Forum RPG fantastique, Inspirations : Harry Potter, Divergente, Bloodlines.
 
AccueilPublicationsS'enregistrerConnexion

You kill or you die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Lun 13 Nov - 12:58
Mia ft. NiklausYou don't own meSentir ton souffle buter contre sa peau la faisait frissonner et Mia s’en voulait presque de réagir de la sorte, de paraître aussi fragile alors qu’elle s’était promis à elle-même de ne jamais laisser ses faiblesses reprendre le dessus. Comme elle avait pris l’habitude de le faire la louve te suivait du regard, ses iris foncées mouvaient en rythme avec tes mouvements alors qu’elle t’écoutait parler, elle t’écouter lui avouer que tu pourrais aisément lui offrir ce dont Mia avait toujours rêvée, une proposition alléchante à laquelle elle aurait bien du mal à renoncer. Ses yeux semblaient même pétillés à l’entente de la phrase « être acceptée dans un milieu auprès de tes semblables » que tu prononçais. Serrant nerveusement ses poings en enfonçant légèrement ses ongles courts dans la paume intérieure de sa main, la brune déglutissait avec une certaine difficulté. « Tu ne serais plus jamais seule », cette phrase tournait en boucle dans la tête de la louve qui semblait à nouveau se perdre dans ses pensées, ses yeux fixant un point vide dans la pièce avant qu’elle ne secoue sa tête, comme elle avait l’habitude de le faire, pour pouvoir reprendre le dessus sur ses émotions trop omniprésentes en cet instant.

« Qu’est-ce que ça m’apporterait ? Les gens finissent toujours par se trahirent entre eux. Ils s’apprécient, utilise le terme de « famille », dorment ensemble, mangent ensemble, vivent ensemble et un beau matin ils décident que vous n’êtes plus assez bien pour eux et vous jettes à la porte en menaçant de vous tuer. » Mia haussait ses fines épaules dans un soupire.

Court et imprécis récit de son existence, Mia décidait de ne pas en dire plus à ce sujet et elle reconcentrait plutôt son attention sur la découverte que tu venais de faire en haut de cette cloche sans attache. Elle faisait plusieurs fois le tour de cette dernière tout en frottant parfois ses doigts sur le métal rouillé et poussiéreux. A l’entente de tes paroles, la louve laissait un léger rire se faire entendre tout en s’arrêtant dans sa marche pour pouvoir te fixer du regard, un sourire empli de malice fixées sur ses lèvres féminines.

« Tu ne manquais pas de contrôle non plus quand tu as menacé de m’étrangler ? » Rappelait-elle avec humour.

Etrangement Mia ne t’en avait pas voulu pour ce geste et si elle ne pouvait pas nié le fait qu’elle avait tout de même craint de perdre la vie, une certaine confiance lui avait soufflé de te tenir tête, probablement son assure habituelle qui lui valait le plus souvent des ennuis. Le sourire de Mia s’effaçait peu à peu alors qu’elle s’écartait de la cloche afin de revenir à ta hauteur, s’avançant de sa démarche naturellement nonchalante, la brune remettait ses mains dans les poches de sa veste en cuir.

« Du temps ? Tu as du temps parce que personne ne risque de venir frapper à ta porte pour te tuer et quand bien même quelqu’un s’y risquerai, tu ne mourrais pas. Moi, j’ai toujours été une proie parce que je suis seule et cela me rend faible, j’ai 99% de chance d’être morte avant la fin de l’année. »Avouait-elle avec un étrange mélange de crainte et de colère.

La louve remontait l’une de ses mains dans ses cheveux emmêlés qu’elle recoiffait grossièrement avant de pincer ses lèvres entre elles en repensant au fait qu’elle en révélait peut-être un peu trop sur elle. Certes elle était étrangement encline à te faire confiance parce qu’au fond d’elle, elle ressentait une certaine force qui la poussait vers toi sans qu’elle ne puisse s’y opposer mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que tu te servirais peut-être de tout cela contre elle un jour. Torturée par ses démons, la louve se mettait à soupirer pour faire le tri dans son esprit et elle relevait de nouveau son visage en direction du tien.

« Comment tu fais pour te sentir aussi … calme dans cet endroit ? J’ai l’impression d’être coincée ici, privée de toute liberté sans pouvoir faire quoi que ce soit pour retrouver ma liberté. »

Mia marquait un court instant de silence dans ses paroles, fuyant ton regard pour réfléchir puis elle reprenait le contact visuel avec toi, brisant le silence pour finalement reprendre ses paroles.

