi il est plus utile de comprendre le mécanisme d’entrée, pour en déceler le mécanisme de sortie. Je te pensais plus perspicace. »

Il lève simplement les yeux au ciel et se place derrière la méridienne, posant ses mains sur le dessus de son dos et s’y appuyant légèrement. Il humecte ses lèvres et secoue sa tête très légèrement soufflant :

« - Me prends-tu donc pour l’un de ces palefreniers bons à rien ? Je m’occupe déjà des quelques boniments concernant ta soif étanche, Kol. Ne te préoccupe donc pas de ce genre de détail. »

Ses doigts serrent le tissu avec une telle violence qu’il en use le dessus et plie le bois. Sa mâchoire se crispe et il gronde, son regard se fermant et se plongeant dans le tien. Il retrousse le nez et lâche le meuble ancien pour te désigner de son index avec violence.

« - Epargnes-moi tes discours de cœur éploré quant à la perte de ta fiancée. Il ne s’agit nullement de son amour éternel. Mais d’une catin lubrique qui l’a sciemment piégé dans ce trou à rats. Je ne veux pas prendre le risque qu’elle empoisonne son esprit, et elle ne pourra décemment jamais accomplir ses vils desseins de mon vivant. »

Sa voix rauque éraillée par la colère emplissait la pièce comme une symphonie rythmée par toute la rage écumée. Il mord sa lèvre inférieure et lâche une plainte bestiale en tournant violemment sa tête rapprochant son poing de ses lèvres pour tenter de se calmer. Il lève son autre main et inspire simplement, s’éloignant de quelques pas de toi pour éviter de regretter ses paroles bienveillantes à ton égard.

« - Ça suffit ! Qui te dit que les viles machination d’une cité hantée ont une quelconque emprise sur moi ? Réveille-toi mon frère. À t’entendre je pourrai croire que tu prends peur. »

Un fin rictus moqueur s’empare de la commissure de ses lèvres. Cette ironie soudaine l’aidait à canaliser sa colère, qui n’était premièrement pas vouée contre toi.




By Timelapse


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Sam 11 Nov - 19:34

Family is power


(G. Orwell) ▽ We sleep safe in our beds because rough men stand ready in the night to visit violence on those who would do us harm.”


Assis sur la table, du moins, ce qu'il en restait, il sentait petit à petit la tension monter bien qu'elle était redescendue il y a peu. Le ciel s'était rapidement assombri, la noirceur avait avalé sans hésitation la teinte orangée présente entre les différents nuages, due au coucher de soleil. La nuit n'allait pas tarder et, les lampadaires jaunâtres donnaient un aspect lugubre au manoir.

Tapotant ses doigts sur la table, il ne préféra pas répondre à la première remarque de son frère, sachant qu'il allait laisser son impulsivité gagner une nouvelle fois. Il se contenta de lever la tête vers le plafond, pour expirer bruyamment, avant de la remettre dans une position normale. Il aimait de tout cœur son frère, mais de temps à autre, il voulait le frapper jusqu'à temps qu'il tombe inconscient, afin de le faire taire pendant quelques heures.

-Les mécanisme dis-tu ? *Haussant les épaules, il descendit de la table en ouvrant ses bras, l'air explicitement moqueur* -Je t'en pris, Sherlock Homes, mène ta bloody enquête dans ce trou paumé. *il secoue sa tête en mettant ses mains sur ses hanches, haussant quelque peu la voix* -Tu es le premier hybride originel mais tu n'es pas foutu de comprendre qu'il n'y a absolument rien à comprendre sur Ystéria.

Marquant une pause, il regardait une bougie allumée qui rependait un parfum vanillé dans le salon. Reportant son aigre regard sur toi, il reprit.

-Brûlons cette ville et voyons ce qu'il se passe, après tout tu as toujours aimé les feux de joies non ? Demanda-t-il dans un sourire, pour le moins sincère.

La patience n'était pas sa plus grande qualité. Il fallait que tout aille vite, que tout s'enchaîne dans un rythme soutenu et qu'il puisse passer à autre chose. Rechercher pendant des heures et des heures des informations sur cette ville n'allait pas lui plaire.
Il préféra tourner le dos à Niklaus pour aller jeter un oeil dans le couloir, afin de voir si son frère revenait. Il s'appuya sur l'encadrement de la porte et observa furtivement l'escalier qui menait à l'étage supérieur. Restant dos à toi, il s'amusait à faire tourner sa bague de jour autour de son doigt.

-Je ne t'ai jamais demandé de faire quoi que ce soit pour moi Nik, ne viens pas te plaindre. *Il te regardait par-dessus son épaule* -Je n'ai pas besoin de toi pour me trouver des potentielles proies Nik.

Il y avait certes peu d'habitants, mais Kol ne manquait pas d'imagination pour en trouver d'autres. Bien qu'il n'aimait pas cette ville, elle regorgeait d'endroits mystérieux peu exploités, du moins pour le moment.
En voyant qu'il n'y avait personne dans le couloir, il revient sur ses pas, mais s'arrêta brusquement. Le fait de parler de Davina lui évoquait des souvenirs en esprit, en particulier celui où il avait appris la mort de sa bien-aimée, sacrifiée par sa propre famille. Il avait vu ça comme une trahison, mais pourtant, il n'avait tué personne, contrairement à ce que Nik aurait pu faire.

-Par pitié ferme-là ! *Cria-t-il d'un seul coup, en contractant sa mâchoire* -Ne parles pas de Davina sous ce toit ! *Il te pointait du doigt mais ferma rapidement son poing, rentrant fermement ses ongles dans sa peau* -Visiblement ta passion est de détruire le bonheur de tes frères et sœurs.

S'approchant de Niklaus, il baissait la tête, afin de fermer les yeux, tentant de se calmer. Il savait que si Davina serait là, elle n'aimerait pas le voir comme ça. Il relevait sa tête vers toi, sifflant entre ses dents.

-Elijah n'est pas bête Nik, il comprendra vite les manigances de cette Tatia, du moins, si elle en fait. Laisse le être heureux de nouveau, car s'il apprend que son amour de jeunesse a été tuée une seconde fois, il ne le vivra pas bien, comme moi. Pour une fois je peux comprendre sa potentielle douleur. Cesse donc d'être parano veux-tu ? *Il levait les yeux au ciel, en passant sa main dans ses cheveux* -Cette famille me fait dire des choses insensées.

En effet c'était l'une des très rares fois qu'il défendait Elijah. Lui qui, lui faisait constamment des remarques sur son style trop noble ou sur ses infinies leçon de morale, avait donc changé de côté, pour l'espace d'un instant. Se tournant vers la fenêtre, il secoue sa tête dans un geste presque invisible puis reprit la parole dans un son presque inaudible.

-Non, je n'ai pas peur.

En réalité, il était pétrifié. Pétrifié à l'idée de mourir pour toujours.


(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Hibou signé Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

FAMILY IS POWER ~ Mikaelson.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Nouvelle Règle] Power in Stones (Le Pouvoir des Pierres)
» POUVWA LANG KREYÒL LAN-THE POWER OF CREOLE.

Time Lapse :: TIMELAPSE 1-