Forum RPG fantastique, Inspirations : Harry Potter, Divergente, Bloodlines.
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Once Upon A Madness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 25 Oct - 21:30



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


« - Maudite ville fantôme. »


Crachait-elle tout en remontant le col de sa veste. Une fine buée s’extirpait d’entre ses lèvres pour glacer l’air. Elle lève les yeux vers le ciel, un sourire naissant à la commissure de ses lèvres. Elle n’allait pas s’avouer vaincue. Cela faisait quelques temps qu’elle s’était imprégnée de l’endroit, et elle savait où elle devait aller pour avoir les meilleurs atouts dans la main. Tu étais différent. Une force incommensurable émanait de ton corps, et elle ne pouvait mettre des mots sur ta race ou ton origine. Mais la puissance et l’élégance avec laquelle tu te déplaçais, cette éthique qui transparaissait dans ton regard : c’était ce qui lui fallait. Un preux chevalier de fortune pour une gente damoiselle en détresse.

Arrivée à l’entrée de la forêt, la jeune femme enlève sa veste et la laisse tomber simplement, la dissimulant derrière un arbre. Elle ravale sa salive et dévisage la verdure qui avait été si peu accueillante à son retour. Vêtue d’une longue robe digne des plus beaux contes de fées, elle fixe cette dernière et incline le regard en lançant dans une moue dubitative :

« - Oui bon, c’est peut-être un peu exagéré. »


Un léger rire lui échappe. Elle se rapproche de l’orée de la forêt et déchire le bas de sa robe, sautillant légèrement, elle ébouriffe ses cheveux et prend garde à s’érafler les joues et les bras avec les branchages, tout en simulant une course. Elle grimace de douleur, serrant les dents. Elle pose alors finalement sa main sur un tronc d’arbre et incline son visage pour visualiser la situation. Tu arrivais enfin. La place publique, tu tentais vraisemblablement de sortir de cette prison dorée. Elle allait t’offrir quelque chose à réparer, quelque chose qui te permettrait d’échapper à tes noires pensées. Si tant est que tu en aies. Tu étais indescriptible. Elle fixe ses chaussures et fronce les sourcils.

« - Non… » elle soupire grandement, soufflant pour faire voler une mèche qui s’était simplement posée devant sa vision. « Bon d’accord. »

Elle enlève alors ses chaussures et se met à courir, l’air affolée et complètement perdue. Elle avait observé chaque arrivant sur cette nouvelle ville. Elle prenait à tous un trait qui lui collait à la peau. Essoufflée en arrivant à ta hauteur elle gémit d’une voix presque cristalline :

« - S’il vous plait ! J’ai besoin d’aide… Ils.. Ils… »


Elle arrive à ta hauteur, ses gestes sont désorganisés, elle t’indique la forêt du bout de son doigt, ses bras écorchés par ses propres soins. Son autre main soulevant la robe qui tombait finalement en lambeau.
 


By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Jeu 26 Oct - 16:16



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Cétait avec l'incertitude de vouloir traverser cette forêt qu'Elijah restait, longuement assis sur le rebord de la fontaine, fixant les bois avec une appréhension certaine. Il serrait sa mâchoire, déterminé à réussir cette épreuve une fois pour toute, mais quand il se levait, l'air qu'il brassait sur sous mouvement vint chatouiller ses narines. Il fronçait les sourcils quand il croyait avoir perçu l'odeur du sang. Il plissait son regard en inclinant légèrement le visage pour tenter d’apercevoir quelque chose à travers les feuillages et branchages, mais ses yeux s’écarquillaient quand subitement, une jeune fille épouvantée sortait des bois pour courir dans sa direction. Son premier réflexe fut d'accompagner ta venue à lui d'une main derrière ton bas-dos et il hochait une fois la tête dans l'intention de te calmer, de te faire comprendre qu'il t'avait entendu et cru.

« Vous êtes là, maintenant. Rassurez-vous un peu, mais... Qu'avez-vous vu ? » demandait-il en précisant son regard de son œil gauche, comme s'il cherchait par la même occasion à comprendre le mécanisme de la forêt.

Mais saisissant que ce n'était certainement pas le moment de t’assaillir de questions pour satisfaire sa propre curiosité et son envie de s'évader, et il inspirait profondément par les narines en hochant une nouvelle fois la tête. Il relevait son regard de ton visage pour le poser sur la taverne et retire lentement sa veste de costume pour la poser sur tes frêles épaules et bien que ses gestes étaient compatissants et attentionnés, son expression elle, restait froide et imperturbable. Il t'indiquait le chemin d'une main, l'autre t'aidant à avancer.

« Il me semble qu'il y a aura de quoi vous réchauffer dans cette taverne. Je vous en prie, vous ne craignez plus rien. »

Il doutait lui-même de cette dernière affirmation. Quelques semaines s'étaient sûrement écoulées depuis qu'il s'était nourrie pour la dernière fois. Ce fût grâce à Niklaus qu'il s'abreuva mais suite à la réception de la lettre et à son arrivée ici, il ne s'en était pas chargé. Mais le fait était surtout qu'ici, il n'avait aucun moyen de se nourrir.
Une fois que vous étiez dans la taverne, il s'arrêtait près de la cheminée pour y jeter une allumette craquée et se tournait vers toi avant de s'approcher de nouveau mais de finalement passer derrière le comptoir. Il cherchait de quoi te préparer une boisson chaude mais ne perdait pas pour autant totalement son attention de ta personne.

« Quel est votre nom, jeune demoiselle ? » demandait-il en se saisissant de deux tasses.


@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 26 Oct - 19:49



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect

Elle se cambre légèrement, le souffle haletant. Reprenant progressivement sa respiration. Son regard était embrumé suite à sa course forcée, la puissance de l’air irritant sa rétine lui donnait un masque bien plus convaincant. Elle mord sa lèvre inférieure, un air serein reprenait possession de son faciès, malgré son regard toujours hagard. Elle sentit ta main l’accueillir dans le bas de son dos, cela l’encourageait dans son rôle, et elle attrapa un pan de ta veste qu’elle serra entre ses doigts d’un air complètement ailleurs. Maltraitant à nouveau cette lippe rougie par un rôle trop pris à cœur. À ta question, on pouvait lire sur son visage, un affaissement général de ses traits, jusqu’à ses lèvres qui tiraient vers le bas. Sa voix juvénile et cristalline se brisa :

« - Ils… Non… Ils… sont morts… Ce n’est pas possible. »

Elle s’éloigna légèrement pour prendre sa tête entre ses mains, glissant ses doigts dans sa longue chevelure tout en la tirant vers l’arrière. Elle se décomposait entièrement devant toi et déglutissait difficilement. Elle jouait son rôle avec tant d’entrain, que la frontière entre la réalité et la représentation qu’elle t’offrait lui parue floue. Elle murmura d’un air presque anxieux avec une pointe d’amertume :

« - Je deviens folle… »

Elle racle sa gorge et hoche silencieusement du regard, elle fronce les sourcils et se résigne à te suivre. Exagérant la maladresse de ses pas, elle sent la chaleur du tissu que tu venais de lui poser sur les épaules, lui prodiguer un véritable soulagement, si ce n’est un confort surprenant. Elle pénètre dans la taverne et dévisage les lieux avant de s’installer au comptoir. Ses dents grinçant légèrement alors qu’elle serrait ta veste contre elle, s’y blottissant pour feindre un cocon sécuritaire. Elle t’observe, ton élégance, ta prestance… elle ne connaissait pas ton origine, mais dans tes traits se lisait une longue expérience. Peut-être que tu venais toi aussi d’une autre époque. Elle passe sa main maladroitement dans sa chevelure et grimace en se confrontant à un nœud qu’elle avait elle-même créé. Elle soupira et écarquilla les yeux quand tu repris la parole, te tendant sa main.

« - Oh excusez-moi… »

Elle fixe sa main et la reprend, l’essuyant contre le bas de sa robe avant de réitérer son geste, en feignant une timidité qu’elle ne possédait pas.

« - Je m’appelle Aurore… Et la personne que j’ai vue était ma mère. Ce qui est impossible… »

Elle ravale sa salive et pose son coude sur le comptoir, glissant sa main sur son front dans une ultime feinte désespérée. Elle glisse son autre dextre jusqu’à sa gorge qu’elle masse et soudainement relève son regard vers le tien, paniquée.

