Forum RPG fantastique, Inspirations : Harry Potter, Divergente, Bloodlines.
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

Back a thousand years

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 30 Oct - 0:02

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Aujourd’hui, son nom n’était qu’un vague souvenir, seul les Mikaelson pouvaient se souvenir d’elle, elle, par qui la malédiction de ces derniers, était devenue possible mais on la croyait bel et bien morte depuis plusieurs années, aucuns d’eux ne savaient qu’elle était la toute première de la lignée de ce noble Elijah. Pourtant, voilà qu’elle allait à nouveau croiser la route des originels, des deux êtres qui avaient autrefois fait battre son cœur, mais que l’un d’eux avait transformé en ce monstre sanguinaire qu’elle était devenue, un monstre sans cœur, en tout cas c’est ce qu’elle pensait pour le moment, est-ce que cela allait changer ? Elle en doutait fortement.

Cela faisait une journée tout au plus que la brunette était arrivée à Ystéria, cette ville qu’on lui avait vanté tant de belle chose alors qu’il en était rien bien au contraire. Il n’y avait pas âmes qui vivent, pas de source où se nourrir et de plus quelque chose était étrange, elle avait essayé de retourner dans la forêt pour rebrousser chemin, mais elle revenait toujours aux portes de la ville. A croire que le vampire qui lui avait indiqué l’endroit s’était joué d’elle. Lorsqu’elle réussirait à partir d’ici, elle allait s’occuper de son cas en le démembrant en y prenant un certain plaisir, juste pour lui montrer qu’il ne fallait pas se payer sa tête.

La brunette étant en quelque sorte bloquée en ces lieux, décida de se promener, visitant les moindres recoins ; quelque peu sordides de la ville, sordide du fait qu’elle n’avait pour l’instant croisé personne à par un louveteau qui semblait-il, la solitude ne l’avait pas aidé, la discussion avec ce dernier s'était terminée rapidement et quelques heures après, la voilà, en train d’arpenter le centre-ville mais elle devait bien avouer, que Ysteria avait un certain charme, c’était une jolie petite ville. Mais cela devenait stressant de ne croiser personne, pas même un chat ou même un oiseau.

C’est perché sur ses hauts talons, qu’elle continua de parcourir les rues. A chacun de ses pas sur le bitume, ses talons résonnaient laissant un écho sur son passage. Lorsqu’elle arriva sur la place publique, la jolie brune tourna sur elle-même observant tout ce qu’il se trouvait à proximité ; au loin, elle apercevait une imposante demeure qui devait certainement appartenir à une famille importante, à sa droite une rue qui laissait entrevoir une rangé de maisons toutes identiques des unes aux autres ; elle irait y jeter un coup d’œil plus tard, pour l’instant elle avait un léger soucis, ses crocs commençaient à la tirailler, il fallait qu’elle trouve quelque chose ou quelqu’un à se mettre sous la dent. Mais lessivait de tout, elle s'asseyait sur le rebord de la fontaine qui trôné, telle une pièce maitre au milieu de la place.  
 

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 31 Oct - 21:20



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova


Il pestait légèrement dans les venelles de cette petite bourgade abandonnée. Cette dernière semblait se remplir à vue d’œil, il restait à l’affut de la moindre incartade, de la moindre faille dans ce système récemment créé, mais ne pouvait décemment pas avoir l’oreille tendue à tous les coins de rue. Il manquait cruellement d’effectif. Il maugréait alors contre son frère et son désir de repentir qui l’avait assailli à la lecture d’une lettre qui lui était destinée. Tatia était morte, et le fantôme de cette dernière ne pouvait qu’hanter les nuits de son aîné, à qui il avait à moitié pardonné la disparition de la première des copies. L’originale, l’authentique. Les voici enfermés dans une cité où la magie noire polluait chaque particule d’air.

La mâchoire crispée, il ferme momentanément les yeux en rejoignant instinctivement la fontaine. Cette dernière offrait une vue imprenable sur l’entrée de la forêt : bien que cette dernière entoure la ville, un endroit stratégique avait été ciblé, d’où venaient les nouveaux arrivants. Redressant le regard vers la source, ses yeux s’agrandissent. Il réprime les battements du cœur qui s’accélèrent désagréablement sous la surprise, sa mâchoire se serre douloureusement et une veine saillante se dessine le long de sa trachée pour exprimer sa colère naissante. Il s’avance avec vélocité et t’attrape par la nuque, te soulevant de terre avec une pointe d’amertume.

« - Laquelle des copies es-tu ? Elena serait bien portée par ses idéaux de lycéennes dépressives, il te manque cependant ton journal et tes caniches. Katherina arborerait son air hautain et tenterait de fuir dans toute la splendeur de sa couardise. »

Il incline son regard, ses doigts enserrent ta gorge t’empêchant de communiquer, il relâche néanmoins la pression, t’offrant un peu d’air avant de te le dérober à nouveau, rapprochant son visage du tien. Le fait de penser à l’événement douloureux de cette disparition, et de tomber sur ce qu’il pensait être une double, n’était pas favorable à un calme qui lui faisait souvent défaut.

« - Cesse donc cette supercherie et dévoile ton vrai visage. Petrova, que je t’accorde en toute dignité la mort qui te sied si bien. »




By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 1 Nov - 20:37

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Bloquée en ces lieux, Tatia avait réfléchis quant à la meilleure des solutions pour pouvoir quitter cet endroit, si sinistre à ses yeux. Après avoir retourné la situation dans tous les sens, elle avait vite compris, qu’une seule personne pouvait être capable, de venir l’aider pour quitter cette ville : Elijah. La brunette savait que malgré qu’il lui ait ôté la vie, il avait énormément tenue à elle, alors forcément, il devait y avoir une chance ; même minime, qu’il croit que c’était bien elle l’auteur de la lettre qu’elle avait fini par lui écrire. La jolie brune avait donc dû ravaler la rancœur qu’elle avait eu à son égard depuis plus de mille an. Après tout, il l’avait tué certes, mais il lui avait offert l’éternité sans le vouloir, sans le savoir. C’est dans des moments comme celui-ci, où on se sent seul, se sentant en danger, que nous sommes prêts à tout pardonner.  Elle savait que Elijah viendrait, s’il la savait en danger.

Cela faisait quelque jour qu’elle avait donc expédié cette fameuse lettre, ne sachant pas vraiment si elle lui parviendrait, car visiblement rien n’arrivait à quitter ces lieux.