« Apprend moi à devenir quelqu’un. »

Avait-elle conclu le visage serein et le ton rempli de confiance, en faisant écho à tes précédentes paroles. Lassée de devoir toujours fuir pour survivre la louve semblait enfin se décider à affronter les choses.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 0:28

You kill or you die
Niklaus ft. Mia




Il plisse lentement les yeux, portant son attention sur l’un de ses sens que l’homme pense maîtriser : son ouïe. Elle lui permettait de calculer le rythme incandescent des battements de ton cœur. Sentir l’oppression t’empêcher de te mouvoir lorsque la nostalgie d’une vie trop douloureuse te prenait aux tripes. Loin de s’en réjouir, il affichait pourtant un sourire cynique. Inclinant son regard et gardant les bras croisés contre son buste avec nonchalance, il se contente d’humecter à nouveau ses lèvres, tout en relevant le menton dans ta direction, les traits de son visages presque sereins.

« - Te voilà bien prompte à baisser les bras en me contant ta vie, et pourtant si combative lorsque je t’offre l’ultime porte de sortie. »

Sa voix était calme, empreinte d’une douceur dérangeante, presque prenante. Il exerce une pression sur le mur avec son épaule pour se redresser et déplier ses bras. Se rapprochant à nouveau de toi. La proximité avait toujours été une arme de poids, quant à l’intimidation de ses quelques « victimes » ou interlocuteurs. Pourtant, ici elle était presque naturelle. Il ne cherchait pas à te faire peur, mais plutôt à te persuader qu’au-delà des quelques aléas de ton quotidien, tu avais la possibilité d’aspirer à meilleur.

« - Ce que cela t’apporterait ? La puissance. Le pouvoir. Le sentiment ultime de contrôler ce qui t’échappe depuis des années… »

Il se penche et sa joue frôle la tienne délicatement, venant donc murmurer à ton lobe tout en détachant les deux syllabes :

« - Ta vie. »

Il recule son faciès et le laisse en suspens devant le tien un bref instant. Son regard se plonge dans le tien et l’illumination qu’il perçoit dans tes prunelles, ne peut qu’attiser son sourire plus franc, et d’une satisfaction pleine. Il entrouvre les lèvres et un coin de ses lèvres se rehausse furtivement.

« - Ne joue pas à ce jeu-là avec moi, Pe-ti-te louve. ~ Je risque fort bien de te faire perdre plus que la raison. Hm. »

Évidemment il soulignait ta plaisanterie quant à son emportement. Haussant les sourcils dans un sourire taquin. Il savait pertinemment qu’il était le premier à réagir sous l’impulsivité. Il fallait croire que des siècles à courir ne résolvait en rien le sentiment de haine qui inondait l’âme et la déchirait de l’intérieur. Il plisse alors les yeux et racle sa gorge. Tu parlais dès à présent du temps, il se redresse et détourne le regard en émettant un bref rire, vite coupé au fond de sa gorge.

« - Cesse donc de voir tout en noir, ma douce. Tu n’es plus seule désormais. Je peux t’offrir et la puissance, et la sécurité de ma présence. Il suffit juste que tu me le demandes… »

Il te contourne légèrement, sans te toucher, venant lentement souffler :

« - Je peux décupler tes capacités… te rendre consciente de ce que tu es. Je peux t’apprendre à te contrôler et à faire de tes faiblesses une force redoutable pour tes ennemis et tes détracteurs. »

Ses lèvres frôlent ton oreille une nouvelle fois :

« - Je peux te rendre immortelle sans en affecter ton identité… »

Il se recule alors simplement pour ne pas brusquer ton intimité que tu tentais tant bien que mal de préserver face à lui. Ton comportement ne lui échappait pas, il écoutait chaque son que ton cœur pouvait émettre, chaque respiration qui s’accélérait ou ralentissait en fonction de ses paroles. Cela lui permettait, au-delà de son talent d’orateur, d’user des mots pertinents qui pourront se frayer un chemin jusqu’à ton esprit et jusqu’à ton cœur. Portant l’écho désiré avec habileté.

« - J’ai longtemps été confronté aux abominations du monde, et aux pires magies que les siècles puissent connaître. À commencer par mes parents. Alors ce n’est pas une magie à peine alimentée qui va ébranler mes plus solides fondations. Descendons, nous reviendrons plus tard. »

Sur ces paroles il se déplace, une bourrasque s’élevant sur son passage et caressant ta peau. Il attendait évidemment ta réponse à ses questions, et la révélation de ton désir le plus noir. Même s’il en connaissait la réponse, il lui suffisait d’attendre.