« - Mon collier ! Oh non. Il faut que j’aille le récupérer. »

Elle se redresse et feint un vertige, s’appuyant contre le comptoir pour s’éviter une chute inexistante. Elle semblait complètement perdue et tentait d’attiser en toi l’esprit chevaleresque dont ton apparence était porteuse. Elle revêtait l’ultime masque, et approfondissait son personnage à chacun de ses gestes. Elle devinait aisément que vous n’alliez pas retourner dans la forêt si vite, et surtout dans son « état ». Mais elle s’assurait ainsi d’autres entrevues après cette dernière, une pérennité de ses plans qu’elle comptait bien mener à bien. L’ombre d’un sourire se profile sous le masque d’anxiété qu’elle arborait.




By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Ven 27 Oct - 21:15



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.




Elijah posait les tasses avec précipitation sur le comptoir et le contournait rapidement pour te retenir dans ta course. Sa main presque glaciale rentrait en contact avec ton bras et s'en saisissait délicatement. Il passait devant toi avec adresse pour te bloquer le passage, sa main libre se dressant entre vous alors qu'il soulevait le menton, lèvres-entrouvertes comme s'il attendait que tu te calmes pour prendre à son tour la parole.

« Ce n'est pas le moment. Prenez donc soin... soufflait-il en tirant le tabouret derrière toi : de vous asseoir et de reprendre vos esprits, nous verrons ça plus tard. »

Quand tu fus assise par la force pourtant délicate de ses gestes, Elijah retournait de l'autre côté du bar pour servir de l'eau chaude dans les deux tasses. Il faisait infuser du thé dans chacune d'elles et en repoussait une lentement dans ta direction. Il regardait longuement l'eau fumer dans sa tasse avant de s'en saisir d'un geste vif et de l'apporter pourtant avec lenteur près de ses lèvres. Humectant que légèrement le thé, il rabaissait légèrement la porcelaine pour mieux te fixer et libérer sa bouche de tout obstacle pouvant faire barrage à sa voix, qu'il tâchait, d'une certaine façon, de ne pas laisser porter trop loin.

« Votre mère est décédée, n'est-ce pas ? »

Il précisait son regard sur ta personne et soupirait légèrement. Il se désaltérait ensuite d'une gorgée de son thé avant de le reposer sur le bois.

« J'ai moi-même été victime d'un tour similaire. »

Elijah inspire profondément par les narines avant d'extirper l'air doucement de ses lèvres. Il posait une main en appuie sur le bois alors que l'autre prenait place au niveau de sa ceinture. Il fixait la porte en secouant vaguement la tête, ses lèvres se mouvant comme s'il essayait d'exprimer des mots qu'il n'arrivait pas à formuler.

« Cette forêt est une... Source mystérieuse de pouvoir. Et je ne doute pas de l'étendu de sa puissance. Mais une chose est sûre, rien de tout ce qu'elle nous fait voir n'est réel. La femme que j'ai vu est morte il y a bien longtemps et elle ne reviendra pas. »



@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Sam 28 Oct - 1:19



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Un long frisson parcourt son échine lorsque le froid intemporel de ta peau rencontre la chaleur de la sienne. Elle écarquille les yeux en soulevant son regard vers le tien. Elle imaginait un scénario rocambolesque pour expliquer un tel phénomène. Son élan avait fait glisser ta veste de ses épaules, se déposant alors délicatement sur le tabouret qu’elle avait utilisé quelques minutes avant. Les lèvres en suspens, ses iris ne se dérobent pas aux tiennes, captivées par l’intrigue que tu représentais. La représentation était magnifique, d’un pas de danse basique, elle construisait un ballet aux milles nuances, rencontrant la symphonie presque douloureuse de ta personnalité. Elle n’eût pour une fois, pas eu besoin de jouer un rôle pour souligner sa surprise. Sa main venant très légèrement masser son bras qui semblait ne pas vouloir se réchauffer. Elle déglutit, sous le choc et s’installe alors à nouveau.

« - Mais c’est tout ce qu’il me reste. Il s’agit du vestige de ma famille, le seul héritage qui témoigne de leur grandeur d’âme et mon appartenance à la lignée de ma mère. »

Elle ne mentait pas, bien qu’elle utilisât la vérité pour accomplir quelques cruels desseins. Elle relève son regard vers le tien, humant l’odeur du thé qui infusait. Elle se surprenait à voir que son stratagème facétieux puisse fonctionner aussi bien. Mais à bien y regarder, elle comprenait aisément que la bonté et l’élan protecteur que tu dégageais était en réalité un trait de ta personnalité. Le sourire malicieux qui égayait alors ses plans se fit bien discret, se mua lentement en un sourire reconnaissant et d’une noblesse dépareillée. Elle entoura la tasse de ses mains, la chaleur lui prodiguant un nouveau confort qui la fit soupirer de bien-être. Elle ferme les yeux avant de les rouvrir pour te faire face. Lançant dans un brin de voix qui se voulait très certainement dramatique :

« - C’est exact. »

Elle écarquille les yeux. Forçant la surprise en enserrant ses doigts sur la tasse de porcelaine.

« - Oh ! De pouvoirs ? Mais comment pourrais-je récupérer mon bien au sein d’un cloaque dangereux de malveillance, alors que je suis à peine résistante contre le froid ? »

Elle se mord l’intérieur de la joue, son orgueil en prenait un coup. Elle devait se rappeler que toute parole qu’elle énonçait dans un tel contexte, n’était que pure illusion, et ne pas en tenir compte dans l’examen de sa propre personne. Elle n’était pas encore prête pour la valse du diable, elle s’attelait d’abord aux premiers pas.

« - La mort recèle tellement de mystère… »

Souffle-t-elle la tête baissée vers sa tasse dont elle caresse le haut de son index, la contournant. Un sourire égayant ses traits, sourire imperceptible et hors de portée.



By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Dim 29 Oct - 18:15



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah battait légèrement ses paupières alors que sa respiration se faisait principalement par voie nasale. Il plissait ses lèvres dans une certaine expression de dépit et passait son index le long de sa tempe avant de poser son regard sur ta personne. Il hochait vaguement la tête et soupirait doucement.

« Nous irons le chercher. Mais pas avant que vous n'ayez retrouver toute votre sérénité et vos moyens. »

Il inspirait profondément et attrapait sa tasse avant de contourner le bar de la taverne pour rester debout un moment devant la cheminé, regardant le brasier s'exprimer à travers une danse irrégulière et pourtant si belle dans sa cassure. Il relevait son regard sans pour autant fixer un point précis et tournait légèrement sa tête dans ta direction.

« Je pourrai y aller seul si vous me faites la promesse de ne pas tenter de vous y aventurer sans ma permission. »

Il relevait alors son regard dans ta direction avant de pivoter sur lui-même pour te faire face et s'approcher de toi. Elijah se débarrassait de la porcelaine avant de rattraper la veste qui s'était défaite de ton épaule et il la réajustait en regardant ses gestes. Une fois fait, c'est seulement alors qu'il te regardait.

« La mort est un commencement pour certain quand d'autres y voient une fin. Vous devrez être terriblement courageuse pour affronter la réalité de ce monde. Et j'espère que vos épaules si frêles n'en ont que l'apparence, afin de porter le fardeau de la vérité sans trop de mal ni conséquences irréparables. »

Elijah humectait légèrement ses lèvres avant de fixer la porte, retroussant les manches de sa chemise en les pliant soigneusement. Il plissait son front et fronçait légèrement ses sourcils avant d'aspirer par ses lèvres entrouvertes.

« Finissez votre thé. Nous allons vous trouver un lieu sûr pour passer la nuit. »


@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 31 Oct - 20:40



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Une lueur indicible transcende ses prunelles lorsque tu énonces la première phrase. Elle entrouvre les lèvres, mais aucun son n’en sort. Un simple sourire répond alors à ton amabilité surprenante. Tu étais bien plus que le preux chevalier de fortune qu’elle avait imaginé, il fallait croire que l’idéal du personnage était l’un de tes objectifs, ou l’un de tes masques. Elle passe sa main dans sa chevelure, timidement, replaçant quelques mèches rebelles derrière son oreille.

« - Je ne saurai comment vous remercier… On se connait à peine et vous voilà déjà enclin à m’aider… vous aventurer dans une forêt qui… »

Elle déglutit, son regard fuit momentanément le tien. Elle feint une crainte conséquente, elle n’avait pas peur de la forêt. Elle était fascinée. Mais tu n’avais pas besoin de le savoir.