Alors qu’elle s’était assise sur le bord de la fontaine, un bruit attira son attention la faisant se redresser. Fronçant les sourcils, la brunette regarda la silhouette qui était en train d’avancer face à elle. Ce n’était tout simplement pas possible, elle devait halluciner. Son pouls s’était accélérait à ta simple vue, la déstabilisant en une fraction de seconde, elle se sentait comme terrassé.  Entrouvrant ses lèvres lorsque tu arrivas près d’elle, la brunette n’eut pas le temps d’en laisser échapper le moindre son. Tu venais de te saisir de son cou, le comprimant à ta guise. Ce n’était clairement pas ce à quoi elle s’était attendue. Portant rapidement ses mains sur tes avants bras, elle essayait de te faire lâcher prise tout en se débattant. Petrova commençait à suffoquer légèrement, alors que sa trachée était écrasée dans la paume de ta main. L’oxygène se faisait de plus en plus rare, son visage prenait une teinte rouge, s’empourprant alors qu’elle serrait sa mâchoire en te dévisageant de ses prunelles sombre.

-Niklaus, murmura-t-elle péniblement d'une voix étranglée.

Mais par tous les diables, de quelles copies était tu en train de lui parler ? Qui était cette Elena ? Katherine quant à elle, elle en avait entendu parler, car à cause de cette fichu double, elle avait eu pas mal de soucis. Lorsqu’elle sentit la pression de ta main se faire moins pesante sur sa gorge, elle prit une bouffé d’air, avalant enfin sa salive difficilement tant sa gorge lui brûlait. La proximité de ton visage lui laissait percevoir la fureur qui jaillissait de tes prunelles. Elle qui n’avait peur de rien, en cet instant, elle pouvait s’avouer qu’elle était quelque peu effrayée.

-Relâche moi, par tous les diables, Niklaus !


Réussit-elle enfin à articuler convenablement, tout en reprenant son souffle peu à peu.

-Tatia, je suis Tatia.

Soufflât-elle désemparée avant de reprendre sur le même ton.

-Ce n’est pas à toi que j’ai envoyé la lettre, alors pourquoi tu es là ? Et pourquoi pas Elijah ?

Comment cela se faisait-il que tu ne la reconnaisses pas ? Pourtant elle n’avait pas changé, pourquoi l’accuser d’être quelqu’un d’autre ? Tant de questions venait dans son esprit se bousculer. Devenait-elle folle ?

-Tu veux me tuer, tout comme l’a eu fait jadis Elijah ? Alors vas-y donc, au moins cela me libérera de cet endroit mais cependant tu auras ma mort sur ta conscience et Elijah t’en voudra certainement de l’avoir empêché de me voir.


 

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 1 Nov - 22:45



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova

« - Comment oses-tu profaner son nom de tes paroles viles et perfides ! Machination abominable je te détruirai avant que tu n’atteignes l’esprit de mon frère. »

Il serrait à nouveau ses doigts autour de ta nuque, sous la colère une veine saillante dessinait le coin de sa trachée, ses narines s’étaient gonflées et son regard s’était soudainement illuminé. Sa voix portante avait été suave et rauque, empreinte d’une autorité naturellement grave. Il Humecte finalement ses lèvres et te relâche. Tu parlais un langage sans doute dépareillé par rapport à l’époque où les deux autres doubles avaient vu naitre leur engeance.  

« - Tatia ? »

Il agrandit légèrement les yeux, sous la surprise. Entrouvrant les lèvres, un filet d’air lui échappe, mais aucun son ne brûlait les cavités de sa gorge. Il déglutit et se recule de quelques pas, fronçant les sourcils et baissant le regard avant d’émettre un léger rire. Il secoue la tête négativement remontant un regard empreint de sarcasme dans le tien, ses prunelles ne reflétant plus que l’abysse qu’il portait en lui.

« - Penses-tu réellement qu’une telle déclaration ébranlerait mes pulsions meurtrières ? Faut-il vraisemblablement croire une personne supposée morte, et lui accorder le bénéfice du doute ? »

Il serre la mâchoire, son ton faussement badin s’effilochait au fil de ses propos, devenant cinglant et rancunier. Ses iris sont transcendées naturellement par une lueur indicible et indescriptible. Il se rapproche et marche autour de toi avec une aisance particulière. Il s’arrête finalement dans ton dos et pose ses mains délicatement sur tes épaules, rapprochant ses lèvres de ton oreille pour y murmurer :

« - Penses-tu réellement que je vais croire aussi impunément à ces mensonges éhontés ? »

Il dessine ta jugulaire du bout de son index et te relâche légèrement, revenant devant toi, il te fait face de toute sa hauteur, ne t’accordant qu’un air de dédain et lance d’un ton médisant :

« - Je veux bien croire que tu ais écrit cette lettre importune pour attirer mon frère dans ce piège désopilant. Mais tu n'es et ne sera jamais Tatia. En porter le nom ne te permet pas de revêtir son rôle. »

Il se rapproche de toi, son visage frôle le tien avec une insolence exubérante. Haussant les sourcils il murmure contre tes lèvres, d’un air de mépris :

« - Mais quoi que tu dises, je ne tomberai pas dans la toile que tu as tissée. Et je te somme de me révéler ton objectif véritable, avant que je ne perde patience et ne te tues sur le champ. »

Tu parlais à nouveau et il serra la mâchoire en pestiférant :

« - ça suffit ! Cesse de vouloir manipuler mon esprit, je n’ai jamais fait de mal à Tatia et ne puis te laisser souiller son nom de la sorte ! »

Sa voix n'était pas ébranlée par l'émotion, bien que la colère puisse se lire avec minutie dans son regard. Seul l'expression de son visage laissait transparaître une rancune véritable et dangereuse.


By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 2 Nov - 22:21

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Mais étais-tu tombé sur la tête ? Voilà la remarque que la jeune femme se fit, lorsque tu l’accusas de profaner son propre nom.

-Niklaus, cesse donc ! Je ne comprends pas..