By Timelapse [N.M] @Mia Wallace

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 10:47
Mia ft. NiklausYou don't own meMia semblait bel et bien perdre tout contrôle sur elle-même alors qu’elle s’était fait la promesse de ne jamais laisser ses émotions l’envahir. Les palpitations de son cœur s’affolaient et de respiration se coupait presque lorsque tu effleurait sa peau de la tienne. Aux yeux de la louve tu représentais tout ce qu’elle avait toujours voulu être, tu semblais être doté d’une force incomparable et tu étais l’heureux propriétaire d’un talent d’orateur. Lorsque tu te mouvais autour d’elle, Mia te suivait du regard, tournant sa tête dans un sens ou dans l’autre afin de te suivre du regard et elle perdait un court instant son souffle lorsque tu te penchais à son oreille afin d’y murmurer tes paroles. Emprise d’un long frisson venant faire vibrer sa colonne vertébrale, la brune déglutissait bruyamment en tentant de garder un contrôle sur l’envahissante sensation qui grandissait en elle a ton approche. Elle hochait finalement de manière assez discrète sa tête de haut en bas pour répondre de manière positive à tes paroles.

« Apprends-moi. J’en ai assez de fuir de ville en ville pour me cacher, j’en ai assez de chercher une famille qui n’existe visiblement pas. » Disait la louve dans une étrange sérénité malgré les palpitations rapides de son cœur.

Lorsque tu reprenais une nouvelle fois la parole, en lui indiquant que vous feriez mieux de descendre pour l’instant puisque vous ne trouverez pas plus de réponse ici, elle hochait simplement son visage de manière positive, comme précédemment, avant de tourner les talons pour te suivre. Ainsi, elle retournait sur le chemin que vous aviez emprunté pour arriver ici. Évitant quelques poutres ou toiles d’araignées sur son passage, malgré sa petite taille, Mia était parfois contrainte de se baisser afin de ne pas se prendre l’un ou l’autre en pleine tête.

« Me rendre immortelle sans affecter mon identité ? Rendre quelqu’un immortel affecte forcément son identité. » Avouait la louve alors qu’elle te suivait toujours et que vous entamiez de descendre les escaliers.

Posant sa main sur la rambarde de cette dernière, Mia descendait lentement les marches pour ne pas risquer de passer au travers. Elle avançait lentement ses pieds en tentant de les reposer là où vos pieds s’étaient posés auparavant, elle pouvait voir vos empreintes de pas dans la poussière et ainsi les suivre avec minutie. Sa main glissait sur la rambarde durant tout le temps qu’elle mettait à descendre les marches pour rejoindre la salle principale de l’église, sa main étant couverte de poussière elle tapait dans ses mains assez discrètement pour se débarrasser de la poussière dont l’odeur ne manquait pas de venir chatouiller son nez, la faisant quelque peu grimacer.

« L’immortalité est un fardeau. » Concluait la louve alors qu’elle s’était arrêté de marcher un bref instant.

La louve tournait finalement sa tête vers le haut des escaliers, faisant ainsi virevolter ses cheveux emmêlés. Et une dernière fois, elle dirigeait son regard en direction du clocher et sa cloche sans attache, qu’elle pouvait à peine apercevoir d’ici. Elle pinçait alors ses lèvres entre elles avant de baisser son visage à hauteur du tien afin de redescendre son regard à ta hauteur.

« Je connais peut-être une sorcière qui en saurait plus à ce sujet. Une sorcière qui est ici. »Finissait par avouer la louve dans un haussement d’épaules.

Car si Mia ne l’avait pas mentionnée plus tôt pour protéger son amie, elle avait par chance retrouvée une alliée de taille en se retrouvant prisonnière d’Ystéria, une sorcière de Salem prénommée Ella. La louve te fixait toujours du regard, elle savait que les sorcières étaient très souvent au centre des guerres et que leur puissance leur conféraient un certain avantage sur toute les races.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 19:52

You kill or you die
Niklaus ft. Mia




Il descendait progressivement les marches, dans un silence de plomb. Ne laissant à l’atmosphère que les quelques bribes de tes paroles sans écho. Il plisse les yeux, faisant attention aux marches qu’il utilisait pour ne pas rencontrer une quelconque difficulté. Évitant au mieux la rambarde poussiéreuse et les quelques toiles qui régnaient en maître dans les coins désuets de cette bâtisse. Sa langue passe finement sur ses lèvres, lorsque son pied se dépose finalement sur le sol premier du clocher, il se tourne vers toi avec une élégance presque dansante. Son front se plisse et il te dévisage les yeux mi-clos. L’ombre d’un sourire pourrait se refléter dans ses iris, mais les traits de son faciès n’en faisaient pas mention. Il incline son regard et se rapproche, soufflant dans un brin de voix presque soutenu et régulier :