« - Nous fait vivre de telles horreurs… »

Elle porte sa main à son cou, où le supposé collier était censé être. Une babiole, un vestige familial, qu’était-ce pour toi ? Elle n’avait même pas à recourir au marchandage. Son sang n’allait pas être utilisé pour accomplir ses desseins. Tu avais cette noblesse qui la surprenait, mais elle savait pertinemment que si elle grattait l’armure de bonté, quelque chose d’autre s’y cachait. Quelque chose de profondément… obscur. Ton regard était hypnotique. Elle ne le quittait pas, remontant sa tasse fumante à ses lèvres, humant la fumée chaleureuse et douce avant de se délecter du liquide chaud. Elle dépose sa tasse et hésite un long instant, bien que sa décision fût prise depuis quelques semaines.

« - Y aller seul... vous ne savez pas à quoi ressemble ce collier, et si vous… vous disparaissiez par ma faute ? »

Elle secoue violemment la tête et claque sa langue contre son palais.

« - Non, je ne puis décemment pas vous lancer dans un périple sans vous accompagner. Mais je puis en revanche vous promettre… de ne pas m’y aventurer seule… en effet. Je suis peut-être un peu dérangée, mais pas folle au point d’ignorer le danger. Et je ne pense pas avoir les épaules nécessaires pour revivre ce que j’y ai vu… tout à l’heure… »

Durant son discours, elle fixe ses épaules du coin de l’œil, sentant un long frisson la parcourir. Tes gestes avaient la galanterie qui faisaient défaut aux hommes de son époque. Elle commençait vraiment à y prendre goût. Son sourire s’élargit, soulignant un air de bien-être. Ton discours paraissait plus profond qu’à votre rencontre. Elle t’avait probablement mal jugé, tu étais probablement plus intelligent qu’escompté. Elle hoche vite la tête et termine sa tasse, se redressant légèrement tout en utilisant la même maladresse. Se postant devant toi comme un vrai petit soldat.

« - Je ne veux pas vous ennuyer davantage… ne vous sentez pas obligé d’être si aimable à mon encontre, vous avez déjà… tellement fait. »

Ses longs cils battent lentement la poussière qui se collait à sa rétine, te fixant d’un air mielleux.



By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Mer 1 Nov - 18:51



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



« Ne soyez pas sotte. Cette forêt est trop dangereuse pour vous. Mais n'y pensez pas, nous avons autre chose à faire pour l'heure. »

Elijah soupirait par les narines alors qu'il gardait toujours son regard sur la porte, regard qui se détaillait alors qu'une pensée lui traversait l'esprit. Il la dégageait plutôt rapidement et haussait un sourcil, comme s'il revenait à la réalité, avant de tendre son bras dans ta direction pour t'escorter, son visage tourné dans ta direction bien qu'il était légèrement réhaussé.

« Sans vouloir vous paraître brusque, ce n'était pas une question.», répondait-il simplement à ta dernière phrase, ne te laissant aucune opportunité réelle de refuser.

Il savait pertinemment que cette ville regorgeait de vampire assoiffés, les humains étaient rare en ces contrés. Une d'entre eux en avait d'ailleurs déjà fait les frais, et le plus affolant c'est qu'elle avait été mordu par le vampire le plus à même à se contrôler. Les lèvres d'Elijah se plissait sous cette pensée, qu'à nouveau il tentait d'esquiver.

« Vous n'avez pas à vous en faire. Aussi bien pour le collier que pour votre protection. »

A dire vrai, il n'avait aucune idée du pourquoi il t'aidait. Ce qu'il savait c'est qu'il n'avait pas l'intention de te laisser seule, dépourvue de moyens de défenses. Il s'agissait surement d'un comportement qu'il avait adopté naturellement avec toi sans arrière pensée, poussé par ses instincts chevaleresques et ses bonnes manières, mais la réponse demeurait incertaine. C'est alors qu'il tentait enfin un très léger sourire alors que ses yeux se posaient sur ta personne pour détailler avec précision ton visage. Il indiquait d'un geste du menton son bras, pour te faire comprendre de le saisir.


@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 3 Nov - 23:34



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Elle arbore un sourire qui apparaissait comme timide et légèrement reconnaissant. Bien que toute la satisfaction en peignît les contours. Elle incline son regard et passe sa main sur ses mèches rebelles encore emmêlées pour les replacer en arrière. Elle racle sa gorge, serrant sa prise sur ton bras.

« - Je… C’est presque incommodant de me montrer dans un tel apparat face à vous qui êtes si élégant. Seriez-vous un noble, ou d’une famille aristocratique ? »

Elle te guette du coin de l’œil, tentant de glaner des informations véritables sous ses questions minutieusement calculées. Elle se fichait pas mal de ton portefeuille, encore moins de l’engeance qui avait permis ta naissance. Mais faire connaissance ne pouvait qu’apporter un plus dans ses plans, même si le danger de se brûler à son propre jeu était présent. Elle ne trouvait cela que d’autant plus excitant.

Elle marchait en fonction de ta démarche soutenue. Jouant avec l’intérieur de sa joue, nerveusement probablement. Elle papillonne des yeux et retourne son regard vers le tien, se collant un peu plus à toi lorsque vous sortiez, un sourire en coin, son bras prenant complètement le tien.

« - Il faut croire que dans mon malheur j’ai eu la chance de tomber sur la seule personne à-même de me venir en aide. Et en plus d’assurer ma protection… »

Elle baisse le regard et souffle :

« - Peut-être que toutes ces épreuves valaient le coup… sans blessure aucune conséquence n’en découle, et je n’aurai pas fait votre rencontre. »

Elle gardait un ton calme, tout en sachant pertinemment qu’elle avait forcé votre rencontre. Mais il fallait que tu ne te doutes de rien. De plus, tu semblais vraiment enclin à aider sans concession, cela allait lui être utile.



By Timelapse





Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Dim 5 Nov - 16:41



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah plissait ses lèvres très légèrement, exerçant une pression surtout en leur centre avant de t'offrir un petit sourire. Une fois que tu te saisis de son bras, il vous aide à sortir de la taverne et bien que son regard cherchait le chemin des quelques habitations qu'il avait croisé auparavant, il n'en défaisait pas totalement son attention de ta personne. La pression que tu exerçais contre son corps lui fit légèrement hausser un sourcil et il déplaçait lentement son regard vers ta face en le précisant. Il ne voyait aucun inconvénient à ce rapprochement et à ces interrogations mais quelques questions traversèrent son esprit. Comme pour répondre à l'une d'entre elle qui semblait tenace, il te faisait barage dans ta démarche, sa main glissant le long de ton bras, il s'approchait de toi, brisant une certaine intimité qu'il avait instauré entre vous et ses doigts venaient froler délicatement ta tempe pour en dégager les quelques cheveux. Son ouïe de vampire s'attardait sur les battements de ton coeur et ses yeux ne quittaient pas ton visage, comme pour en lire toutes les expressions. Il t'offrit un sourire chaleureux en baissait  son regard vers ta robe avant de le relever très lentement sur ta personne en humidifiant très légèrement ses lèvres du passage de sa langue.

« Nul besoin d'avoir quelconque richesse pour savoir comment se comporter auprès d'une jolie demoiselle. » soufflait-il, ses mots caressant ton visage.

Après avoir attentivement observé tes expressions, il reprenait place à tes côtés et s'avançait jusqu'à une petite chaumière qui semblait assez rustique. Il repoussait la porte d'entrée qui était ouverte, et avec une petite hésitation il en regardait l'encadrement.
C'est alors qu'il se tournait dans ta direction, un sourire étrange sur les lèvres. Il n'avait aucune idée du propriétaire et si seulement il y en avait un. Elijah n'avait pas pensé à ce détail quand il t'avait soumis sa proposition. Il souriait toujours comme pour pallier à ce mal et t'indiquait d'entrer d'un geste de bras.

« Je vous en prie. Prenez possession de cette demeure, il me semble qu'elle n'est pas habitée. Au vu du grincement de la porte et de la légère odeur de poussière, je pense qu'elle est déserte de tout propriétaire. »

Bien qu'il semblait voir juste à ce sujet, il ne préférait pas tenter. Elle était vide, certe, mais peut-être était-elle au nom d'un petit enfant encore en vie. Elijah s'éloignait de la porte d'entrée pour te céder le passage.