Finit-elle par dire dans un léger murmure qui était presque inaudible à l’oreille humaine. Alors que ton emprise autour de sa gorge se resserrait, elle avait de plus en plus de mal à respirer à nouveau. Ses yeux fixaient les tiens, qui avait cette lueur féroce qu’elle n’avait jamais pu voir encore, cette teinte qui apparaissait ; la troublait, la captivait alors qu’elle était au plus mal. Lorsqu’en fin tu la relâchas, elle se pencha légèrement en avant, portant aussitôt ses mains à sa gorge qu’elle massa tout en respirant profondément afin de s’oxygéner à nouveau, tout en avalant avec difficulté. Relevant son regard vers ta silhouette, ses prunelles scintillaient alors que des larmes emplissaient ses yeux, lui brouillant la vue. Pourquoi, ne la croyais-tu pas ? Que devait-elle faire pour qu’enfin tu comprennes qu’elle était bien Tatia ? Éclaircissant sa gorge qui lui brûlait affreusement, elle se redressa en te faisant face, ravalant ses larmes naissantes.

-Justement, il fut un temps où tu laissais les personnes s’exprimer avant de les juger ! Mais qu’est donc devenu l’homme que j’ai connu jadis ? Est-ce ta nature vampirique qui a fait de toi un être aussi sauvage ? Je t’ai eu connu, tendre, attentionné, aimant, fourbe et là..

Tatia laissa sa phrase en suspens, alors que tu venais tourner autour d’elle, sentant ton souffle effleurer sa peau, qui celle-ci frissonna à son contact. Fermant ses yeux quelques secondes, elle se concentra, mais elle réouvrit les yeux lorsqu’elle senti le contact de tes doigts contre sa peau. A tes accusations, elle ne dit mot, te laissant déverser ton flot de paroles qui lui faisait mal, pourquoi feintais-tu de ne pas la reconnaitre, peut-être parce qu’elle avait choisi Elijah et non toi ?  

-Tu es tellement borné que tu ne vois pas ce que tu as en face de toi !

Finit-elle par dire sur un ton qui se voulait sec, sentant en elle une rage invisible s’emparer de son être alors qu’elle repoussa ta main.

-Mon objectif est de sortir d’ici, de ce bourbier vois-tu Niklaus, voilà quel était mon objectif, mais maintenant j’en ai un autre, je vais devoir te convaincre que je suis bien celle que je dis être ! Mais une fois que tu auras enfin assimilé que je suis bien Tatia, tu me dira où se trouve Elijah..

Dit-elle tout en se rapprochant de toi de quelques pas alors qu’elle se calmait, elle ne voulait pas rentrer en conflit avec toi, tu été quelqu’un d’important à ses yeux. Dans un geste hésitant la brunette posa sa main contre ta joue, l’effleurant du bout de ses doigts tout en plongeant ses yeux sombre dans tes iris.

-Souviens toi Niklaus, ce fameux soir, autour du feu de joie, ce fameux soir, où j’ai fait un choix entre toi et Elijah, ce fameux soir, où tu m’as embrassé, t’en souviens-tu ? Puis ce jour qui m’a couté la vie, ce fameux jour, où je vous ai surprit, toi et ton frère, il y avait un corps non loin de toi, tu étais recouvert de sang, j’étais effrayée et je me suis sauvé, mais Elijah m’avait vu et il s’est mis à courir derrière moi avant de…

Elle sentit sa gorge se serrer alors qu’elle retira sa main de ta joue tout en détournant son regard de ta personne. Se remémorer ces souvenirs la chamboulait grandement, ravalant sa salive, elle ressentit un pincement au cœur.
 

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 3 Nov - 23:13



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova

Tu semblais profondément sincère, mais après des siècles à fréquenter des vampires et des hommes, il était certain d’une chose : ces viles créatures excellaient dans l’art de la manipulation. Et le monde entier était un théâtre, jouant sur ces faux-semblants viles et perfides. Ses narines se gonflent sous la colère, ses pupilles ne faisant que s’obscurcir en entendant le ton fluet de ta voix. Il relève le menton et entrouvre les lèvres, découvrant seulement ses dents inférieures, crispant sa mâchoire. Il te sondait de son regard sans nom, cherchant la véracité dans les mensonges éhontés que tu lui servais avec tant de facilité.

Il ouvre un peu plus grand les yeux, un rire presque moqueur réprimé au creux de sa gorge.

« - Pousserais-tu le vice jusqu’à me faire l’offense de ces larmes ? Cesse donc cette tragique comédie Katherina, et épargnes-toi ce manque de dignité. »

Il fronce les sourcils face à tes propos, ravalant sa salive et serrant ses dents. Son regard n’exprimait plus rien, aucune colère, aucune surprise, aucune amertume. Il se contentait de te jauger de bas en haut, dans l’attente inespérée d’une preuve quelconque qui pourrait te trahir, ou au contraire, affirmer tes propos. Il lève sa main et vocifère d’une voix rauque reflétant toute la colère qu’il réprimait, une veine saillante étirant la peau de son cou et rendant les mouvements de sa mâchoire lourds :

« - CA SUFFIT. Cesse donc de parler d’un temps révolu, l’homme qui vivait à cette époque est mort et tu n’as pas idée de ce que j’ai vécu, des révélations qui ont été faites. Cesse donc de jouer les mijaurées, sachant que si tu dis vrai, tu n’as pas trouvé mieux que de jouer les mortes pour fuir notre famille. Alors tu n’as aucune leçon de morale à me fournir. Ta nature… »

Il se rapproche, son regard se plongeant plus profondément dans le tien, il vient du dos de ses doigts caresser ta joue. Son souffle devenant plus rythmé et caressant la peau diaphane de ton visage.

« - N’est pas moins abjecte que la mienne, Tatia, Elena, Katherina. Qu’importe le nom que tu daignes porter. Je ne suis pas un simple vampire, mais un hybride. Le premier. Il n’existe pas de mots qui puissent définir ce que nous sommes. »

Il se recule et hausse les sourcils, un sourire mutin lorgnant la commissure de ses lèvres. Ce souvenir était porteur de nombreux sens. Mais si tu étais bien celle que tu prétendais être, tu n’avais été qu’une personne de plus qui l’avait trahi. Qui lui avait ôté une part de cette humanité qui lui faisait désormais défaut sur le champ de bataille.

« - Même si tu es Tatia, rien ne change mes desseins te concernant. Il n’est pas question que je te laisse empoissonner l’esprit de mon frère. Même s’il t’a ôté la vie… Tu te tournes tout de même vers lui lorsque tu te sens en danger. N’est-ce pas incohérent ? à croire que ton cœur bat toujours pour ton détracteur. En vérité… »

Il lèche légèrement ses lèvres et incline son regard. Détachant chaque syllabe.