« - Je suis le seul à même de pouvoir t’offrir l’immortalité, tout en préservant ta nature profonde. Ton côté louve. »

Il se place derrière toi, sa main rencontrant le centre de tes deux omoplates pour te pousser gentiment jusqu’à l’extérieur. L’air de cet endroit le rendait fébrile, et qui sait ce qu’il pouvait advenir des cristaux de colère qui se logeaient insidieusement au plus proche de son esprit. Vos pas franchissent le seuil de sortie, laissant libre à la bise du vent, de vous réveiller de cet état de transe et vous ramener à la dure réalité qui était la votre. Il autorisa un sourire à franchir la barrière de ses lèvres.

« - Il fut un temps où je pensais la même chose. L’immortalité n’avait rien de plaisant. Je vivais toutes les souffrances avec plus d’intensité, la douleur m’était insupportable et l’exacerbation de tous mes sentiments me rendaient déraisonnable. »

Il incline son regard, ce dernier se perdant sur les quelques décors fastueux que les venelles lui offraient. Il y avait quelque chose d’étrange aux rayons de lune qui s’abattait sur l’asphalte. Et il commençait à comprendre que l’aube ne se pointerait probablement pas avant un bon bout de temps. Ce qui rendait la situation plus pécunière qu’elle ne l’était. Il passe sa main sur son menton qu’il masse distraitement avant de porter un nouveau regard sur ta personne. Un sourire plus taquin lorgnant ses lèvres, il se penche et souffle :

« - Mais à force… j’ai appris. Que si mes douleurs étaient renforcées lors de mes défaites, mes victoires l’étaient aussi. Je vais te confier un secret Mia. »

Il se rapproche et déplace l’une de tes mèches de cheveux, pour te souffler à l’oreille, dans un esprit de confidence :

« - Le monde recèle de merveilles que tu n’as pas encore explorée, et la beauté extraordinaire de ce dernier ne peut être perçue que par les sensations prodiguées par notre condition. Par-delà les préjugés de notre nature profonde, existe une panoplie de sensations fortes toute plus méritante les unes que les autres. »

Il relâche ta chevelure et ne prend pas la peine de se reculer pour toiser ton expression, il te dépasse son épaule frôlant simplement la tienne. Il descend les quelques marches pour rejoindre la rue et souffler d’un air presque détaché :

« - Si tu as confiance en elle, je ne peux te dissuader d’aller la voir. Alors je te mettrai en garde comme suit… »

Il s’autorise enfin une confrontation, se tournant de biais et relevant son regard dans le tien pour te lancer brièvement et sur un ton solennel :

« - Choisis bien tes alliés. Dans une guerre l’amitié n’existe pas, et la puissance d’une magie noire peut aliéner bien des esprits. »

Il vient gratter l’arcade de son sourcil, arborant un sourire taquin et légèrement amusé.

« - Si tu changes d’avis quant à ta transformation, tu sais à qui demander. Je ne te forcerai pas à en porter le poids, mais saches que tu n’aurais plus à te cacher, plus à fuir tes ennemis et les regards médisants et méprisants de tes assaillants. »




By Timelapse [N.M] @Mia Wallace

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 20:43
Mia ft. NiklausYou don't own meMia sentait ta main s’appuyer entre ses deux omoplates, fronçant légèrement ses sourcils puisqu’elle ne comprenait pas de suite ton geste, elle te laissait ensuite appuyer sur ce point de son dos pour la guidée jusqu’à l’extérieur. Une fois dehors, la louve relevait son regard en direction du ciel, constatant avec effroi que la lune n’avait pas bougé de sa position, annonçant sans doute une longue nuit. Cette simple idée de restée prisonnière d’une nuit sans fin, glaçait le sang de la louve, laissant un long frisson la parcourir avant qu’elle ne soit ramenée à elle-même par tes gestes.