« Je vais rester ici cette nuit, exceptionnellement. Nous ne savons pas ce que cette ville peut réserver à jeune femme sans défense. »


@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Dim 5 Nov - 22:36



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Un long frisson la parcourt insidieusement, stimulant son échine. Elle entrouvre les lèvres, ses yeux s’attardant sur l’illusion de ta caresse. Elle mordille sa lèvre inférieure, tentant de réprimer les battements de son cœur mitigé entre angoisse et intérêt, entre excitation face aux événements qui se profilaient, et crainte d’être soumise à toute l’ampleur de ta nature. Elle bat des paupières très lentement, son sourire imperceptible gardait un attrait timide, timidité qu’elle ne possédait pas en temps normal, son masque était tellement ancré sur sa peau, qu’elle avait peur de le décoller, de peur que cela lui arrache l’épiderme de son visage, rendant floue à jamais sa véritable identité. Il s’agissait là du terrible fardeau que devait porter les acteurs une fois sur scène, dur était de jouer un rôle, plus difficile encore était de s’en détacher après s’en être imprégner.

Elle était légèrement hypnotisée par la douceur de tes gestes. Déboussolée de voir que tu n’étais pas aussi faux qu’elle se l’imaginait. Elle déglutit légèrement, détournant son regard un instant. Sa tempe la brûlait, lui fournissant une piqure de rappel quant à ton toucher qui pouvait être déplacé dans d’autres conditions. Avoir parlé de richesse, de noblesse était une erreur et elle venait de s’en rendre compte. Elle priait intérieurement que tu ne soulignes pas cela, mais elle ne se faisait pas d’illusion : tu étais intelligent, et le jeu n’en n’était que plus amusant.

« - Vous pensez que je peux m’accaparer une maison… sans en informer les locataires ? »

Elle te fixe abasourdie, vraiment surprise. Elle qui survivait par ses propres moyens, se retrouvait incrédule face à la facilité avec laquelle elle pouvait avoir un toit pour la protéger des nuits fraîches. Elle inspire et s’avance donc, pénétrant avec facilité dans la demeure, sa main frôle la poignée de la porte, se tournant vers toi en te souriant grandement. Elle incline son regard, sa chevelure dansant dans la symphonie de ses mouvements, elle serre la poignée et souffle :

« - Vous n’entrez pas ? Ne comptez pas sur moi pour vous laisser faire le gai devant ma chaumière de fortune, en proie au froid glacial des nuits d’hiver. »

Elle rit légèrement en te fixant. Se rapprochant, sa main délicate et douce attrape la tienne avec une certaine vivacité. Elle n’avait eu vent des autorisations nécessaires pour les vampires concernant l’entrée dans une propriété privée. Elle venait de s’accaparer celle-ci, et la magie faisant son travail avec vélocité, devait lui avoir attribué véritablement cette chaumière.

« - Allez entrez ! »

Elle te tire vers elle dans un sourire enjôleur, haussant les sourcils, un rire cristallin lui échappant.




By Timelapse





Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Lun 6 Nov - 2:32



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah scrutait l'encadrement de la porte dans un mouvement circulaire de la face, avant de poser une main contre le bois de ce dernier, l'observant attentivement principalement au niveau de ses doigts. Il précise son regard avant de tourner sa tête vers toi, ses sourcils très légèrement haussés. Il plissait ses lèvres vers l'avant avant de fouiller la pièce intérieure de ses yeux inquisiteurs.

« Ne vous en faites pas en ce qui concerne les potentiels propriétaires, cette décoration n'a pas été rénovée depuis trop longtemps pour que cette demeure soit honorée par qui que ce soit et ce depuis très longtemps, si j'en analyse assez bien les recoins. »

Le vampire renifle légèrement en retroussant ses lèvres, reportant son regard sur toi. Il serre sa mâchoire un bref instant, laissant dévoiler son ossature. Il se racle la gorge de la main qui tenait l'encadrement de porte plus tôt, étirant son cou en redressant son menton. Après un long moment de réflexion suite à ton invitation, il plisse son regard qu'il reporte sur le sol et tente d'approcher un pied de l'entrée. Mais tes gestes lui ôtèrent tout doute et il se retrouvait attiré dans l'intérieur de cette maison. Une expression de surprise dessinait ses traits, surprise vite affaiblie par la réflexion qu'il venait de se faire. Rien ne se produisait. Il fronçait légèrement les sourcils et pour ne laisser aucun doute s'insinuer en toi, il tentait un vague sourire à ton intention.

« Vous êtes d'une nature assez étonnante. » soufflait-il alors contre ton visage, sa face orientée vers le bas pour qu'il puisse fixer tes prunelles des siennes.

Un fin sourire plus franc se dessinait sur ses lèvres et te contournant sans hésiter à te frôler, sa main passant proche de ta hanche, il prend l'initiative d'entrer davantage et de se déplacer jusqu'au petit salon assez rustique. Il réajuste sa cravate avant de se tourner vers toi, ses lèvres entrouvertes dévoilant sa rangée de dent inférieur.

« Je suis certain que vous vous sentirez à votre aise ici. »

Il s'approche à nouveau de toi et dénude tes épaules de sa veste du bout de ses doigts, fermant ensuite la porte. Le vampire pince un léger sourire et décroche son regard de tes épaules dénudées pour le déplacer vers une cheminée. Il s'y rend, scrutant du regard le dessus de la cheminée avant de trouver de quoi allumer le feu. Il se penche alors en étirant le tissus de sa chemise, craquant une allumette avant de la jeter sur le bois.


@Timelaps


Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 6 Nov - 3:10



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Une réalité ne peut se suffire à elle-même que si elle transcende ses conditions propres d'existence et de vie. C’est pourquoi plusieurs réalités peuvent se construire et se succéder avec élégance. C’est pourquoi le mensonge auquel elle s’affairait pouvait bien devenir une vérité qu’elle exécrait. Elle avait souvent été lasse de ces âmes vides qui passent, telles des ombres avides de sens. Errant dans un monde qui ne leur convenait pas, et elle était finalement tombée sur la tienne. Elle lui échappait, sombre… obscure d’un mystère plein. Fascinée par la clé qui lui permettrait de recouvrer son identité, elle était consciente des risques qu’elle encourait. Et peut-être était-ce le prix à payer.

Elle serre tes doigts dans les siens, plissant les yeux quelque peu, elle se rapproche…sentant ton souffle tout contre son visage, ses prunelles détaillaient les fins traits de ton visage, jusqu’à souligner la courbe de tes lèvres. Sa respiration se fait plus courte, même si elle tentait de garder une certaine prestance, et une attitude digne d’une jeune fille.

« - Parler de nature… est… »

Elle bat des paupières et fronce les sourcils avant d’écarquiller les yeux et secouer légèrement la tête, laissant ses interrogations pour plus tard. Et réprimant le long frisson qui venait de parcourir désagréablement son échine. Elle était maitresse de tout contact, personne n’osait l’approcher de si près, à l’époque. Pourquoi diable te laissait-elle libre court à ces quelques gestes déplacés ? Elle se contentait de croire que c’était pour éviter à sa couverture une trop grande envolée. Elle sautille finalement et fixe alors la demeure qui était désormais la sienne. Son comportement contrastant avec ses pensées et le bouillonnement intérieur de ses émotions.

« - Oui je n’en doute pas, il suffit juste de faire un peu de ménage, et probablement se procurer quelques… ustensiles nécessaires. »

Elle passe sa main sur sa nuque en sentant à nouveau ta proximité. Elle serre légèrement les dents et vient racler sa gorge. Elle détestait cette impuissance, ce sentiment étrange qui ne l’inondait que rarement. Elle était perturbée et déboussolée par ce rapprochement, et se doutait que tu la testais, ce qui ne rendait l’instant que plus excitant. Si tu voulais jouer, elle allait jouer. Elle relève alors son regard dans le tien dans un large sourire.

« - Je vais vérifier si les chambres sont équipées. »

Ses yeux pétillent d’une malice indéchiffrable. Elle avance à pas de reculons jusqu’aux escaliers sans te quitter du regard.

« - Je ne risque rien, n’est-ce pas ? »

Elle monte les marches délicatement mordillant sa lèvre inférieure avant de daigner se retourner et monter les escaliers.