« - Cela te plait. Le danger… La dou-leur. Cette souffrance à laquelle tu étais en proie durant toutes ces années. Tu lui en voulais d’avoir commis un tel acte, et jour après jour tu as commencé à lui ressembler, et ne vois plus qu’en lui, ce que tu déteste voir en toi. Si c’est lui que tu voulais, tu le trouveras sans mon aide. »



By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Dim 5 Nov - 12:58

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Tatia ne comprenait décidément pas pourquoi tu t’obstinais à ne pas la croire. Le jour où elle finirait par croiser le chemin de Katherine ainsi que d’Elena, tout ceci deviendrait certainement plus clair pour elle, mais pour l’instant tout était confus en son esprit. Où était-ce cette ville qui rendait tous les habitants fous ? Cet endroit se jouait-il des personnes qui étaient retenu contre leur gré ? Puis avait-elle bien fait de fuir votre famille, plus particulièrement Elijah ? Pourquoi t’avait-elle fui toi, alors que tu n’étais après tout pas responsable de sa mort.. Mais dans la vie, nous réagissons souvent stupidement, c’est bien de temps après que l’on s’en rend compte.

Sans faire trop attention, la brunette avait avancé d’un pas en ta direction, malgré sa vue troublée, elle laissait son regard ornait de longs cils noirs, balayer les traits de ton visage, examinant chaque expression qui pouvait le traverser. Puis ton rire la sortie de sa contemplation en la faisant sursauter.

-Mais qui diable est donc cette Katherina, Niklaus ?
Cracha-t-elle.

Elle voyait bien la colère qui s’animé en toi, cette colère qui était féroce et qui t’avait changé bien plus que lorsqu’elle t’avait connu, car jamais ô grand jamais, elle ne t’avait vu te mettre en colère avant que vous deveniez ces monstres sanguinaires. Prenant le risque de s’avancer un peu plus vers toi en réduisant ainsi l’espace qui vous séparez, la brunette fit en sorte que son cœur reprenne un rythme régulier.

-Cet homme que j’ai connu jadis, ne peut pas être mort, je ne veux pas y croire, toi qui été tourmenté par ce que ton père..

Elle laissa sa phrase en suspens, ce n’était pas bon de te rappeler que ton père te traité mal au contraire de tes frères et sœur. Reprenant d’une voix douce et rassurante, la brunette vint poser sa main contre ta joue, l’effleurant du bout de ses doigts.

- Niklaus, il est vrai que je suis la plus mal placée en ce qui est des leçons de morale, j’aimerai tellement t’expliquer pourquoi, pourquoi j’ai fui, pourquoi je t’ai fui, pourquoi j’en ai voulu à toi et à ta famille. Je sais cependant qu’aucun mot ne pourra effacer le fait que je me suis fait passer pour morte.

Retirant sa main de ta joue, elle te vit te rapprocher davantage de sa personne, au contact de tes doigts sur sa peau, un léger frisson se fit ressentir. Lorsque vint ta révélation sur ta nature, elle entrouvrit ses lèvres de surprise.

-Les rumeurs étaient donc fondé, lorsque j’entendais parler d’hybride.

Finit-elle par murmurer. Elle en avait jamais vu jusqu’à présent, elle aimerait tellement en savoir plus, mais c’était mal placé que de te demander de lui expliquer ta nature en cet instant. Ces histoires qu’elle avait pu entendre sur toi, l’originel que beaucoup de monde craignait, tout cela était vrai. Elle restait immobile en te contemplant sans dire mots alors que ton flot de parole venait l’atteindre lentement. Laissant un moment de silence entre vous, elle finit par te répondre, d’une voix légèrement étranglée.

-Je ne compte pas empoissonner l’esprit d’Elijah, je lui en ai longtemps voulu, bien trop longtemps et je m’en rends compte aujourd’hui, enfin je m’en rends compte depuis que je suis enfermé ici, dans cette ville. Je me remémore tous mes souvenirs. Et je me dis que la rancune que j’ai eu pour lui, pour toi, pour ta famille, je devais la laisser de côté. Niklaus mon cœur a cessé de battre depuis bien longtemps maintenant.. Lorsque j’ai écrit cette lettre à Elijah, je me suis dit que je ne pouvais pas l’écrire pour toi, le fait qu’autrefois j’avais fait un choix entre vous deux, et qu’Elijah était ressorti vainqueur.. Je me suis dit que tu ne voudrais pas me venir en aide.

Elle pinça ses lèvres à ses derniers mots qu’elle venait de prononcer avant de baisser son visage, elle n’était pas du genre à mentir, elle préférait dire la vérité, même si parfois celle-ci pouvait blesser les personnes qui se trouvaient face à elle.

-Je sais parfaitement que je suis devenue comme lui, un être qui au début n’avait pas conscience du mal qu’il faisait à ses victimes, qui n’avait pas conscience d’ôter la vie à des innocents. La douleur ne me plait pas, le danger par contre oui, mais je ne déteste pas ce que je suis devenue depuis des années, car la dernière fois que j’ai ôter la vie d’un humain remonte à plus de trois siècles.

Soupirant à tes mots, elle se rapproche de toi en venant poser sa main frêle sur ton avant bras. Elle était chamboulé de te revoir, toutes ses convictions s’étaient envolé.

-Je.. Je suis heureuse que tu sois là.
 

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Dim 5 Nov - 21:00



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova

« - Cesse de te jouer de moi ! Je me fiche que tu sois Tatia ou l’une de tes pâles copies vouées à répéter inlassablement les mêmes erreurs ! »

Sa voix s’était élevée simplement dans l’air, une voix rauque et suave, rongée par la colère et l’amertume où il beignait depuis des siècles. Des ressentiments qu’il ne pouvait décemment pas contrôler. Et qu’il exprimait par de viles paroles et des soupçons insoutenables, pire que la mort fut le fléau du manque de considération. Il ne portait plus aucune importance aux gens qui daignaient l’entourer, et tu étais la nouvelle victime de son manque cruel d’empathie. Son regard noir s’agrandit pourtant face à l’audace dont tu faisais preuve. Son ouïe se berçant au son de tes battements de cœur. Il reste un moment silencieux, la bouche fermée et le regard vide. Ses iris remontent soudainement dans les tiennes. Fronçant les sourcils, ses narines se gonflent violemment alors que ses dents se serraient.