En sentant ta main se glisser dans ses cheveux pour en décaler une mèche qui retombait sur son visage, Mia rabaissait son regard dans ta direction, sentant de nouveau son cœur se mettre à palpiter à vive allure lorsqu’elle te voyait de nouveau user de cette proximité qui la rendait si fébrile. Mia entrouvrait finalement ses lèvres pour te répondre mais aucun son ne parvenait à sortir de sa gorge, l’esprit trop embué par les nombreuses questions qu’elle se posaient, la louve ne parvenait pas à tirer tout cela au clair et elle se contentait de secouer assez légèrement sa tête de gauche à droite.

C’était à cet instant précis que tu la contournais en frôlant son épaule, Mia restait comme figée dans sa position te tournant toujours le dos en restant perdue dans un flot de question. Mais une fois de plus elle revenait à elle à l’entente de tes paroles, la brune fronçait ses sourcils en enfilant ses mains dans les poches de sa veste en cuir de parer le froid puis elle pivotait sur elle-même afin de pouvoir te regarder t’avancer au bas des escaliers.

« Alors quoi, tant que je n’accepte pas que tu me transformes en je ne sais quoi qui me rendra immortel, tu pars ? Tu retournes tranquillement chez toi après m’avoir fait miroiter un avenir meilleur toute la soirée ? » Demandait-elle en levant légèrement ses mains, à hauteur de sa taille, tout en les gardant dans les poches de sa veste.

Mia secouait sa tête de façon négative tout en entamant de descendre les marches de l’église afin de te rejoindre, la louve restait sur la dernière marche afin de garder un peu de hauteur pour être à ta taille. A nouveau la brune se sentait envahie par une étrange sensation à laquelle elle était habituée, un mélange de colère et de tristesse, à chaque fois qu’elle se sentait abandonnée Mia laissait ses émotions prendre le dessus sur elle, sans se soucier des conséquences éventuelles que cela pourrait avoir.

«  Non. Je refuse d’attendre seule dans un coin que tu daignes revenir vers moi quand … quand quoi, quand j’aurai accepté que tu fasses de moi une … hybride. »

Comme elle l’avait fait précédemment, Mia te tenait tête, à ses risques et périls, elle soutenait ton regard du sien en pinçant ses lèvres entre elles un court instant uniquement pour les humidifier. Et la louve se mettait finalement à soupirer tout en montant une main dans sa chevelure afin d’y passer une main de manière distraite.

« Si tu veux faire de moi une bonne alliée, enseigne moi déjà comment être une bonne louve. »

Concluait finalement la louve avec toute l’assurance dont elle savait faire preuve, fixant ton regard elle restait sur la dernière marche afin d’être à ta hauteur, cette hauteur lui procurant une assurance supplémentaire.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mar 14 Nov - 23:33

You kill or you die
Niklaus ft. Mia




Il émet un léger rire, te découvrant une rangée de dents parfaite et étincelante. Ses yeux rieurs et fortement amusés par ta réaction te faisaient face. Il humecte ses lèvres et vient de son pouce gratter son arcade, soufflant d’un air totalement décontracté :

« - Si tels étaient mes plans, je ne serai pas ici à déblatérer sur des inepties quotidiennes. Je ne vois pas pourquoi je perdrai mon temps à te louer les beautés d’une existence et d’en clamer l’importance. Je reste, parce que je t’ai fait une promesse. »

Il arque un sourcil, son sourire demeurant sur ses lèvres comme l’ultime artefact de sa bonne foi. Il se rapproche sans pour autant te frôler comme il en avait pris l’habitude, préférant de loin mettre une distance respectable entre vous.

« - Il faut croire que je ne suis peut-être pas aussi méchant que les légendes le racontent. On peut me reprocher ma cruauté et mon intolérance. Mais je suis un homme de parole. »

Il lève son regard dans le tien, tout en pinçant ses lèvres l’une contre l’autre en réprimant un amusement. Tu étais surélevée grâce aux marches, et cela donnait une teinte coquasse à cette situation atypique. Il plisse les yeux et feint la perplexité face à tes propos tout en bougeant la commissure de ses lèvres vers le bas, formant une expression indécise.

« - Je t’ai fait une proposition. Je n’ai aucunement fait mention d’une condition quant à notre précédent accord. Je respecterai le choix que tu prendras. Je t’ai énoncé les bienfaits de la nature d’hybride et tout ce qu’elle a à t’offrir. Je peux tout aussi bien t’entrainer en tant que louve et continuer à être à tes cotés comme convenu. »

Il se cambre légèrement, ne pouvant se départir de son sourire.