By Timelapse





Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Ven 10 Nov - 16:00



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah fronçait légèrement les sourcils, son regard se précisant sur ta personne. Il retrouvait une certaine distance avec toi, ses mains retrouvant le confort de ses poches. Le test était terminé. Et bien qu'il n'avait pas été insensible à tes charmes, il s'agissait avant tout de confirmer ou réfuter quelques hypothèses qui s'étaient insinuées dans son esprit. L'originel humidifiait légèrement ses lèvres de sa langue avant de tourner le regard vers les escaliers, là où tu te dirigeais. Il se déplaçait lentement, de quelques pas – aucun n'était inutilement exécuté, avant de sortir une main de son pantalon pour l'utiliser en appuie contre le mur qui débutait au bas des escaliers.

« Je vous en prie. » soufflait-il en te toisant de ses yeux, avant de repousser son regard vers une autre pièce, la cuisine.

Elijah te laissait regagner la chambre à l'étage alors qu'il pénétrait dans la cuisine, observant aussi bien de ses yeux que de ses mains les lieux : son indexe et son majeur caressait les bois des différents éléments, et quand il fût au fond de la pièce, condamné dans son impasse, il se retournait pour avoir une vue d'ensemble, son visage se mouvant avec son regard inquisiteur. Et malgré sa forte concentration dans son inspection, le clocher n'eut aucun mal à détourner son intention. Un premier coup sonnait et il redressait son menton, son regard fouillant par-delà de la fenêtre, front plissé. Un second coup résonnait et il s'approchait un peu plus, faisant face à l'extérieur. Il restait ici, septique, concentré sur le nombre de son de cloche avant de froncer les sourcils et de se déplacer à vitesse vampirique à l'étage. L'originel s'arrêtait devant la chambre d'où la porte était ouverte mais il ne portait pas tout de suite son intention à ta personne, regardant dans un premier temps le long couloir.

« Avez-vous, vous aussi, entendu ce-tte... murmurait-il en levant son doigt qui se déplaçait légèrement dans l'espace avant qu'il ne tourne son visage vers toi : annonce ? »

Elijah s'approchait de l'encadrement de la porte, s'arrêtant à mi-chemin entre le couloir et la chambre. Il défaisait son regard de ta personne et ses lèvres s'entrouvraient quand il reconnu le grimoire qu'il avait pourtant mit en sécurité dans un coffre sous son lit. Il te contournait lentement, sourcils froncés, regard plissé posé sur le grimoire.

« Depuis quand ce livre est ici ? » demandait-il septique, alors qu'il approchait ses doigts de la première de couverture.


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 10 Nov - 18:06



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Elle n’était pas dupe. Elle voyait dans tes gestes subitement plus cérémonieux que les précédents étaient probablement calculés. Elle fronce un instant les sourcils à cette idée. Secouant finalement sa tête pour chasser des idées bien trop paranoïaques. Instiller le doute dans l’âme, et la destruction débutera son chef d’œuvre. Elle n’allait pas être l’architecte de son propre effondrement. Arborant un sourire qui se voulut timide d’entrée, elle glisse sa main sur la rampe d’escalier, te tournant finalement le dos et s’avançant avec plus d’élégance vers l’étage. Elle avait beau essayer de jouer un rôle parfaitement commun, certaines gestuelles ne pouvaient être défaite. Son éducation et toutes ses valeurs étaient ancrées en elle, et qu’importe le blush qu’elle y posera pour soulever son masque, les bases demeuraient inchangées.

Ses pas la mènent instinctivement dans la chambre principale, elle ne lui porte qu’un coup d’œil discret, faisant attention au moindre bruit que tu pouvais faire dans ce qui s’apparentait être la cuisine. Elle plisse le front et s’avance d’un pas dansant, laissant ses doigts vagabonder sur les vieux meubles. Elle passe devant un miroir visualisant l’état piteux de sa robe, elle pose ses mains sur son ventre et se retourne en biais pour tenter de voir ce qu’il en était du dos. Elle soupire grandement et se tétanise au doux son de cloche qui lui rappelait un souvenir bien trop douloureux.

Son cœur se pressa dans sa cage thoracique et elle y porte instinctivement sa main pour le libérer d’une pression trop lourde. Suffoquant, elle sent toutes les cellules de son corps bouillonner désagréablement, sa respiration se coupe et son cœur s’accélère. Elle bat des mains pour tenter de réprimer la crise d’angoisse qui s’éprenait d’elle. Les yeux embués elle lève un regard emplit d’effroi vers le tien. Sans doute démunie de se retrouver ainsi en détresse face à toi. Elle détestait cette fichue faiblesse, détestait cette mascarade grotesque. Elle s’amusait à jouer les victimes, mais quand la dentelle lui collait à la peau, l’aversion pour sa condition se faisait plus ample. Elle reprend lentement son calme, venant serrer sa main dans l’autre pour en calmer les tremblements, elle suivit ton regard sur l’étrange grimoire qui avait fait son apparition.

« - Je ne… je ne sais pas, j’imagine qu’il l’a toujours été » balbutiait-elle simplement, ne comprenant pas réellement pourquoi cela t’intéressait. C’est en s’en rapprochant, qu’elle écarquilla les yeux. Cachant sa surprise avec aisance, les armoiries de sa famille figuraient sur ce vieux grimoire et elle craignait de savoir de quoi il s’agissait.

« - Qu’importe. Il ne s’agit que d’un vieux livre. Je ferai mieux d’aller me débarbouiller un tantinet, afin de ne plus me présenter avec tant de disgrâce sous votre regard. » elle relève ses yeux dans les tiens déplissant sa robe, sous la nervosité.




By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Sam 11 Nov - 18:26



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah tendait légèrement l'oreille dans ta direction, comme s'il avait remarqué un son anormal. Il plissait son front dans un froncement de sourcil, son regard se précisant sur ta personne l'espace d'un instant, ne serait-ce que le temps de comprendre que quelque chose n'allait pas. L'originel reprenait très vite un air normal, comme s'il n'avait été témoins de rien, ni du son étrange qui s'évadait de ta cage thoracique, ni de tes expressions confuses. C'est en raison de tous les détails qu'il avait pu constater jusqu'à présent que le doute s’immisçait en lui. Si dans un premier temps une réaction de sa part aurait été signe de sa propre paranoïa, ignorer maintenant tout ce qu'il voyait serait de la pure démence. Et voilà qu'à présent, le bouquin qu'il tenait pourtant secret et enfermé chez lui, se retrouvait ici, en ta présence.

« Vous pensez. » soulignait-il d'une traite, sa voix n'ayant pas d'intonation particulière, comme si son esprit était ailleurs et qu'il était par conséquent compliqué de comprendre ce qu'il en était réellement de ses émotions et de sa position.

Elijah inspirait légèrement par ses narines avant de préciser à nouveau son regard mais cette fois-ci sur le lit, regard qui se déplaçait à nouveau vers le bouquin. Il humidifiait le coin de ses lèvres d'un passage de langue alors qu'une main se dressait lentement entre vous, dressée vers toi, l'autre enfouie dans sa poche.

« Vous voyez... Milady, soufflait-il avant d'incliner son menton dans ta direction, sa tête se penchant pour qu'il puisse maintenant te scruter : Vous me rappelez terriblement une femme que j'eusse connu, autrefois. »

Il insistait sur le mot autrefois, de façon à ce que si la théorie qui se formait dans son esprit était vraie, il le saurait. En revanche, si elle ne l'était pas, tu n'en saurais pas davantage sur lui et son âge.
Elijah s'approchait de toi, te dépassant comme pour te bloquer l'accès à la salle de bain alors que son regard s'ancrait dans le tiens sans jamais le lâcher.

« Si ce livre n'est rien... Vous ne voyez aucun inconvénient à ce que je vous l’emprunte ? »


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Sam 11 Nov - 18:47



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Elle était déboussolée par sa propre crise. Se laisser avoir aussi stupidement par un son de cloche, et être ébranlée par un simple son, la rebutait. Elle ravale sa salive, inspirant légèrement. Les battements de son cœur reprennent lentement une cadence normale, même si des œillades indiscrètes et légèrement hagardes étaient dirigées vers la porte. Elle t’écoute, il ne faisait aucun doute que toute sa stratégie était à revoir. Elle baisse le regard et passe ses deux mains dans sa chevelure, venant replacer ses mèches de cheveux derrière ses oreilles elle déglutit et souffle dans un brin de voix qui se voulait expressément brisé :

« - Veuillez excuser mon comportement… odieux. Il faut croire que nos blessures ne sont jamais totalement fermées. Et qu’un simple événement peut délibérément saler une plaie béante et encore bien trop ancrée. »

Ses lèvres tremblent légèrement. Tu ne pouvais pas voir ses yeux, elle fixait ses doigts avec lesquels elle jouait. Inspirant et fermant les yeux, elle reprenait progressivement le contrôle. Et c’est satisfaite, qu’elle enfila un nouveau masque. Son regard remontant très lentement dans le tien, les yeux brillants.