« - Ne me parle pas d’un temps révolu en pensant que cela pourrait arranger ta situation, Petrova. MON PÈRE. N’a rien à voir avec ce que je suis et ce que j’ai été. J’ai cessé de me soumettre aux vils desseins que cet homme m’avait voué, et je me suis rebellé. Je l’ai tué. »

Il émet un rire et se rapproche de toi, soufflant contre tes lèvres tout en adoucissant faussement les traits de son visage, caressant ta joue du revers de ses doigts lorsque tu touches la sienne. Il te murmure dans un ton détaché et doucereux :

« - Car c’est ce que je suis. Un tueur sanguinaire, un monstre dont la soif demeure intarissable. Mes démons sont tels, que je ne puis y faire face et les empêcher de semer le trouble dans mon propre esprit. Tu as fui Elijah parce qu’il t’a sauté à la gorge… il a brisé ton cœur et toutes tes espérances de petite princesse. Mais… »

Il rapproche son corps, sa main se posant sur ta hanche, et ses lèvres frôlant les tiennes. Son autre main glisse dans ta chevelure, la tirant légèrement en arrière pour que tu cambres ton visage, il siffle entre ses dents :

« - Je suis bien pire qu’il ne le saura jamais. Bien plus C-R-U-E-L. Que tu ne puisses t’imaginer. Et si tu tentes quoi que ce soit pour t’attirer les remords d’Elijah… »

Il serre davantage ta chevelure, sa lèvre découvrant sa dentition inférieure, ses doigts se pressant contre ta hanche pour t’immobiliser.

« - Tu connaitras des tourments que moi seul peut infliger. »

Pour souligner la teneur machiavélique de ses propos, il laisse son regard s’assombrir de veines noires, et entourer ses pupilles d’un ambre bestial. Révélant ainsi sa nature, non pas simplement vampiresque, mais lycanthrope. Te soumettant au terrible secret qu’avait été l’adultère de sa mère, et le fléau de toute sa vie. Il te relâche et un sourire cynique décore ses lèvres. Il hausse les sourcils et lève son index vers tes lèvres. Dégageant son avant-bras de ta prise.

« - Ne me révèle pas ces quelques contentements. Tu n’as pas fini d’être déçue… Tu avais raison. Je ne serais jamais venu en aide à un fantôme du passé, possiblement une chimère inventée par un de nos nombreux ennemis en vue de nous faire succomber. Mais aucune ville, aucun souvenir ne sera assez fort pour briser le lien qui nous unit. Rien. »




By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 6 Nov - 23:50

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


La brunette ne s’attendait pas à ce que tu réagisses de la sorte, elle avait beau avoir entendu nombreuses rumeurs à ton sujet sur le fait que tu n’étais plus le Niklaus d’avant, mais elle ne les croyait bien évidement pas. Mais là de voir que tu la mettais dans le même panier que ses descendantes, de ses doubles, cela l’avait froissée grandement, après la brunette était assez susceptible et se vexait facilement, il fallait bien l’avouer.

Une moue boudeuse avait pris place sur son visage, mais très vite, un fin sourire était revenu chasser cette moue alors qu’elle gardait sa main contre ta joue. Fixant ton regard vide de toutes expressions, elle ne voulait pas croire que tu étais devenu cet homme qu’elle avait en cet instant face à elle, où était donc passé le garçon malgré tout joyeux ? Il ne pouvait avoir disparu.

-Quelles erreurs commettent-elles ?

Soufflât-elle entre ses lèvres, curieuse. Visiblement elle était restée bien trop longtemps loin de toi, loin d’Elijah, loin de tout ce qui pouvait avoir de l’importance à ses yeux et aujourd’hui, elle était tout simplement larguée par tout ce qui se passé. Sursautant une nouvelle fois lorsque tu repris la parole, elle retira sa main de ta joue en reculant de quelques pas, laissant un espace suffisant entre vous.

-Oh moins, une bonne nouvelle, tu l’as enfin tué.

Dit-elle en haussant les épaules avant de reprendre en posant ses mains sur ses hanches.

-Bien, tu ne veux plus que je parle de notre époque, de l’époque où nous nous connaissions, c’est ton choix.


Pinçant ses lèvres en sentant ton souffle buter contre, elle roula des yeux, ne bougeant pas de sa place, écoutant, buvant chacun de tes mots, qui franchissaient tes lèvres, ses lèvres qu’elle fixait à présent, se perdant dans ses pensées, elle n’écouta plus ce son qui n’était point mélodieux sortir de ta bouche. Pourquoi avait-elle fini par choisir Elijah à toi ? Il était plus discret, toi bien plus fougue, était-elle si coincée autrefois ?

Elle entrouvrit les lèvres pour te répondre lorsqu’elle sentit ta main la saisir par la hanche, promenant ses prunelles sur ton visage avant de les baisser sur tes lèvres qui se rapprochaient dangereusement des siennes, elle sentit sa respiration s’accélérer. Les menaces que tu citais, lui refroidit le sang quelques secondes. Serrant tout à coup la mâchoire, elle posa sa main contre ton torse en y exerçant une forte pression pour t’éloigner d’elle.

-Cesse donc de vouloir tout diriger toi ! Elijah est seul maitre de ce qu’il choisira de faire, m’aider ou pas et s’il est venu, c’est qu’il tient visiblement à m’aider ! Oui, je lui ai voué une telle haine pendant des siècles pour ce qu’il m’avait fait, oui il m’a brisé le cœur, mais en aucun cas je suis une princesse loin de là ! Gronda-t-elle. Je n’ai que faire de tes menaces, tu ne me fais pas peur, tu veux me tourmenter ? Vas-y ! Tu veux me tuer ? Peut-être que ça me libérera de cette putain de ville, alors vas-y Niklaus fait toi plaisir, mais sache une chose.

La brunette rapprocha à son tour son visage du tien en venant effleurer tes lèvres du bout des siennes alors que ses prunelles s’assombrissaient, des veines noirâtres se dessinaient lentement sous ses yeux. Puis lorsqu’elle perçu le changement dans tes yeux, elle décontracta sa mâchoire venant poser à nouveau sa main sur ton visage, en laissant ses doigts en dessiner le contour. Elle était subjuguée par ce qu’elle était en train de voir, c’était la première fois qu’elle voyait une telle couleur prendre possession d’iris les rendant plus que fascinante. Puis tes mots la ramenèrent à la réalité, tu la blessais encore une fois, en ne croyant pas qu’elle était bien Tatia.  Vraiment agaçait par tes dire, les traits de son visage se fermèrent alors qu’une colère invisible s’emparait d’elle et dans un geste incontrôlé, elle te gifla violement.