« - évidemment, être une simple louve te rendra certainement la tâche plus difficile encore quant aux ennemis à venir. J’espère que tu as conscience des dangers auxquels tu es exposée depuis ta mutation. Tout vampire tentera de porter atteinte à ta vie, et même si je ferai de mon mieux pour t’assurer la pérennité à laquelle tu aspires. Je ne pourrais pas toujours être là au moment opportun. »

Il entrouvre les lèvres avant d’émettre un rire franc, attrapant tes épaules pour te forcer à descendre et à reprendre ta marche. Il refit marche jusqu’à ta demeure. Roulant des yeux et soupirant simplement.

« - Tu n’es pas forcée de me tenir tête lorsque je ne t’impose pas une décision. Je n’ai probablement pas la réputation d’être très diplomatique. »

Il plisse les yeux et arque un sourcil dans une mine réflexive. Pouffant légèrement.

« - Non, ils ont raison je ne suis pas très diplomatique, je laisse les quelques négociations à mon frère. Il parait bien plus doué de compassion que je ne puisse l’être. Mais tu dois le comprendre non ? »

Il tourne son visage vers le tien tout en marchant.

« - Quand nous sommes acculés durant des siècles, durant des années te concernant, il nous est difficile d’accorder une quelconque empathie à quelqu’un que l’on ne juge pas digne de nos bons sentiments. »





By Timelapse [N.M] @Mia Wallace

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Mer 15 Nov - 16:09
Mia ft. NiklausYou don't own meEncore perchée sur sa marche la louve atteignait à peine ta taille, le visage encore tiraillé par les fronces qu’elle y  créait en fronçant autant ses sourcils elle t’écoutait avec attention. Ses mains encore dans les poches de sa veste, la louve serrait ses poings et la mâchoire alors que tu semblais lui fournir une réponse tout à fait autre à celle qu’elle attendait. Son visage reprenait donc des traits moins marqués et ses poings se desserraient peu à peu, tout comme sa mâchoire. Elle arquait alors l’un de ses sourcils, surprise par la tournure positive de tes paroles, Mia battait lentement des cils avant de lever ses yeux au ciel dans un certain amusement suite à tes paroles.

« J’ai survécu pendant 24 ans en étant seule, j’dis pas que tu ne me seras d’aucune utilité puisqu’il est évident que tu sauras mieux me défendre que si j’étais seule mais je pense que je devrai au moins réussir à me débrouiller seule quand tu ne seras pas là. » Avouait la brune assez sûre d’elle.

Quand tu appuyais finalement tes mains sur ses épaules pour l’inciter à redescendre de sa marche, Mia s’exécutait, retrouvant sa taille normale et bien plus petite que la tienne. Elle se remettait en marche en ta compagnie dans la direction de la demeure dans laquelle la louve avait élue domicile en arrivant à Ystéria. Sur le chemin du retour elle t’écoutait de nouveau lui parler, tournant même son visage dans ta direction afin de pouvoir te regarder pendant la discussion. Lorsqu’elle t’entendait parler de ton frère, la louve arquait l’un de ses sourcils avant d’hausser ses épaules de manière désinvolte.

« J’en sais rien, je ne connais ton frère qu’à travers des rumeurs. Tout comme je n’avais entendu parler de toi qu’à travers des rumeurs et j’ai pu rapidement constater que certaines d’entre elles étaient fausses alors … » Mia étirait légèrement sa bouche sur le côté en une moue interrogative.

Tournant à nouveau son regard vers l’horizon et plus précisément vers sa demeure dont vous vous rapprochiez à grands pas, Mia finissait par remonter davantage la fermeture éclair de sa veste en cuir en raison du froid qui se faisait de plus en plus ressentir. A l’entente de tes dernière paroles la louve ne pouvait qu’approuver, elle ne connaissait que trop bien la situation que tu lui exposais et elle t’accordait donc un hochement de tête positif alors que vous arriviez à hauteur de sa demeure.

« Il est difficile d’éprouver de l’empathie pour des gens qui vous on blâmer toute votre vie ou toute votre enfance. »

Par ces paroles, Mia faisait une fois de plus références aux nombreuses souffrances dont elle fût victimes au cours de sa vie et notamment dans son enfance. Se perdant un bref instant dans ses pensées en se remémorant des passages peu gratifiants de sa jeunesse, la brune fixait la porte d’entrée de sa bâtisse avant de soupirer de manière assez bruyante afin de s’extirper de ses songes. Relevant un bref instant son regard dans ta direction elle se permettait de t’accorder un sourire, plus question ici d’un faux sourire c’était bel et bien un franc sourire que la louve t’accordait avant de rejoindre le niveau surélevé du perron de la maison.