« - Une femme ? »

Elle écarquille légèrement les yeux, feignant une surprise alors que cette information n’était pas des plus importantes à ses yeux. Mais à bien y réfléchir, elle pourrait s’en servir. Entrouvrant les lèvres elle frotte les pans de sa robe et se rapproche alors, arborant un air interloqué.

« - Autrefois ? à vous entendre on pourrait croire que vous êtes cinquantenaire. »

Elle émet un léger rire. Jouer les imbéciles et ignorantes n’était pas difficile. Elle commençait seulement à saisir la portée du fantastique de ce monde. Tout ce qui avait trait au surnaturel lui avait été dissimulé jusqu’à il y a peu. Et elle se doutait que tu n’étais pas un simple humain, tes pas, tes gestes et tes propos aussi sages que diaboliques reflétaient une noblesse atemporelle. Elle n’arrivait pas à te cerner, et elle se doutait que cela était dû simplement à une information manquante.

Elle bat des paupières et lève sa main avant de souffler :

« - Ce livre ne m’appartient pas. Alors je n’y vois aucun inconvénient. »

Elle évitait précisément de le toucher en ta présence. Elle savait que le grimoire lui reviendrait indéniablement et avec un peu de chance, tu ne seras plus à ses côtés pour t’en rendre compte. Elle se déplace à nouveau vers la glace et se regarde, portant son regard sur la glace pour te contempler par cet intermédiaire. Elle arbore une moue timide en soufflant d’une voix tremblotante.

« - Je pourrai encore user de votre amabilité et vous demander de m’aider à… »

Elle prend sa chevelure et la porte sur un coté de sa nuque, dévoilant ainsi la fermeture éclair fortement relevée jusqu’à sa nuque et qu’elle ne pouvait décemment atteindre.




By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Sam 11 Nov - 23:06



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Les sourcils d'Elijah, en cohérence avec ce qu'il pensait pouvoir relever, se fronçaient un bref instant. Cependant et assez rapidement, il reprenait un air des plus anodins pour son faciès. Mais bien que tu soulignais le mot fatidique, tes prochains mots ne lui permettaient pas d'user de cet argument, qui devenait quasiment caduc; cependant ses doutes demeuraient, quelque part dans son esprit, mais il avait décidé de ne pas y accorder plus d'importance tant que l'ultime erreur n'avait pas été commise, si ses soupçons étaient seulement fondés... L'originel relevait lentement le menton en précisant son regard sur ta personne avant de te contourner, ses doigts saisissant le grimoire avant de le regarder. Le nom pour lui était inchangé, il s'agissait toujours de cet homme d'origine allemande, le sort puissant qui te protégeait d'une découverte qui te  coûterait, semblait toujours autant fonctionner.

« Dans ce cas, j'en fais mon acquisition. » soufflait-il en haussant un sourcil, se tournant vers toi au moment où tu lui faisais dos.

Elijah tiquait légèrement sa joue gauche, la soulevant, ce qui faisait plisser un de ses yeux. Il déposait ses yeux sur ton dos dans une expression indescriptible et regardait longuement la fermeture avant de déposer le grimoire sur la commode de ta chambre et de s'élancer jusqu'à toi. Son corps était assez proche du tiens pour qu'il puisse ressentir la chaleur qui émanait de toi, son menton à hauteur de ta chevelure. L'originel inclinait légèrement son visage et passait sa main sur ton épaule avant de la déplacer lentement le long de ta peau, dégageant ainsi les dernières mèches de cheveux qui pouvait gêner son geste. Il attrapait la fermeture entre le pouce et l'indexe de sa main libre avant de très lentement exercer une pression pour te libérer de cette robe. Elijah relevait légèrement son menton alors que son regard suivait ses doigts, qui s'arrêtait au niveau de tes reins. Il avalait sa salive qu'il avait retenue jusqu'à présent à hauteur de sa gorge et détournait son regard ainsi que son corps après avoir relâché la ferraille. Il te faisait dos, par pur respect, son regard s'arrêtant au niveau de la fenêtre; il avait cette sensation étrange au niveau de sa cage thoracique, sensation qu'il se refusait de ressentir et qu'il balayait le plus efficacement possible.

« Je vous laisse revêtir une nouvelle tenue, j'ai cru ressentir dans la décoration une présence féminine. Vous n'aurez surement aucun mal à trouver robe à votre aise dans l'armoire de cette chambre. Je ne vous dérange pas plus longtemps. »

Sans que son regard ne se glisse sur ta personne, il se retournait et s'élançait vers le couloir.


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Sam 11 Nov - 23:31



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect


Ses longs cils balayent le peu de brume qui avaient élu domicile dans son regard. Battant des paupières très légèrement, elle relève son regard dans la glace pour croiser le tien. Ses lèvres s’entrouvrent légèrement face à ton avancée, instinctivement elle retient sa respiration, son corps entier semblait tout à coup plus sensible à ta présence. C’était insoutenable. La douceur de gestes qui jamais ne la touchaient était une torture exquise et délectable. Son souffle se fait plus court, elle détourne son regard et tente de te regarder du coin de l’œil lorsque tu dégages le peu de cheveux qui gênait encore. Elle mordille sa lèvre inférieure en sentant la langueur de tes mouvements et reporte son attention sur le miroir, seul canal pour que vos regards puissent vraiment communiquer. Elle pose ses mains sur le bas de son ventre pour retenir la robe qui semblait peu à peu la libérer de sa pression.

« - Vous ne m’avez pas répondu… L’âge est-il quelque chose qui vous gêne ? »

Souffle-t-elle dans un brin de voix cristallin et doucereux. Elle ravale sa salive et remonte sa main sur son bustier, un sourire imperceptible et intime se loge à la commissure de ses lèvres. Muni de secrets présomptueux et dont la teneur avait trait à cette bulle profondément sensuelle qui s’était créée entre vous. Ses dents grattent alors la chair de sa lippe, nerveusement. Son échine parcourue de frisson ne devait probablement pas t’échapper. À sa peau chaude contrastait avec brio ta peau froide. Lorsque tu descends entièrement la fermeture, une fine cicatrice se faisait alors voir. Le long de son dos, imperceptible, assez vieille. Elle faisait taire les souvenirs douloureux dans son esprit, son corps en portait déjà parfaitement les marques. Elle était empreinte de toute son histoire, et cette petite entaille, bien que profonde jadis, était l’une de ces opprobres qu’elle préférait oublier.

Elle hoche finalement la tête et souffle tout en déglutissant :

« - Je me dépêche. »

Elle fouille dans l’armoire et prend des vêtements au hasard, se dirigeant dans la salle d’eau pour se débarbouiller et se coiffer. Elle revient quelques minutes après, vêtue tout de blanc, les cheveux encore humides et ondulés elle se place à tes cotés.

« - Je vous remercie de toutes les attentions que vous me portez. Mais il semble… Que ma présence vous rappelle quelques souvenirs douloureux, je n’aimerai pas être l’instigatrice d’un tel malheur envers quelqu’un de si aimable avec moi. »

Son regard plonge dans le tien, elle semblait sérieuse et profondément craintive de ce qu’elle pouvait dire. Mais il n’en n’était rien, elle était plus que tout déterminée à précipiter les événements pour recouvrer ses pouvoirs. Le clocher s’était réveillé, elle ne pouvait plus tarder, même si ce que tu lui procurais était divertissant.





By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Dim 12 Nov - 18:27



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Quand Elijah sortait de la chambre, et bien que le décors changeait, il avait cette image de ta cicatrice gravée dans son esprit. Sa première théorie fût réfutée aussi rapidement que ses yeux avaient rencontrer tes marques. Il fronçait légèrement ses sourcils et sifflait son incompréhension avant de se tourner rapidement vers toi, sourcil arqué, comme interloqué par ta présence. Entre temps il avait regagné le salon et s'était occupé du feu de la cheminée, en voyant tes cheveux mouillés il passait sa main dans ton dos alors que l'autre te montrait le siège près de la cheminée, pour éviter que tu ne prennes froid.