-Cesse de crois que je suis une chimère, cesse de croire que je suis ici pour vous séparer ! Cesse de croire en tes conviction pour l’amour de dieu Niklaus ! Tu voulais me blesser, alors bravo, tu as réussi, Je ne sais plus comment faire pour te prouver que c’est bien moi et non cette ville qui se joue de toi ! Ou des maudites sorcières qui peuvent tirailler ton esprit ! Je ne suis pas une ennemi bordel ! Ouvre tes yeux. A présent je sais, je sais pourquoi c’était lui et pas toi !

Elle s’avança vers toi en passant à tes côtés, elle te bouscula d’un coup d’épaule avant de commencer à s’éloigner de toi, de cette fontaine, de cette place publique.  
 

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 8 Nov - 21:17



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova


Il serre machinalement la mâchoire lorsque tu lui sers ces quelques inepties sur un plateau d’argent. Ses yeux se plissent, contemplant avec attention le rôle que tu portais à merveilles. Levant le menton, et ne t’accordant qu’un mépris dédaigneux, l’hybride se résigne un instant à te laisser te noyer dans tes propres justifications. Dans un débat qu’il jugeait bien trop stérile pour qu’il ne daigne l’alimenter de quelques-unes de ses phrases cyniques. À ta gifle son visage suivit le mouvement, le son strident claqua l’air avec véhémence. Il tourna son regard dans le tien dans un grondement sourd. Ruminant sa rage pour ne pas tester à quel point tes cervicales étaient souples.

Lorsqu’il sent ton épaule frapper la sienne dans un ultime appel à son attention, il se retourne violemment. Ne faisant guère attention à sa force, il empoigne ton bras et te retourne avec violence face à lui, retroussant le nez sous la colère, il lève son index à tes yeux. Les dents serrées et le ton acerbe, il garde ton bras entre ses doigts, vociférant :

« - Tu l’as choisi en pensant qu’il était d’une noblesse similaire à celles des rois. Similaire à celle de ton défunt mari. Guerrier mort au combat et dont tu as profané lâchement l’âme en jouant aux catins lubriques. »

Il se met à rire d’un air mauvais te relâchant violemment et baissant la commissure de ses lèvres dans une moue faussement badine et perplexe. Il écarte très légèrement et furtivement les bras, faisant quelques pas en arrière, remontant un regard noir et emplit de dédain vers le tien.

« -  Tu as gagné, T-a-t-i-a » Il s’amusait à détacher chaque syllabe de ton prénom avec un ton méprisant. Retroussant le nez, ses lèvres tiquant légèrement, il les entrouvre, les dents toujours serrées par la colère. « - Je crois bien évidemment à présent que je fais face à l’originelle des copies. Le premier amour de mon frère et sa première victime. » Il émet un léger rire et se rapproche de toi.

Venant prendre ton menton entre son index et son pouce, rapprochant à nouveau ton visage du sien, pour te souffler avec amertume tout contre tes lèvres :

« - Tu veux donc que j’abrège tes souffrances en t’ôtant les quelques bribes de ta misérable existence ? » Il hausse très lentement les sourcils. La rage ne pouvait se dissiper, elle ne faisait qu’être alimentée par ton souvenir. Par ta trahison, et par les siècles qui ont suivis. Sa main glisse le long de ta mâchoire et s’agrippe à ta gorge, ses lèvres touchant presque les tiennes dans un signe de dédain. « La mort est un châtiment dont tu es indigne. » Il serre davantage la mâchoire, sifflant : « Je vais donc te laisser vivre ton existence fade et insipide, en sachant que tu n’es rien pour moi. »

Il te relâche dans un geste bancale soupirant et souriant en coin. Répétant dans un souffle mesquin :

« - Rien du tout. »




By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 13 Nov - 16:19

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Lorsqu’elle fut freinée dans son geste alors que tu venais de l’empoigner, elle laissait échapper d’entre ses lèvres un gémissement de douleur tout en te dévisageant avec méprit, contenant la colère qui ne cessait de s’accroitre en elle. Serrant son poing en essayant de se défaire de ton emprise, ses yeux s’assombrissaient peu à peu.

-Tu crois tout savoir Niklaus, mais tu ne sais strictement rien ! laissa-t-elle échapper d’entre ses lèvres. Si tu penses vraiment que c’est juste par rapport au signe de noblesse, j’aurai pu te choisir pour la même raison, mais n’oublie pas vous viviez dans une chaumière ! Et si j’ai choisi ton frère, c’est parce que mon cœur ne battait que pour lui et non pour toi, c’est aussi simple que cela. Et Elijah a toujours été tendre, attentionné et il a toujours su être patient, tout le contraire de TOI ! Et ne t’avise plus jamais de parler de mon mari ! cracha-t-elle. Une catin vraiment ? reprit-elle d’un ton ironique. Tu te trompes forcément de double, car je ne suis aucunement comme elles !!

Tes paroles la touchaient bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé, tu venais en l’espace de quelques minutes de briser tous espoirs en elle. Ne sentant plus la pression sur son poignet, la brunette portait sa main contre ce dernier, pour le masser légèrement, elle n’avait pas cillé une seule fois malgré la douleur qu’elle avait pu ressentir. En te voyant ainsi, faire des gestes majestueux, la brunette se remémora tout ce qu’elle avait pu entendre à ton sujet, elle n’avait pas voulu y croire mais, visiblement tous les dires étaient fondés. Tatia, n’était pas dupe, elle savait très bien que tu ne la croyais toujours pas et lorsque tu touchais son menton, pour te provoquer, elle afficha un sourire espiègle.

-Mon existence n’est pas aussi misérable que tu peux le croire, cesse donc de penser pour les autres. Sache, que tu me laisse en vie ou pas, je m’en fous royalement, j’ai déjà vécu bien assez de temps sur cette terre, j’aurai simplement un seul regret, celui de ne pas avoir revu Elijah, car j’étais bien trop bornée à lui en vouloir, que j’en ai oublié de lui dire que j’étais toujours de ce monde.

Elle prononçait ces mots tout en essayant de garder son calme en respirant profondément. Comment avait-elle pu un jour éprouver un quelconque sentiment d’amour à ton égard, toi qui en étais visiblement dépourvu à présent.