« Je t’offre à boire ? J’ai autre chose que de la bière bon marché. » Avouait-elle avec une pointe d’humour.

Enclenchant finalement la poignée de la porte d’entrée, Mia l’ouvrait en te faisant signe de la suivre à l’intérieur. Elle attendait ensuite de savoir si oui ou non tu comptais bien entrer en tenant le bois de la porte entre ses doigts pour pouvoir la refermer plus tard.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 16 Nov - 11:55

You kill or you die
Niklaus ft. Mia




« - Tu as survécu 24 ans dans un monde dépourvu de danger réel pour toi, en n’ayant aucune connaissance du monde surnaturel auquel tu étais exposée dès ta naissance. Désormais ce temps est révolu, je peux t’apprendre à vivre ici… mais il faudra désapprendre ce que tu as appris durant ta petite vie de cavaleuse. Et crois-moi, tes petites capacités de larronne et de petite fille rebelle n’aideront en rien lorsque ton joli minois se décollera de ton buste suite à ta première altercation avec un vampire. »

Il entrouvre les lèvres, t’accordant quelques œillades et réprimant un sourire franc. Il bat des paupières très lentement et inspire, tout en se tournant vers toi et soutenant la cadence de ses pas. Il ne prétendait pas avoir l’ultime vérité dans ses propos. Mais tu disposais de bien peu d’élément pour être critique, alors qu’il accumulait ses mille ans et des siècles d’existence, tu n’étais visiblement qu’à ta vingt-quatrième année. Son regard se perdit sur l’asphalte à peine éclairé par les rayons blafards de la lune, et c’est une voix froide et résolue qui se résigna à briser le nouveau silence :

« - Tu tueras. Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation. Tu tueras la famille de tes détracteurs, parce que c’est ce que font les guerriers en tant de guerre. Parce que tu n’auras pas le choix. C’est eux… ou c’est toi. Et tu dois t’y préparer. L’indulgence n’est plus à l’ordre du jour désormais. »

Il relève le menton et ses pas prennent une allure presque atemporelle. Plongeant pour la première fois du trajet, ses mains dans ses poches, les yeux plongés dans l’affres de ses pensées les plus sinueuses. Il ravale sa salive et serre ses muscles masticateurs avant de souffler :

« - Oh ne récuse pas si vite ton jugement. Les rumeurs sont fondées sur un tapis de vérité, et je leur en donne la forme désirée. Ne m’offre pas l’aumône suite à quelques bontés travaillées. Je suis bien le monstre qu’ils dépeignent. »

La vérité était que tes paroles faisaient écho dans son esprit. Il ne pouvait admettre fièrement détenir quelques failles de gentillesse qu’il tentait de réprimer. Les élans de mansuétude ne pouvaient que lui porter préjudice dans l’avenir. Le monde était manichéen. Les hommes, les loups, les vampires n’aimaient pas les nuances. Ils se persuadent que deux seuls chemins son possibles : les bons et les mauvais. Les gentils et les méchants. C’était d’un risible horripilant. Il préférait encore se clamer en bourreau plutôt qu’en âme naïve et charitable. Alors qu’il était les deux extrêmes à la fois. Il s’arrête devant ton perron, tu en montais les marches et il plisse le front face à ton attitude. Son sourire en écho au tien, il pince sa lèvre inférieure avec sa lèvre supérieure. Il sort ses mains de ses poches et vient masser son menton, étouffant un léger rire face à ta remarque.

« - Oh si tu as autre chose que cette eau à peine acidulée. Je pense que je peux bien me laisser tenter. »

Son brin amusé restait néanmoins soutenu et sous une retenue qui l’étonnait. Il plisse les yeux, passant alors sa langue sur ses lèvres pour monter les quelques marches du perron et pénétrer une nouvelle fois dans ta demeure. Son regard s’hasarda sur les quelques décorations et l’atmosphère même de cette petite chaumière. Il s’avance un peu plus loin, croisant ses mains dans son dos d’un air nonchalant, et tout en admirant les jointures des quelques murs fondateurs de ta demeure, il souffle dans une voix monotone, tout en faisant claquer sa langue sur son palais :

« - Je commencerai par t’apprendre les mouvements les plus susceptibles de te sauver la vie face à un vampire. Première leçon ? »

Il se retourne vers toi et désigne la porte de son index, tout en haussant les sourcils et se rapprochant vitesse vampirique pour la ferme habilement et assez rapidement. Il s’appuie sur le bois et se penche vers toi tout en murmurant :

« - Ne jamais inviter un vampire chez toi. Sous aucun prétexte, quel qu’il soit. Tu veux lui parler ? Tu sors. »

Il fronce les sourcils d’un air plus que sérieux.