« Installez-vous, je vous en prie, disait-il sur un ton calme avant de reporter son attention sur les flammes qui dansaient : Et ne vous torturez par l'esprit avec toutes ces questions, vous ne m'avez ni froissé, ni frappé de quelconque mauvais sentiment. Soyez-en rassuré. »

Il pinçait un très léger sourire à ton égare avant de fermer le bouton de sa veste de constume d'une main, tout en se dirigeant vers le siège en face du tiens. Il y prenait place en prenant soin de tenir sa cravate, posant sa tête sur le dossier et une de ses mains sur l'accoudoir. Il semblait à l'aise mais perdu dans ses songes, ses yeux ne fixaient rien en particulier avant qu'ils ne se posent sur ta personne, son visage se mouvant sous son regard.

« Tatia Petrova... Une... Sublime femme, insistait-il en secouant une simple fois la tête, sa main réagissant aussi sous ses paroles. Elle était aussi spontanée que douce, ce qui donnait ce... Mélange assez particulier et remarquable qui a eu bien vite raison de mon cœur. »

Il plissait son regard sur son dernier mot avant d'esquisser un micro-sourire, le temps d'une petite fraction de seconde. Elijah inspirait ensuite par les narines avant de relever son regard vers l'horloge pour s'intéresser à l'heure. Mais ses sourcils se fronçaient quand il remarquait qu'elle ne bougeait plus, sachant que le mécanisme n'avait rien d'électrique, Elijah restait, yeux fixés sur les aiguilles.

« ...Tt, fit-il en claquant sa langue contre son palais et reportant ensuite son attention sur toi sans vraiment évoquer ce qu'il venait de remarquer : Vous devriez prendre congé pour vous reposer. Nous irons chercher votre bien à l'aube si le temps est propice à une balade en forêt. »


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 13 Nov - 0:10



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect

Un fin frisson parcourt son échine, insidieusement, comme d’un geste narquois qui s’éprenait de toutes les sensations de son corps, et la narguait en lui prouvait que le plein contrôle n’existait pas. Elle déglutit, ravalant sa salive, sa démarche était droite, son dos gardait une allure princière malgré ses gestes décousus et ses efforts percutants pour revêtir son nouveau rôle. Elle gardait une élégance propre à son époque, c’était ancré dans ses gênes, et elle ne pouvait s’en départir d’un battement de cils. Elle laissait cette méthode pour évincer de ton esprit tes quelques doutes et méfiances à son égard. Elle mord l’intérieur de sa joue et s’installe délicatement dans le siège qui lui avait été si gentiment offert.

« - Vous m’en voyez rassurée… »

Dit-elle dans un souffle semblable à un soupir de soulagement. Elle porte alors sa main à son cœur pour accentuer la mascarade qu’elle dessinait à nouveau. Son sourire niais et presque innocent était presque provocateur. Elle incline son regard, glissant ses cheveux sur un côté de son visage, les laissant frôler son épaule droite. Elle dirige son regard sur les flammes dansantes de la cheminée, auxquelles tu vouais une contemplation à rendre jalouse chacune de tes prétendantes. Un sourire moqueur apparut dans son regard lorsqu’elle imaginait les quelques femmes à ton chevet, prêtes à tout pour satisfaire ton égo et tes quelques valeurs chevaleresques.

« - Oh je vois que vous n’avez pas été épargné par la conséquence de vos propres charmes. » Souffle-elle dans un sourire taquin et légèrement amusé. Son regard scintille, buvant tes paroles comme si tu lui contais une histoire.

Elle fronce soudainement les sourcils, ce constat était déroutant. Quant à ce que tu pouvais représenter et refléter dans ta gestuelle, elle était certaine que cette époque n’était pas la tienne. Tout comme elle n’avait jamais été la sienne. Cela confirmait les quelques informations reçues par la charmante louve qu’elle avait rencontrée. Ton petit sourire ne lui échappe pas, et son regard s’illumine face à la brèche que tu venais simplement d’ouvrir face à elle. Elle savait dès lors où puiser pour obtenir tout ce qu’elle voulait de ta charmante personne, bien consciente que sous l’armure dorée que tu arborais, la peau noire des péchés sommeillait.

« - Ne vous préoccupez donc pas de ma personne avec tant d’attention, qui sait ce qu’il pourrait advenir de mon cœur en votre présence. »

Cette pointe d’humour semblait véridique et sérieuse. Même si l’idée de tomber amoureuse lui était abjecte, elle pouvait user de cette simple sensibilité. Elle se relève et passe derrière toi. Reprenant plus d’assurance le bout de ses doigts glissent sur le dos de ton épaule jusqu’à l’autre épaule, te contournant avec légèreté, elle souffle :

« - C'est drôle le pouvoir des mots, leur capacité à vous faire frissonner, à vous donner l'impression que vous manquez d'air. Certaines personnes détiennent cette éloquence hors du temps, et elle peut être dangereusement mortelle lorsqu’elle s’allie parfaitement… avec les gestes. Que cherchez-vous donc, monsieur Mikaelson ? Serais-je vouée à devenir la victime de votre éclat ? »

 


By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Lun 13 Nov - 1:17



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah avait fixé ta silhouette durant son avancée, la détaillant du coin de l'oeil quand elle se mouvait pour le contourner. Mais il ne cherchait pas à se retourner pour t'observer, loin de là, préférant porter une attention toute particulières aux flammes déchaînées. Un de ses sourcils s'arquait avec lenteur, sa main venant se poser sur son genou pour le dépoussiérer vaguement de l'accumulation de saleté qu'avec causé cette demeure trop longtemps inhabitée. Il détourne cependant le regard des flammes quand tes doigts caressent le tissus de sa veste, retraçant ainsi les limites de son épaule. Il tourne légèrement son visage comme si de part ce geste il pouvait t'apercevoir, bien qu'il ne décelait que l'ombre que tu projetais.

« Cette fatalité semble mettre en éveil tout vos sens. Je serais tenté de vous dire qu'il est déjà trop tard, mais... » soufflait-il à voix basse en battant lentement des cils.

Ce qu'il se passait dans sa tête défiait toute autorité qu'il pouvait avoir sur lui-même. Il se devait de précipiter les réponses qu'il souhaitait obtenir. Il agirait sans doute sous la pulsion s'il osait, mais quand l'un joue renard, l'autre doit jouer lion.
A vitesse vampirique, il se relevait de son siège et le contournait, sa main se posant sur une de tes hanches pour t'apporter avec lui dans sa course folle. En quelques secondes seulement, tu te retrouvais à l'extérieure de cette maison, posée délicatement sur un banc qui trônait au milieu de la petite cours qui était maintenant tienne.
L'originel était droit, ses épaules alignées avec ses pieds avant qu'il n'en déplace un vers l'avant et qu'il prenne appuie sur l'autre. Ses mains étaient jointes dans ses poches, son visage se relevant vers le ciel étoilé qu'il ne regardait que vaguement, seulement le temps de réaliser que quelque chose avait changé. Il inspirait profondément, remplissant ses poumons d'air, alors que son ouïe était concentrée sur les battements de ton cœur. Très vite s'ajoutait à ce sens, la vue, quand il reposait son regard sur toi.

« Vous avez exactement une minute avant que je ne vous fasse oublier ce que vous venez de voir. » disait-il en précisant son regard sur ta personne, retroussant lentement ses manches.

Il semblait être dans l'attente de quelque chose, son regard plissé sur ton visage en disait long sur ses intentions et pourtant, pas assez pour qu'il soit évident de comprendre pourquoi.


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 13 Nov - 2:34



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect

Elle se déplaçait avec légèreté. Ton comportement avait le don de la déconcerter. Elle pouvait presque sentir les quelques désirs qu’elle suscitait, la curiosité qui ébranlait ton âme avec tant d’ardeur… et pourtant rien n’était visible sur ton faciès. Chaque parcelle de ton corps retenait en elle, des pulsions que tu voulais taire. Qu’elles soient ou non dangereuses pour ton entourage. Comme si cette image que tu arborais fièrement, était ce que tu voulais être profondément. Et cette froide sérénité courut en elle comme un frisson, comme une onde voluptueuse, qui la laissa tout ensemble étonnée et émerveillée.