Son cœur s’était mis à palpiter plus rapidement, la brunette pouvait sentir des gouttelettes de sueur perler sur son front et rouler lentement sur ses tempes, sa respiration était saccadée sentant comme si elle allait s’étouffer par le manque d’air qui se faisait présent alors que la paume de ta main comprimait sa trachée. Sentant ton souffle butter contre ses lèvres, cette proximité qu’il y avait entre vous, cela la déstabilisait, faisant accélérer son coeur de plus en plus, son souffle devenait lourd, le sourire qu’elle arborait quelques instants plus tôt avait quitté ses lèvres définitivement. Son regard sombre balayait les traits de ton visage et rien de bon n’en ressortait. Ravalant sa salive, la brunette reculait d’un puis de deux pas avant de laisser son regard vagabonder sur ta silhouette.  Puis tes mots «tu n’es rien pour moi » se mirent à résonner dans son esprit, elle ne pensait pas cela possible mais elle ressentait un trou béant se former dans sa poitrine, qui se compressait peu à peu. Des larmes se formèrent lentement dans ses yeux, alors que sa vue se troublait doucement.  Sa gorge venait de se nouer et plus aucuns sons ne pouvaient en sortir. Elle était à la fois pétrifiée en souhaitant que tu finisses par disparaitre, mais en même temps envieuse de passer quelques minutes de plus en ta présence.
   

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 19:32



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova


Il gronde de rage face aux quelques arguments que tu lui servais avec tant de facilité. Ses lèvres tremblent sous l’émotion d’une colère indicible et impénétrable, ses mains se placent devant lui tout en se secouant, lorsque sa voix suave et grave énonce ces quelques mots :

« - Cesse de parler d’attentions alors que je n’étais pas encore le monstre que je suis aujourd’hui ! J’ai fait preuve d’autant de tendresse qu’aucune autre n’a acquis en l’espace de mille ans. Je t’ai traitée avec un respect sans limite, et ne voulais point blesser ton orgueil et la vertu d’une veuve à peine remise de la mort de son défunt. Et vois comme tu as souillé tout bon sentiment pour batifoler et envoyer aux flammes de l’enfer toute fierté qui fut jadis tienne. »

Il te désigne de son index, son grondement devient bestial. Il savait pertinemment que l’image de son frère avait toujours été plus honorable que la sienne. Mais entendre tes regrets énoncés avec tant de zèle… Lui procurait une désagréable sensation qu’il préférait réprimer. Troquant son visage à peine touché, par des iris noires de mépris. Chaque membre de son corps semblait écumer de rage et réprimer une violence inouïe. Ses prunelles s’assombrissent face à tes propos et l’insolence avec laquelle tu te comportais. Tu ne détenais vraiment plus rien de celle qu’il connaissait, si ce n’était les quelques caractéristiques qu’il retrouvait chez toutes les femmes désormais. Serrant la mâchoire et te désignant de son index par à-coups, il siffle entre ses dents :

« - Si. SI. Une catin qui n’hésite pas à profaner l’âme de celui qu’elle aimait pour tromper et tenter de briser des liens fraternels déjà ébranlés par l’instabilité parentale. Tu t’es jouée de nous, de MOI, tu aurais pu simplement faire taire mes quelques espoirs en m’avouant ta faute. En m’avouant les sentiments véniels que tu portais pour mon frère. MON PROPRE SANG. Au lieu de cela tu voulais t’amuser avec les deux êtres les plus à même de combler tes lubies. »

Il humecte ses lèvres et ravale sa salive, relevant le menton pour te toiser. Sondant tes prunelles comme s’il communiquait avec ton âme avant de communiquer avec ton enveloppe charnelle. Inspirant il plisse les yeux et souffle dans un murmure :

« - Et à force de jouer, tu as tout perdu. »

Il hausse les sourcils en énonçant ces quelques mots, un léger sourire rehaussant la commissure de ses lèvres avec un certain cynisme. Ignorant sciemment les quelques rideaux de larmes qui embrumaient ton regard et lui donnait une teinte dramatique. Il n’allait plus se laisser avoir par les quelques désirs présomptueux de femmes, qui ne pouvant avoir un frère, se rabattrait sur l’autre.




By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 15 Nov - 19:17

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Tes mots l’avaient blessé, oui, Tatia ne pouvait pas le nier qu’elle avait mal au plus profond de son être, elle n’avait plus ressenti cela depuis des siècles, depuis qu’elle avait perdu son mari, qu’elle avait tant pleuré, puis lorsque Elijah l’avait sauvagement mordu et laissé pour morte.

Revenant à la réalité lorsqu’elle sursauta suite à tes mots et à l’intonation de ta voix, elle te regardait avec incompréhension alors que quelques larmes roulaient lentement le long de ses joues.

-Je.. Tu n’es pas un monstre Niklaus.. Soupirait-elle dans un léger murmure. Je n’ai jamais dit que tu n’avais pas respecter celle que j’étais, tes attentions m’ont beaucoup touchée.. Je ne voulais pas me jouer de vous, je ne voulais pas faire souffrir l’un ou l’autre et pourtant c’est ce que j’ai fait et je m’en excuse. J’étais complétement perdu, entre l’amour que je portais à Elijah, et celui que je te portais. Je ne pensais aucunement possible d’aimer et d’être aimé en retour à nouveau après la perte de mon mari, mais vous, vous êtes arrivé dans ma vie alors que je ne m’y attendais pas, vous aviez tout chamboulé.

Laissant son regard fuir ton visage, la brunette baissait son visage comme elle venait du bout de ses doigts, essuyer les larmes qui s’échouaient à la commissure de ses lèvres. Sursautant de nouveau lorsque tu repris la parole, la brune enfouissait son visage entre ses épaules.

-Ecoute Klaus, dit-elle en se rapprochant lentement de ta personne alors qu’elle relevait à nouveau son visage, posant ses prunelles dans les tiennes. Je ne sais pas.. Je ne sais pas comment m’y prendre, je..

Soufflant profondément, la jolie brune releva les yeux au ciel avant de mordre sa lèvre inférieure. Il était clair qu’elle n’était pas douée et qu’elle était en train de tout merder avec perfection. Se reprenant, elle venait se mettre face à toi, tout en levant sa main droite et dans un geste hésitant, elle vint poser la paume de sa main contre ta joue, inclinant son visage sur le côté.