By Timelapse [N.M] @Mia Wallace

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Hibou signé Invité le Jeu 16 Nov - 16:31
Mia ft. NiklausYou don't own meLa louve laissait un léger rire se faire entendre et briser le silence dans la pièce à l’entente de tes paroles, elle ne remettait pas en cause le fait que tu puisses être mieux instruit qu’elle sur les éléments surnaturels qui l’entourait mais elle ne doutait tout de même pas de ses capacités à survivre, même si de toute évidence sans connaissance du combat contre les vampires elle aurait peu de chance. S’arrêtant dans sa marche afin de se tourner pour pouvoir te faire face, la brune haussait alors ses épaules avec toute la nonchalance dont Mia savait faire preuve.

« Je sais me battre, certes pas avec des vampires mais j’ai fréquenté bon nombre de délinquants en tout genre tout aussi détestable que certain vampires. J’ai tué et je n’hésiterai pas à le refaire pour survivre dans ce monde. »

Mia posait son épaule contre la rambarde de l’escalier qui servait à rejoindre l’étage et les chambres, tout en croisant ses bras sous sa poitrine. Elle écoutait avec attention les quelques paroles que tu lui confiais au sujet des quelques rumeurs colportées sur toi ou sur ton frère que la louve avait pu entendre au cours de ses voyages à travers le continent Américain.

« Des bontés travaillées, si je suis ton jugement, tu n’es … sympathique avec que moi que pour faire de moi ton alliée ? Pas très convaincant. Je pense que tu n’es pas le monstre qu’ils décrivent, avec moi, parce que tu retrouves en moi une once de ce que tu as pu être il y a longtemps ? Mais peut-être que je me trompe et que je ne suis pour toi qu’un jouet ? » Demandait la louve avec son assurance habituelle.

Elle s’avançait de quelques pas afin de revenir à ta hauteur, arrivant cependant bien plus bas que ton visage en raison de sa petite taille comparée à la tienne. Mia haussait ses frêles épaules en pinçant ses lèvres entre elles avant de les humidifier en y passant de manière furtive sa langue. Sans attendre une réponse de ta part puisqu’elle n’était pas certaine de vouloir obtenir une réponse à ces questions, elle reprenait la parole en changeant volontaire de sujet.

« Et la réponse est oui, oui j’ai autre chose que de la bière dans mon frigo. »

Arborant un très fin sourire sur ses fines lippes, Mia se reculait à présent dès quelques pas qu’elle avait fait plus tôt, pour se rapprocher de toi, afin de se diriger vers le salon. Mais avant d’entrer dans la pièce elle retournait une fois de plus son regard dans ta direction lorsque tu l’interloquait en lui donnant visiblement sa première leçon, arquant l’un de ses sourcils en ne sachant pas à quoi s’attendre de ta part, la brune posait sa main sur l’encadrement en bois de la porte d’entrée du salon, le regard fixé sur ta personne. De nature assez curieuse, la louve revenait sur ses pas pour revenir à ta hauteur d’un pas tout de même assez méfiant et lorsque tu te déplaçais à vitesse vampirique jusqu’à la porte d’entrée de la demeure pour la claquer dans un léger bruit significatif, Mia se laissait surprendre et elle sursautait légèrement. Battant ensuite des cils pour reprendre son calme, elle relevait son regard dans le tien lorsque tu te penchais vers elle afin d’y murmurer tes prochaines paroles.

Constatant qu’elle avait commis sa première erreur en te laissant entrer plus tôt comme elle aurait pu le faire avec n’importe qui, elle se contentait d’hocher sa tête de haut en bas afin de répondre de manière positive. Elle pinçait même ses lèvres entre elles pour masquer ce léger sentiment de gêne qui l’envahissait en constatant qu’elle avait commis une erreur.

« Entendu. Je veux parler à un vampire, je sors. C’est noté. »

Concluait la brune en prenant note pour elle-même de ne plus faire d’erreur de ce genre, une chance pour elle que vous ailliez pris la décision d’allier vos forces, dans le cas contraire Mia se serait retrouvée la proie d’un originel.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Hibou signé Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

You kill or you die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Born to kill all lives...
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» Who is Josh Groban? Kill yourself!
» Kill points
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin

Time Lapse :: TIMELAPSE 1 :: Quartiers habités / habitables-