« - Tous mes sens ? »

Dit-elle d’un air distrait, fronçant ses sourcils, et battant de ses longs cils assez vivement pour tenter de comprendre le fondement même de tes propos. Elle entrouvre les lèvres et le froid agrippe soudainement sa chair. Elle pousse un hoquet de surprise, le toucher bienvenu fut ensuite un toucher malveillant, elle posa sa main sur la tienne et se retrouvait en un clin d’œil dans la petite cour qui lui était offerte. Elle se redresse vivement, les battements de son cœur battent la chamade dans sa cage thoracique, menaçant de s’en extirper avec violence. La crainte, la surprise semblait la tétaniser. Elle en déglutissait avec difficulté. C’est les lèvres tremblantes, et la voix fluette qu’elle lança :

« - Tu… vous… Comment ?! »

Elle savait que tu n’étais pas humain, mais elle n’avait pas encore idée de toutes les capacités qui vous étaient conféré. Oui elle avait sa petite idée, mais le voir réellement était une gifle bien trop puissante pour qu’elle en reste debout. D’ailleurs, elle se recula violemment, ses jambes cédant sous la pression indicible qui la submergeait, elle s’écroule sur le sol, le souffle court, les avant-bras sur la pelouse parfaitement verte. Elle frissonne et te fixe en écarquillant les yeux, lâchant dans un souffle court :

« - Ou…oublier ? Vous… Pourquoi vous attaquer à moi et user d’un stratagème grotesque si c’est pour m’enlever tout, la minute d’après ? Vous allez me tuer ? Me.. Je ne sais même pas de quoi vous êtes capable ni même ce que vous êtes… Mais ne me dérobez donc pas la seule chose que tout être peut encore préserver sans corruption. Ma mémoire c’est tout ce que je suis, et si vous voulez me tuer. Faites-le sans plus de cérémonie, mais laissez-moi la simple nostalgie de mes souvenirs. »
 


By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
avatar
James Danvers
VAMPIRE ORIGINEL

Messages : 48
Points : 226
Date d'inscription : 24/10/2017

Hibou signé James Danvers le Mer 15 Nov - 18:17



Elijah M.
Ft. Aurore Tchaïkovsky.



Elijah avait ses yeux braqués sur toi, telles des armes à feu prêtes à tirer à tout moment; si tu tentais de t'échapper, il te rattraperai, si tu l'attaquais, il t'arrêterait. Il se sentait en parfaite maîtrise de la situation et tes différentes expressions de surprises et de craintes mêlées le confortait dans l'idée qu'il était en contrôle. Mais il n'était pas stupide au point de sous-estimer ses interlocuteurs, amis et ennemis, inconnu ou longues connaissances; c'est pourquoi il demeurait passif, au premier abord, convaincu que l'observation était son arme la plus efficace pour combattre ses questions et les mener à leur résolution. Lorsque ton corps tombait au sol, il fronçait légèrement les sourcils, un de ses pieds s'avançant comme s'il souhaitait soulager la chute mais il se ravisait bien rapidement.

L'originel relevait lentement le menton, son regard se perdant finalement dans les environs : il en avait assez vu. Il inspirait profondément par les narines avant de soulever les sourcils et de s'approcher de toi, sa main se tendant dans ta direction pour t'aider à te relever, t'offrant alors la moitié de son corps de visu, puisqu'il était tourné face à la forêt.

« Je vous en prie, relevez-vous. » soupirait-il sans réellement mouvoir ses lèvres.

Lentement, il tournait sa tête vers toi et te regardait d'un regard ambié avant de se pencher pour t'aider à te relever. Quand tu étais debout, il réajustait son menton pour que vos yeux soient à la même hauteur. Une expression assez neutre arborait son visage, c'était à peine si on pouvait lire qu'il était en vie dans ses yeux.

« Je n'ai pas dans l'idée de blesser une femme, encore moins de la mener à sa mort, disait-il en inclinant légèrement son visage de l'autre côté de son épaule, ses mains se caressant l'une et l'autre avant qu'il ne relève son regard vers toi : Rassure-vous, je ne vous retire pas votre identité. Vous oublierez seulement cet instant. »

Elijah approchait alors sa main de ta joue, comme pour essayer de capter ton attention. Ses pupilles étaient dilatées, forçant un contact avec les tiennes.

« Rien de tout ceci ne s'est produit, à partir du moment où je vous ai saisis jusqu'à maintenant. Vous êtes ici après avoir suivis un bruit provenant de l'extérieur, rassurée que ce soit seulement votre imagination, vous rentrer à votre domicile et ressentez le besoin de vous reposer. »

Il coupait tout contact avec tes yeux; serrant sa mâchoire avant de battre des cils une seule fois, il se décalait pour te laisser le passage, ses lèvres sifflant un souffle.

« Je serai là encore là à l'aube. N'ayez crainte et reposez-vous, vous êtes en sécurité. »


@Timelaps




Et à la mort, à mes yeux dérobant toute clarté,
Rend au jour qu'ils souillaient toute sa pureté.

R E V E L A T I ON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 16 Nov - 12:02



Once Upon A Madness
Elijah Ft. Aurore


I felt it. I was Perfect

Elle te fixe tout en ravalant sa salive. Son front se plisse dans une expression interrogative et craintive, ses prunelles brûlées par une émotion trop forte et trop soudaine. Elle entrouvre les lèvres et relève ses iris dans les tiennes. Le souffle court, elle posa ses mains sur le sol et y exerça une pression assez forte pour se relever seule, dédaignant avec une certaine assurance ton geste et ignorant ton élan hypocritement généreux. Une fois debout, elle fixe ses mains salies par le sol et lèche ses lèvres, tentant de réprimer les tremblements dont elle était parcourue.

Elle se recule et te foudroie du regard, regagnant peu à peu l’assurance qu’une jeune fille pouvait avoir dans ce genre de situation. Elle relève le menton et te dévisage avant de siffler :

« - Ne m’approchez plus. Quoi que vous soyez. »

Ses lèvres tremblent et un hoquet la prend, comprimant dans sa cage thoracique un trop plein d’air qu’elle avait du mal à canaliser. Elle porta sa main à son buste et racla sa gorge reprenant contenance. Elle recula de quelques pas encore et d’un ton plus ferme encore, éraillé par l’émotion :

« - Vous ne valez pas mieux que tous ces usurpateurs. Ces vils menteurs et ces… »

Elle pensait s’être reculée assez vite, assez loin et pourtant le rugueux contact de ta main fraiche sur sa joue rosie l’arracha à ses derniers espoirs. Elle écarquille les yeux, une larme menaçant de couler. Tout signe de fierté semblait se décomposer dans une expression déconfite. Elle geignait légèrement un « non » avant de serrer les dents et de te vouer une colère considérable. Portant sa main sur ton poignet pour alourdir le sens de ses propos.

« - Je trouverai le moyen de me défaire de votre emprise, et ce jour-là… vous me le payerez. »

Ses pupilles se dilatent face aux tiennes, elle avait pourtant cherché un moyen de le contrer. En vain. Son esprit se vide instantanément et ne boit que tes paroles, se soumettant au joug de tes profonds désirs. Sa main lâche prise sur ton poignet et son bras se replace le long de son corps, l’ultime larme coule suite au dernier battement de paupière. Elle reprend soudainement conscience. La conviction d’un bruit rendait son regard hagard, à la recherche d’une quelconque anomalie. Elle serre ses mains entre elle, et surprise de sentir sa joue humide porta le bout de ses doigts à cette dernière, constatant presque avec effroi qu’une goutte unique s’était logée sur son visage pour l’en décorer d’un air pitoyable. Elle te regarde surprise et ravale sa salive, presque chamboulée à l’idée d’avoir pleuré devant toi sans en connaître la raison. Elle hoche finalement la tête et se dirige d’un pas presque mécanique jusqu’à la demeure. Chancelante, elle se demandait bien pourquoi un simple bruit lui aurait causé une telle vivacité d’émotion. Elle qui réprimait tout avec tant de brio. Elle tourne son regard dans le tien avant d’entrer, un long frisson la parcourt et elle se précipite à l’étage. Elle se devait d’accélérer les quelques événements. La jeune louve l’avait prévenue.

 


By Timelapse




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Hibou signé Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

Once Upon A Madness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Madness [Libre]
» « Drunkenness is nothing but voluntary madness » || Lerena Evergreen
» Madness ; mon élixir de folie ♥
» † Queen Of Madness : Himiko †
» ''Zimbio TV Couples March Madness'' CLEXA **

Time Lapse :: TIMELAPSE 1 :: Quartiers habités / habitables-