-Loin de moi cette idée là, je ne voulais pas briser votre lien, je ne me joué aucunement de vous. J’ai cru bon de devoir choisir l’un de vous, et j’ai fait une erreur, une terrible erreur ! Lorsque tu aimes deux personnes et qu’en plus, ces deux personnes sont de la même fratrie, c’est compliqué, mais tu ne choisis pas qui tu vas aimer, quand cela arrivera. Je suis nul pour m’exprimer sur ce sujet là, je ne sais vraiment pas m’y prendre.


Elle retirait sa main de ta joue délicatement avant de reculer alors qu’elle donnait un coup dans sa longue chevelure pour la replacer derrière ses épaules.

-Je pense que j’ai assez pris de ton temps, je vais te laisser et trouver une solution pour quitter cette ville, je vais rester loin de toi et loin de ton frère. Je ne veux plus vous blesser.
   

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 16 Nov - 11:58



♛ Mirage ♛

Ft. Tatia Petrova


Il avait la conviction que l’amour véritable ne pouvait être partagé. Que si le cœur chancelait entre deux êtres, c’est que le sentiment qu’il éprouvait était juste une pâle copie de cet inclination. Son regard se relève dans le tien, la mâchoire serrée à tel point que les muscles de ses joues sont parfaitement dessinés. Il plisse légèrement les yeux avant de les agrandir face au flot de larmes qui inondait tes joues. Inconsciemment, il desserre les dents et écoute tes vaines paroles. Elles auraient pu le toucher, s’il ne s’agissait pas ici d’un plaidoyer mesquin pour justifier tes quelques déboires. Il bat lentement des paupières et relève son menton avec mépris, cinglant l’air de sa voix brute :

« - Tu ne me connais pas. Toutes ces histoires que l’on raconte à mon sujet, ne sont qu’un tissu de mensonge. »

Il émet un rire cynique, haussant les sourcils et se rapprochant légèrement avant de souffler contre tes lèvres d’un air dédaigneux.

« - Je suis bien pire que le monstre qu’ils dépeignent, Tatia. Et je ne regrette aucune mort que j’ai causé. L'homme que tu as connu n'est plus qu'un personnage fantasque dans les contes. »

Il se recule et se retourne tout en écartant les bras, te faisant dos et soufflant pourtant avec un talent d’orateur et de déclamateur :

« - J’ai conduit des massacres à leur terme, créé des guerres. Envoûté les plus belles femmes pour usurper leur pouvoir. J’ai nourri la haine des hommes face aux sorcières et soufflé l’idée des bûchers pour Salem. »

Il se met à rire et se retourne vers toi, un air hautain et supérieur sur le faciès il incline son regard et te désigne de son index, dans une moue faussement réflexive il te lance :

« - Que suis-je, si ce n’est un monstre ? Je ne ressens aucun remord, et je ne cherche pas le pardon pour mes exac.... »

Il agrandit légèrement les yeux à ton toucher. Il ne s’attendait pas à ce que la tendresse puisse encore mouvoir tes gestes. Que tu puisses décemment voir en lui encore un quelconque espoir de rédemption. Et cette constatation ne faisait que le conforter dans l’idée que tu t’alliais parfaitement avec son frère. Un sourire ironique se dessine sur ses traits. Il relève le menton et fronce les sourcils avant de murmurer :

« - Est-ce une promesse ? Et que vaut ta parole ? Comment puis-je être certain que tu ne courras pas derrière mon frère pour lui quémander sa mansuétude et la protection qu’il te prodiguera avec naïveté ? »



By Timelapse [N.M]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Ven 17 Nov - 13:43

 
 

 
La vie est un éternel recommencement
 
 


Tu venais vraiment de l’appeler par son prénom, tu avais enfin compris qu’elle était bel et bien, elle. Secouant la tête de gauche à droite, elle te fixait ne pouvant détacher son regard de ta personne, écoutant le flot qui se déversait d’entre tes lèvres. Tu avais changé, et il fallait bien qu’elle se l’avoue, celui que tu été devenu, le peu qu’elle pouvait entrevoir, ne lui plaisait pas.

-Nous les vampires et autres, nous sommes tous des monstres, nous avons tous commis des atrocités, je ne suis plus non plus celle que tu as connue, Niklaus ! Nous changeons tous, nous avons tous évolué.

Te regardant lui tourner le dos en lui contant tout ce que tu avais pu faire, tout ce dont tu étais maître, elle se rapprochait de toi, d’un pas lent, laissant ses talons résonner doucement.

-Nous sommes tous différents, nous ne recherchons pas tous la rédemption, l’expiation, il faut juste s’accepter tel que nous sommes à présent, ceux que nous sommes devenu contre notre gré, au fils du temps.

Ce contacte de sa main contre ta peau, avait eu effet d’une décharge électrique en elle, laissant ses doigts glisser sur ta joue, avant de rompre ce contact l’avait une nouvelle fois chamboulé.

-Je vais être honnête avec toi, je vais te promettre de rester loin de toi et loin de ton frère, mais si je croise vos chemins, je ne sais pas si je pourrais rester loin de vous. je ne sais pas comment je réagirais lorsque je me retrouverais en face d’Elijah, car nul ne peut savoir comment réagir face aux personnes auxquelles ils ont pu tenir autre fois. Je ne pensais pas en te revoyant, être autant troublée, je ne pensais pas possible, d’éprou..

La brunette pinçait ses lèvres afin de ne pas terminer sa phrase, alors qu’elle baissait son regard, laissant ainsi ses longs cheveux bouclés retombé de chaque côté de son visage. Le fait de te revoir, elle n’aurait pas imaginé possible que les sentiments qu’elle avait enfouillis au plus profond de son âme, ne refasse surface. Redressant son visage sans poser son regard sur toi, elle reprit d’une voix tremblante.

-Je n’ai besoin de protection de personne, cela fait plus de mille ans que je me protège seule, je ne demanderai rien à ton frère, je t’en fais la promesse. C’était une erreur que d’envoyer cette lettre à Elijah lui demandant de me venir en aide, c’était une erreur que tu ne viennes en ces lieux, car par ma faute, vous êtes tous deux coincé ici, peut être en proie d’une malédiction, en proie d’un prédateur bien plus puissant que nous pouvons l’être. Je regrette tellement de vous avoir mêlé à cela.
   

 

 


 

  @Timelapse

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Hibou signé Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

Back a thousand years

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A Thousand Years
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]
» Davy Back Fight !

Time Lapse :: TIMELAPSE 1 :: La place publique-